Les Plumes avec Emilieberd

plume2019

2e rendez-vous des Plumes d’Asphodèle reprises par Emilie ICI qui a bien fait les choses avec un calendrier précis de collectes des mots clic

Les billets des autres Pluminautes ont été publiés lundi dernier.
Comme j’ai participé à l’Atelier avec Leiloona, j’ai décalé mes Plumes.

crayon fleur

Emilie avait lancé « dessous » et voilà la liste des mots qui nous ont été inspirés :

nuisette – tradition – 36e – fève – noir – tréfonds – envers – tarabiscot – bretelle – musarder – abonnement = 11 mots
et les 3 choisis par Emilie : arcane – affoler – arnaquer
un de ces 14 mots peut être ignoré, ce que je n’ai pas respecté…

cof

« Vieillir, c’est chiant. J’aurais pu dire : vieillir, c’est désolant, c’est insupportable, c’est douloureux, c’est horrible, c’est déprimant, c’est mortel. Mais j’ai préféré «chiant» parce que c’est un adjectif vigoureux qui ne fait pas triste. Vieillir, c’est chiant parce qu’on ne sait pas quand ça a commencé et l’on sait encore moins quand ça finira… » Bernard Pivot 2011

Un tableau bien noir pour le dernier épisode de la vie. L’année 2019 est pour moi, un tournant dans ma vie, ai-je besoin de le re-redire ?

En même temps, les nuisettes à bretelles ne sont plus d’actualité. Pyjama-chaussettes polaires me sont devenus indispensables, -comme mon abonnement Age d’or des transports en commun lyonnais- pour musarder matin et soir à la maison.

Tout d’même, le texte du Lyonnais célèbre m’a titillée un tantinet. Alors vendredi dernier -un vendredi 13, ça ne s’invente pas- après une nuit blanche de pleine lune, je décidai de rendre visite à Marie-Madeleine, la voyante d’O.

Mauvais présage, certains diront, une cartomancienne qui s’appelle Marie-Madeleine, comme celle dans la tradition chrétienne, risquait-elle de me porter la poisse ?
J’étais donc au 36e dessous à mon arrivée dans sa boutique. L’envers du décor, un petit salon cosy, était plutôt rassurant, murs blancs, décoration sobre, rien à voir avec la vision apocalyptique proposée par mon imagination !

Un seul regard lui suffit pour voir que j’étais affolée. Elle me rassura d’un sourire en retirant ses 22 Arcanes majeures soigneusement rangées dans un coffret sculpté d’étoiles dorées et me pria de tirer 3 cartes, ce que je fis d’une main tremblante.
Se dévoilèrent l’Arcane sans nom, puis la Lune et enfin l’Etoile.

L’Etoile ! Je ne vis qu’Elle et un sentiment confus de soulagement s’installa au tréfonds de moi car avant de prendre ce rendez-vous un peu fou, j’avais étudié le Tarot de Marseille sur internet. Pas d’arnaque, le Hasard avait parlé, l’Etoile sera ma bonne étoile pour gambader sur le chemin de ma septantaine !

Publicités