Le petit jeu de lettres

Jeu Lady Marianne

jeu 149 de Lady Marianne

ICI

16 lettres : A A A E E I I U U B D L Q R R T
nom masculin qui commence par « t »
chose sans valeur (la curne)

Nom, prénom, date de naissance et profession !
de la Curne de Sainte-Palaye
Jean-Baptiste
6 juin 1697 à Auxerre
historien, philosophe et lexicographe

D’accord. Et après ? Inspecteur Soène, tu mènes l’enquête ?  pas la peine de te voiler la face, te voilà (encore) mal barrée… Tu vas (encore) rater ce défi, tout simplement.

Tu ne vas quand même pas acagner Lady Marianne. Tu ferais mieux de l’emberlucoter pour qu’elle te donne la solution. Pour sûr, ça se corse de semaine en semaine. Lady M. devient impénétrable… Ca te rend raide dingue.  C’est devenu un rituel,  tu sèches lamentablement. Quand le rideau tombe, la vérité éclate, hein !

Allez, Soène, arrête de bouder. Inutile de faire la savantecherche plutôt dans ta boule de cristal.

Tu aurais pu aller retrouver le gone Covix sur les berges du Rhône. Il a percé le mystère depuis le début. Suis simplement son conseil éclairé, tu n’as aucune obligation d’employer le mot mystère, tu peux bien tourner autour du pot mot sans faire fausse route

Alors, c’est quoi ce bidule, cette « chose sans valeur » avec un nom masculin à 16 lettres ?
de la Curne doit bien le savoir, puisqu’il l’a écrit dans son dictionnaire des vieux mots français. Cet érudit a sûrement tapé dans l’oeil de Lady M. avec son Mémoire sur les origines de la chevalerie qui, d’ailleurs, lui avait ouvert les portes de l’Académie française.

…trop tard, Lady Marianne, j’ai rendu ma copie ! Merci quand même.

Pour connaître le mot, je vous invite à aller lire les autres textes.

crayon fleur

 

Publicités

Projet de Ma’ 4

Ma’ ICI
propose : « forêt »

Trouver une forêt métropolitaine est une mission délicate.

Lors d’une rando par temps de canicule, en mai dernier, j’aurais bien voulu être à la place de l’un de ces arbres !

L’étang de Boulieu, lieu enchanteur, et peut-être enchanté, qui se trouve  sur le territoire de Saint-Baudille (propriété privée) est très visité, attirant les amateurs de nature et d’insolite toujours respectueux de l’endroit. Le site est tout simplement incroyable de beauté… et de fraîcheur !

Dans ses eaux s’y trouve une forêt de cyprès chauves. Le cyprès chauve est un conifère pouvant mesurer 40 mètres de hauteur, que l’on trouve principalement en Floride dans les Everglades. Pour survivre dans les milieux difficiles, les pieds dans l’eau, il développe autour de son tronc de curieuses racines aériennes et, fait rare chez les conifères, il perd ses feuilles en hiver. À l’automne, il change de couleurs pour devenir jaune, orangé et rouge… avant de devenir chauves. D’où  son appellation.

Traboule avec Manouche

Hi hi, je ris ! Vous allez vous régaler avec mon Défi du 20 mai ! Un petit tour à ma façon qui va vous remettre à vos écritures ! Chut…

hum

Mais là n’est pas le sujet.
J’ai beaucoup aimé le billet du 18 janvier de Manouche ICI qui, vous le savez, s’est enfin dévoilée !

Alors, je l’ai copié-collé (en lui demandant son autorisation mais je n’ai pas eu de réponse) et vous le livre dans son intégralité. Je vous invite, chères/rs Bescherelosaures, à faire ce petit test de français !

français.gif

« Les fautes que vous ne faites pas :

Malgré que ou bien que ?

  • Ce que l’on dit : « Malgré qu’il neige »
  • Ce qu’il faut dire :« Bien qu’il neige »
  • Explication. On peut dire « Malgré la neige », mais pas « Malgré qu’il neige. » Selon le CNRTL*, la locution conjonctive « Malgré que » est considérée comme « vieille et littéraire » et même « incertaine par les puristes. » Certaines expressions figées (« Malgré que j’en aie », qui signifie « malgré moi », est toutefois correcte).

Avoir l’air intelligente ou avoir l’air intelligent ?

  • Ce que l’on dit :« Elle avait l’air réjouie »
  • Ce qu’il faut dire :« Elle avait l’air réjoui »
  • Explication. L’expression signale que c’est l’air du visage qui est le point de référence. C’est la raison pour laquelle l’accord se fait avec « air », masculin singulier. Si le mot « air » est défini par un complément, l’accord se fait également avec « air », point de référence : « Ils avaient l’air inquiet. »

Attention : l’accord avec le sujet est obligatoire si celui-ci est un nom de chose (« Cette fraise a l’air sucrée »). Enfin, si on peut remplacer « avoir l’air » par « sembler », l’accord se fait avec le sujet et non avec « air » : « Ces hommes politiques ont l’air (semblent) coupables. »

La copine à ou la copine de ?

