Etats d’esprit

Zénopia nous fait connaître, chaque vendredi, ses états d’esprit. Ma’ joue aussi.
Sur le vif, c’est drôle. Zénopia, je m’accapare « l’esprit » de ton thème…

Ce 28 février, j’ai très envie de grognonner haut et fort sur ces trois mois passés dans la grisaille, la pluie, le froid et d’autres turbulences plus personnelles…

cat

Fatigue : 2e rhume qui n’en finit pas et qui a gâché ma quinzaine de « vacances scolaires »
Humeur : plutôt morose, comme le temps
Estomac : jamais rassasié… une cata… je compense…
Condition physique : plus je m’active, moins je suis fatiguée, allez savoir pourquoi
Esprit : fluctuant, comme la météo
Boulot : semaine de reprise, pas une minute de répit
Culture : envie de « rentabiliser » ma carte Culture !
Penser à : prendre rendez-vous chez le véto
Avis perso : cet hiver me déprime « grave »… je ne parle que de ça…
Message perso : à mon subconscient : « stp, fais un effort, j’veux perdre 3 kilos »
Loulous Loulouttes : elles me disent et me répètent qu’elles sont majeures et vaccinées
Amitié : prévoir bientôt des rencontres avec les Bloguinettes lyonnaises
Sorties : ben, allez où avec ce temps pourri ?
Divers : enfin, une rencontre programmée avec les Icofiennes début mars
Courses : attention aux promotions tentations
Envie de : fraises, même étrangères -je sais c’est pas bien mais j’en ai une énorme envie-
Pic : de froid ! et ne parlons pas du ressenti, ça nous glace encore plus. Le « Paris-Moscou » vous en aviez déjà entendu parler ???
vent

Publicités

Le petit jeu de lettres

Jeu Lady Marianne

jeu 153 de Lady Marianne
ICI

12 lettres : AEEEUCHLBPRT
nom féminin
entonnoir à long tuyau percé de trous pour faire circuler du vin
dans un tonneau sans le troubler,
robinet d’un tonneau en perce ou arrosoir de jardinier,
fente verticale pratiquée dans un mur pour l’écoulement des eaux

Guignolphoto d’un vitrail

Allez savoir pourquoi après avoir percé le mystère de Lady Marianne, la chantepleure, j’ai été immédiatement propulsée par un élan de « lyonnitude » ! A la lecture des définitions, le cerveau en alerte, les trois compères inséparables se sont imposés… Au Pays du Beaujolais, l’heure a sonné ! Et je sais que je ne vous canule jamais avec mes guignoleries.

J’ai donc planché non pas sur la pauv’ Madelon qui pleure, ni sur la tavelle parfois brutale du précieux Guignol, mais sur l’histoire du troisième larron, Gnafron, qui en fait, fut la première marionnette créée par Laurent Mourguet.

C’est le Père Thomas, Lambert-Grégoire Ladré, grimacier ardennais originaire de Givet -capitale de la tannerie mais aussi terre d’élevage de vers à soie- et ami de Mourguet, qui l’a inspiré, après qu’ils se soient fâchés.

Gnafron , ce personnage bien charpenté, un peu bourru, est toujours représenté habillé d’un tablier en cuir et tenant un litron. Dans mon enfance, il était même la vedette d’une Pub célèbre du Cep Vermeil. Car à Lyon, pour trouver un peu de chaleur, on se sert un p’tit canon !

Gnafron Le Cep Vermeilphoto d’une affiche sur un mur croix-roussien

A Beaujeu, capitale historique du Beaujolais, un monument à la gloire de Gnafron a été inauguré au début de notre XXIe siècle.
Gnafronimage du Net

Le Défi du 20 avec Antiblues

Antiblues est toujours là où on ne l’attend pas. Le thème de son Défi de février : « Et vous, le dimanche, vous faites quoi ? » m’a tout d’abord laissée sans voix… Et puis, j’me suis dit que c’était l’occasion de faire des choses, le dimanche, au lieu de rester en pyjama à la maison !
Quand on travaille, on sort le weekend. Quand on est à la retraite, on sort toute la semaine et le weekend on essaie d’éviter la « foule »… Les parcs et espaces publics sont pris d’assaut, donc, pour moi, c’est sauve-qui-peut ! Après le tourbillon de mes semaines, j’aspire au calme et au repos.

Entre le Défi de Catichou et le Défi d’Antiblues, il y a eu 5 dimanches.
parapluie

Le 21 janvier, pluie. C’est devenu une habitude.
Je suis comme les chats, je crains l’eau, je suis donc restée à la maison.
Aïe… pourvu qu’il ne pleuve pas les 5 dimanches, sinon ce billet sera vite terminé.

