Jeudi en dictée

Installez vous confortablement, prenez une feuille blanche et un Bic, ce matin, c’est dictée !

Aucune difficulté particulière dans ce texte. Un sans faute assuré ! Alors, concentrez-vous sur l’écriture sans rature…

dictées

 

Il faut choisir le siège et la table de telle grandeur que les bras agissent facilement dessus. L’élève bloguinaute, ainsi commodément placé, aura le corps un peu éloigné de la table, le bras gauche posé dessus jusqu’au coude, afin que la main du même bras puisse tenir le papier.
L’avant-bras droit, appuyant légèrement sur la table et en sortant d’environ la moitié, sera éloigné du corps de dix à douze centimètres, position que prend naturellement un enfant et qui convient à ce genre d’écriture.
La jambe gauche sera plus avancée que l’autre : la pointe du pied droit correspondra au talon du pied gauche. Le bras et la jambe gauches, placés de cette manière, soutiendront seuls le poids du corps et donneront au bras droit facilité pour agir.
Le cahier sera tenu droit en face de l’épaule droite.
La plume pointe du Bic, tenue légèrement entre le pouce, l’index et le majeur, ne devra jamais tourner soit pour former les pleins, soit pour former les liaisons. Les deux derniers doigts, appelés annulaire et auriculaire, seront éloignés des autres de l’épaisseur d’un doigt et toucheront légèrement le papier, en laissant un espace suffisant pour pouvoir y glisser une règle de moyenne grosseur.
Les boucles dépasseront la ligne d’un corps et demi, le d et le q d’un corps et le i d’un demi-corps. On entend par corps d’écriture la hauteur des lettres qui n’ont ni boucle, ni tête, ni queue.
La position du bras est plus naturelle dans l’écriture française. Elle est beaucoup plus lisible, plus simple, plus solide, plus uniforme, plus sérieuse et d’un aspect plus beau, plus correct ; elle occupe aussi moins de place, puisqu’elle est moins penchée. »
Ed. Flament

Bic
image du Net