Jeudi d’été en dictée

Tout le monde n’est pas encore parti. Et comme c’est le temps des grandes vacances, je vous propose une dictée hardie, remplie de ce petit mot interdit à l’école, qui figure pourtant dans tous les dictionnaires !

dictées

La dictée des cons de San-Antonio*

« Il est difficile d’écrire sur les cons sans citer des noms. Oh ! comme c’est démangeant… Pourtant, en secret, je rêve d’un annuaire des cons. Je le vois. Il me démange la plume… Certes, les vrais cons sont d’une connerie évidente. Ils la portent, l’arborent comme la couleur de leur peau.
Seulement, il y a les autres, tous les autres : les mi-cons-mi-raisins, les cons à retardement, les apprentis-cons, les espèces de cons, les bougres de cons, les moins-cons-qu’ils-n’en-ont-l’air, les céhohènes-pantoufles, les cons centrés, les cons cernés, les cons cierges, les cons cassés, les cons caves, les cons cubains, les cons damnés, les cons danseurs, les cons descendants, les cons disciples, les cons d’or, les cons fédérés, les cons fessés, les cons frères, les cons joints, les cons jurés, les cons sacrés, les cons sanguins, les cons sentants (et ils puent !), les cons sidérables, les cons signés, les cons sonnants, les cons sultants, les cons testés, les cons tractés, les cons vaincus, les cons voyeurs, les cons gelés, les cons fondus, les cons sommés, les cons trop versés, les cons venus, les tout-cons, les con-cons et beaucoup encore. »

* Frédéric Dard (1921-2000)