  • Ce que l’on dit : « La copine à Jean-Claude »
  • Ce qu’il faut dire :« La copine de Jean-Claude »
  • Explication. On utilise la préposition « à » après un verbe (« Le chapeau appartient à Julia ») ou pour reprendre un pronom possessif (« C’est une amie à moi ») mais pas entre deux noms (« Le chapeau à Julia »); sauf pour les expressions figées comme »Un fils à papa ».

Attention : la faute vient de l’usage populaire (« C’est la faute à Voltaire », chantait Gavroche dans Les Misérables de Victor Hugo). Contrairement à ce que l’on pourrait penser, elle ne vient pas d’une déformation de l’usage normé mais du maintien, dans les parlers régionaux ou populaires, d’un usage de l’ancien français remontant au bas latin et destiné à marquer la possession.

Au coiffeur ou chez le coiffeur ?

  • Ce que l’on dit :« Je vais au coiffeur »
  • Ce qu’il faut dire : « Je vais chez le coiffeur »
  • Explication. C’est un peu comme le bruit des ongles sur le tableau
  • : insupportable. Ce n’est pourtant pas bien compliqué. La préposition est « à » ou »au » avec les noms de lieux lorsque le complément est un nom inanimé désignant un endroit (« Je vais à la Poste », « Je vais au cabinet médical »). La préposition est »chez » avec les noms de lieux lorsque le complément est une personne (« Je vais chez le coiffeur »).

Attention : on utilise la préposition « chez » lorsque le nom introduit est celui d’une société portant le nom d’une personne (« Je vais chez Leclerc »).

Si j’aurais su ou si j’avais su ?

  • Ce que l’on dit :« Si j’aurais su »
  • Ce qu’il faut dire :« Si j’avais su »
  • Explication. Si vous regardez Les Marseillais (célèbre émission de télé-réalité diffusée sur W9), vous avez sans doute entendu cette faute un million de fois (ou presque). Comme dirait votre maîtresse (ou votre mère) : « Les ‘SI’ n’aiment pas les ‘RAIS' ». En gros, lorsqu’il exprime une condition, « si » n’est jamais suivi du conditionnel passé mais d’un plus-que-parfait de l’indicatif. Par pitié, ne faites plus la faute.

Ciseau ou ciseaux ?

  • Ce que l’on dit :« Prête-moi ton ciseau »
  • Ce qu’il faut dire : « Prête-moi tes ciseaux »
  • Explication. Il s’agit en fait de deux choses différentes. « Un ciseau »est une lame, aiguisée à son extrémité, servant à couper le bois, le fer, le métal, etc. (« Le ciseau du sculpteur »). « Les ciseaux » (ou « la paire de ciseaux ») sont composés de deux branches mobiles tranchantes jointes par une vis ou par un clou (« Prête-moi tes ciseaux, je dois faire des découpages »). À faire tourner à Momo, votre voisin de classe de CM2.

Des fois ou parfois ?

  • Ce que l’on dit : « Des fois, il neige en décembre »
  • Ce qu’il faut dire :« Parfois, il neige en décembre »
  • Explication.« Aux adverbes de temps ‘Parfois’ et ‘Quelquefois’, on ne doit pas substituer la locution adverbiale ‘Des fois' », explique l’Académie française.

Attention : il est également interdit d’employer la locution conjonctive « Des fois que » pour »Au cas où ». IN-TER-DIT.

Qui a ou qui ont ?

  • Ce que l’on dit : « Il est l’un de ceux qui pourra représenter la France »
  • Ce qu’il faut dire :« Il est l’un de ceux qui pourront représenter la France »
  • Explication.« La correction grammaticale demande que l’on accorde avec l’antécédent, l’antécédent étant le nom qui précède immédiatement le pronom ‘qui' », explique Jean-Loup Chiflet dans Oxymore et compagnie. « Ce pronom (sujet) transmet l’accord au verbe de la relative. » C’est dit.

Par contre ou en revanche ?

  • Ce que l’on dit : « Par contre, je n’aime pas du tout ta veste »
  • Ce qu’il faut dire : « En revanche, je n’aime pas du tout ta veste »
  • Explication. En 1878, l’Académie française admet « Par contre » dans le style commercial (il s’agirait d’une ellipse de « par contre-envoi »). L’Institution l’exclut en 1932 avant de l’insérer de nouveau en 1988 : « La locution ‘Par contre’ ne peut être considérée comme fautive, mais l’usage s’est établi de la déconseiller chaque fois que l’emploi d’un autre adverbe est possible. » Vous savez tout.

Mille(z)excuses ou mille excuses ?

  • Ce que l’on dit : « Mille (z)excuses votre altesse » (merci Ford)
  • Ce qu’il faut dire : « Mille excuses votre altesse » (sans la liaison)
  • Explication. L’adjectif numéral « mille » est invariable et ne prend donc jamais de »s » (contrairement au nom « mille », unité de mesure internationale pour les distances). Pas de « s », pas de liaison. Compris ?

Il est agaçant d’entendre dire : » Il a des chances de tomber » à la place de: « il a des risques de tomber » . Gardons la « chance » pour les événements positifs …. »

Monsieur Paul

le bonheur est dans la cuisine

Pleurs dans les cuisines lyonnaises, françaises et internationales. Les cuisiniers sont orphelins. Monsieur Paul est mort le 20 au matin à l’âge de 91 ans.

