Le jeudi, si on chantait ?

Pas de dictées en juillet-août. On reprendra en octobre. Ben pourquoi donc en octobre, la rentrée c’est en septembre ?

Ma foi parce que la pauv’ Soène sera overbookée et sûrement bien absente de la bloguo à cause des journées adhésions/inscriptions de 2AUTA…

Dimanche matin, en écoutant Didier Barbelivien, j’ai eu envie de publier des paroles de chansons. Souvent, on met un CD et on fait autre chose. Donc on entend mais on n’écoute pas les paroles et c’est bien dommage.

Pour commencer, j’ai choisi « Les étangs de Mayenne ». Et je dédie ce billet à deux anciennes Aminautes, Jeanne de Laval et Pierrot Bâton. C’était il y a quelques années, déjà, et la nostalgie nous reprend… Mindounet a remué les coeurs sensibles d’une petite bande de Bloguinautes qui se reconnaîtront…
Ce n’est pas ma chanson préférée de ce chanteur, c’est juste l’envie de me rapprocher en pensées d’Elles & d’Autres aussi.

clic

« Dis-moi si les étangs de Mayenne
Sont toujours aussi beaux pour elle
Dis-moi à Juvigny-sous-Andaine
Fais-tu bien attention à elle pour moi 

Elle dit que plus jamais ne reviennent
Ni les chansons ni la peine dis-lui
Que j’écris sur du vélin d’Angoulême
Tout le contraire de ce qu’elle dit 

Je l’aime comme une valse d’enfance
Caramel caché sous la langue
Je l’aime
De préau d’école en dimanche
C’est toujours à elle que je pense
Quand même 

Dis-moi est-ce que les gens se souviennent 

A quel point elle était belle dis-moi
J’avais caché dessous les tuiles
Nos lettres d’amours inutiles voilà 

Caramel caché sous la langue
Je l’aime
De préau d’école en dimanche
C’est toujours à elle que je pense
Quand même 

Dis-moi est-ce que les gens se souviennent
A quel point elle était belle dis-moi
J’avais caché dessous les tuiles
Nos lettres d’amours inutiles voilà 

Elle vit entre la maison et l’étang
Elle n’a plus jamais peur du vent dis-lui
Que j’oublie tous les souvenirs qui m’entraînent
Dans toutes ces gares de la nuit 

Je l’aime de tout mon coeur qui balance
Entre la folie et l’absence, je l’aime
Parmi les genêts de la lande
Je vois des fleurs qui lui ressemblent
Quand même 

Dis-moi si les étangs de Mayenne
Sont toujours aussi beaux pour elle
Dis-moi à Juvigny-sous-Andaine
Fais-tu bien attention à elle pour moi. »

cof