« Journée des mères »

Chaque année, le dernier dimanche de mai, c’est la Fête des Mères.

Le 16 juin 1918, Lyon créait une « journée des mères » en hommage aux femmes qui avaient perdu leur fils ou leur époux pendant la Première Guerre mondiale.

Douze ans avant, en 1906, Artas, un village dans l’Isère organisait une première cérémonie en l’honneur de deux mères de neuf enfants qui ont reçu un diplôme de « haut mérite maternel ».

Et le 9 mai 1920, le ministre de l’Intérieur de l’époque autorisait la première « journée nationale des mères de familles nombreuses » autour d’une collecte publique destinée à récompenser les plus méritantes.

Le gouvernement de Vichy popularisa l’événement et en 1941 le maréchal Pétain inscrivait la Fête des mères au calendrier, dans le but de relancer la natalité en France.

Ce n’est que le 24 mai 1950 que Vincent Auriol, président de la République, officialisera cette journée dans le Code de l’action sociale et des familles.
(cf article de Valérie Viallet-Faust)

Voici pour l’Histoire.

Cette démonstration d’amour s’accompagnait de cadeaux :  une fleur, un dessin, un collier de nouilles… Mais le business qui s’en est emparé n’est jamais à court de trouvailles coûteuses… En 2019, pour faire plaisir aux Mamans, plutôt que d’offrir un aspirateur ou une batterie de casseroles, mieux vaut s’orienter sur un soin, un massage, un cours de cuisine, un stage de théâtre… En un mot, les enfants, oubliez l’oeillet blanc, fleur préférée de la maman de Anna Jarvis !

Ballons

Bonne Fête chères Mamans-Aminautes