 

Le 28 janvier, soleil. Promenade espérée après un déjeuner chez une amie. Que non, le papotage au salon a supplanté la balade. Aïe… les calories n’ont donc pas été éliminés. Mais c’était quand même bien agréable de se retrouver.

calorie
Le 4 février, brunch à la maison. Entre les courses et le ménage, j’ai éliminé avant de bruncher ! Tant mieux. Même pas le temps de prendre une photo du buffet… J’avais aussi confectionné des mendiants. Avec envie, je les convoitais souvent dans les vitrines. Si j’avais su que c’était si facile à réaliser, j’en aurais fait depuis longtemps !

mendiants.jpg

Comme il faisait presque soleil, on a pu faire une promenade au Fort Lorette, sans contourner le parcours de santé (pour les petits, pas pour les grands ni les vieux, hein) et finir au parc Beauregard, désert.

Parc Beauregard St-Genis Laval (4).jpg

Le 11 février, rien, nada, repos, silence et solitude, chat-pluie
comme j’aime. C’était prévu ainsi…
Oui mais, encore un drôle de dimanche et  un grand bonheur de voir mes deux filles et leur moitié. Alors, préparatifs à la hâte, courses, et portage du cocktail déjeunatoire à St-V. avec un temps pourri toute la journée.
Mais nous n’étions hélas pas réunis pour aller nous balader.

Le 18 février, rien, nada, repos, solitude silencieuse, après un déjeuner de copines à la maison, la veille, j’ai volontairement décliné une nouvelle invitation dominicale.
Je me suis consacré cette journée.

sieste

 

Et vous autres Défieur, Défieuses, vous faites quoi donc le dimanche ?…

Le Défi du 20 mars sera mené par PassiFlore
son thème : NOIR

Le petit jeu de lettres

avec Lady Marianne
152e jeu

Jeu Lady Marianne

rappel du règlement ICI

12 lettres : EEEEUBCLLQRS
adjectif féminin pluriel
paroles médisantes, mordantes
proprement : qui donnent des coups de becs

Quelle belle définition. Je me mets illico dans ma bulle et je pense « mieux » (voir mon billet sur le Petit Jeu de Lettres n° 151 !). Volontairement, je mettrai mes becquerelles de côté pour plutôt vous proposer une « becquée » d’Histoire.

...rumeur dans la bloguo...

Comment ça, on ne dit pas « becquée » ?
Ah vous préférez béquée ?… C’est égal.
Vous dites ? Excusez-moi je n’ai pas bien entendu, pouvez-vous répéter ?
Ah ce n’est pas l’orthographe qui vous chagrine mais l’utilisation mal à propos du mot…
Je vois, sauf que ça me fait deux anagrammes de plus. CQFD !

Je ne peux pas évoquer -sans aucune intention de chercher querelle au gone du Sud- Louis-Nicolas Bescherelle, le « h » n’étant pas mentionné dans la liste réelle de Lady Marianne et le « q » n’étant pas mentionné dans le nom du célèbre grammairien… Mais avouez que c’est ressemblant ! Et tentant… bleue, je suis bleue ! -mais oui j’rigole !-

Que je me rassure, dans le Club des Grands Hommes, je peux évoquer la lignée des BECQUEREL, physiciens français de père en fils, Antoine, le grand-père, Alexandre Edmond, le père, et enfin Henri, Prix Nobel de Physique en 1903, qui a dû partager ce Prix avec Pierre et Marie Curie.
Ils se sont penchés à leur époque, sur la « curie« , ancienne unité de radioactivité.
Et nom d’un gratton, d’après des études récentes, on apprend que l’on consomme de 100 à 300 becquerels par jour. La radioactivité fait partie de notre vie, elle est utile, voire indispensable.
Elle est pas belle la vie ?

avec-les-mots

24 heures Photo

24 heures Photo

avec Patricia
ICI

Mercredi 14, un rayon de soleil, quelques instants de liberté et une balade urbaine à la Confluence. Le Hasard, en ce jour de la Saint-Valentin, avait guidé mes pas au bout du bout de la confluence, là exactement où

cof
sur la photo, le Rhône à gauche, la Saône à droite

« l’eau du Rhône, fuyante, rapide, grondeuse, aux reflets d’émeraude, eau de la Saône, nacrée d’argent, lente, silencieuse, qui rejoint en épouse passive le tumultueux seigneur en un baiser perpétuel. Deux allures, deux humeurs, deux robes, deux corps joints en une seule coulée… (« Une enfance lyonnaise sous l’occupation » de Marielle Larriaga)

Ememem est passé par là !

cof

cof

Projet de Ma’ 7

Chaque semaine, Ma’ nous invite à plancher sur un nouveau projet.
Cette semaine, c’est : « bougie« 

ICI

Chaque semaine, notre défi c’est de choisir une seule photo ! Et comme d’habitude, c’est difficile de faire le bon choix…

Dans mes archives de vœux, j’ai retrouvé la carte 2006 du Conseil Départemental (à l’époque encore Conseil Général), fond noir, papier glacé, du plus bel effet, ces lumignons de Lyon !
lumignons-bougies (1)