« Bien faire un travail ne prend pas pus de temps que de le faire mal ». Paul Bocuse

Sa vie est un roman. Il a écrit sa propre histoire qui restera unique dans l’Histoire.

Ce « cuisinier du siècle », « pape de la gastronomie », « empereur de la cuisine française », « primat des gueules »… était à la fois 3 fois étoilé (50 ans au Michelin), 3 fois ponté et 3 fois marié…
Monsieur Paul était un « Monsieur Croque-Madames » ! Il excellait dans la gastronomie et la polygamie.

Soupe aux truffes, poularde demi deuil inspirée par Eugénie Brazier, gratins de queues d’écrevisses et de macaronis, autant de recettes laissées en héritage et revisitées par d’autres jeunes chefs étoilés.

« De même que la cuisine doit laisser aux produits le goût de ce qu’ils sont, le cuisinier doit employer des mots qui ont le sens de ce qu’ils sont. » Paul Bocuse

Bocuse citation

Cet amoureux de la vie et du terroir ne manquait pas d’humour. Jovial et facétieux, il aimait les bons mots autant que les bons plats. Indiscutable génie au fourneau et aux affaires, il a su anticiper, s’exporter et se diversifier (à Lyon, son Institut, ses brasseries et ses fast food).  A Lyon, Monsieur Paul est partout.
Il laisse un empire immense que la galaxie Bocuse aura à coeur de faire perdurer.

cof

Paul Bocuse.jpg

 

Le petit jeu de lettres

Jeu Lady Marianne

jeu 148 de Lady Marianne
ICI

 12 lettres : E E I O U U C L M N T X
adjectif masculin – latinisme
qui outrage – qui offense

Moi, vous me connaissez, l’écriture c’est comme le tricot, un passe temps qui me détend.
idée1

Enfin, c’est vite dit, car le mot mystère de Lady Marianne de cette semaine m’a occupée toute une soirée, car ni le temps passé le nez cloué dans les incunables de la BML (bibliothèque municipale de Lyon), ni l’aide d’un expert cruciverbiste ne m’ont apporté la solution. Inutile de préciser que je commençais sérieusement à être mal lunée
Minute, papillon ! Bécassine
Après moult recherches sur le Net, j’ai trouvé et donc abandonné l’idée d’écrire un texte sans fil conducteur !  Encore une fois, Gougueul s’est montré clément avec moi.
Contumélieux, ça vous parle ? Sûrement que non… Cette coutume d’employer des mots anciens a du plomb dans l’aile. Mais c’est l’jeu, mon pauv’ Lucien !
Hélas, on dirait que mes doigts sont emprisonnés dans du ciment, immobiles sur le clavier, eux qui aiment tant s’agiter en cadence comme ceux de Bach jouant un menuet ou d’Antiblues lançant son moulinet
J’aurais peut-être dû inventer un conte pour enfants, flatteur et bienfaisant, bref pas du tout contumélieux…

Le Défi du 20 avec Catichou

Catichou, la petite nouvelle des Défis du 20 mène le premier Défi 2018 ICI

Elle nous propose : « Derrière chez moi, savez-vous quoi qu’il y a ? » … photos à l’appui mais aussi anecdotes si vous le souhaitez … quand je dis derrière chez moi, c’est pas forcément au ras de ma porte mais ce n’est pas non plus à 30 km derrière chez moi !

A part la chanson des Charlots, j’vois pas ! D’un côté, y a la Métropole, de l’autre les Monts d’Or et du Lyonnais. Mais pas de petit bois et pas d’étang…

Désespérée, j’ai pris mon compas, une carte du Rhône et j’ai tracé un rond de 30 cms (kms) de rayon. Façon simpliste de traiter le Défi de Catichou, me direz-vous. Mais méthode efficace !

Pas du tout ! J’ai changé d’avis. Derrière chez moi, côté Lyon, y a les deux cimetières de Pierre-Bénite et de Oullins que j’aime traverser pour regarder les tombes fleuries et repérer quelques détails « insolites ».

Ces photos ont été prises avec discrétion et respect

cof

Dans ces lieux où règnent la paix et le silence, les tombes m’invite à imaginer la vie de ceux qui y reposent. Certains détails sont surprenants et touchants.

mains.JPG

2018-a-1-janvier

Les petites tombes des enfants, particulièrement, dont certaines sont recouvertes de fleurs blanches et d’objets de toute sorte.

cimetière O (13)

coeur tombe.jpg

Nous n’avons pas le même culte pour les morts. Mais allez faire un tour dans un cimetière, vous y trouverez la sérénité…

cimetière Pierre-Bé (12)

A O. dans un petit coin du cimetière, en haut à gauche, tout près de la chapelle de Saint-Thomas d’Aquin, le jardin du souvenir, ensoleillé et intime, m’accueillera quand ma vie m’échappera.

cimetière O (16).JPG

en février, le Défi sera mené par Antiblues clic
Mesdames, préparez vous !