Projet de Ma’

On a le choix ce samedi, entre le bleu, le vert et le violet, une couleur froide pour le Projet de Ma’ clic

Le violet était le thème de février de Bernieshoot, le bleu est ma couleur préférée depuis toujours, le vert c’est l’espérance et la chance…

Par hasard, ce Projet tombe le samedi 29 février, cette année. Alors, je choisis le vert et son espérance !

Menthe / citron vert / rhume blanc / glaçons : un Mojito c’est épatant !
Mojito

Maisons d’artistes

400e billet chez WordPress 
que du bonheur !

Se souvenir des belles choses. J’ai laissé passer un peu de temps pour ne garder que l’essentiel. Mon escapade à Paris, fin janvier, a été, je peux le dire, extraordinaire.

Plusieurs raisons à cela. Il y avait longtemps que je n’avais pas revu Paris que j’aime tant, j’ai eu tout le loisir de revisiter Montmartre et de découvrir quelques endroits charmants, j’ai admiré l’Expo Vinci au Louvre. Mais surtout, j’ai passé du temps avec mes deux filles.

La manifestation d’envergure, sur les quais, ne nous a pas trop gênées -nous avancions sur les berges libérées de la circulation automobile-, juste un peu aux abords du Louvre. Ayant prévu ces incidents, nous avons même eu le temps de nous pauser au Café Marly et de nous moquer des « cocottes-serveuses » empruntées qui papillonnent, drôlement fagotées, dans les allées de ce lieu historique.
Sans parler de la note très salée !

Une longue entrée en matière pour ne parler, pour le moment, que du Musée de Montmartre… parce qu’il mérite bien tout un billet clic

entrée Musée Montmartre

Dans les Jardins Renoir, jouxtant la vigne du Clos de Montmartre étalée en pente douce qui descend jusqu’au Lapin agile, ces anciennes maisons réunies en Musée, ont accueilli de nombreux artistes : Auguste Renoir, Emile Bernard, Raoul Dufy, Toulouse-Lautrec, Suzanne Valadon et son fils Maurice Utrillo.

vigne Montmartre

jardin Musée Montmartre

Musée Montmartre

jardin-atelier SV Musée Montmartre-roses
Atelier SV Musée Montmartre

L’histoire de la Bute est racontée à travers peintures, affiches et dessins. Dans cette enfilade de maisons et de pièces baignées de lumière, on espère presque tomber nez à nez avec l’un de ces Artistes. Lieux intimes, oeuvres célèbres se succèdent harmonieusement dans la lumière qui joue à cache-cache pour mieux sublimer ces trésors. Les décors reconstitués nous suggèrent ces instants de vie et nous font glisser dans la peau des locataires.

IMG_20200124_110639

Musée Montmartre2

Tableau Musée Montmartre1

Paris-Musée Montmartre janvier 2020 (32)

Paris-Musée Montmartre janvier 2020 (38)

Les jardins Renoir, sous le pâle soleil d’hiver, où fleurissent encore des roses et la paix règne, nous ont offert un grand bol d’air vif et nous ont conduites tout doucement à l’appartement de Suzanne Valadon. Surplombant le jardin, baigné de lumière grâce à l’immense verrière, l’atelier perché respire l’authenticité et rend un brin nostalgique.

Paris-Musée Montmartre-Atelier SV (24)

Paris-Musée Montmartre-Atelier SV (1)

Paris-Musée Montmartre-Atelier SV (2)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les quelques visiteurs nous ont permis de nous imprégner de cette atmosphère tranquille et de nous attarder sur les détails de cette pièce, d’un salon et de la chambre d’enfant de Maurice Utrillo.

 

« Le coeur de Paris, c’est une fleur. Une fleur d’amour si jolie que l’on garde dans son coeur, que l’on aime pour la vie. »
Charles Trénet

Projet de Ma’

Je retrouve le cours « normal » de ma vie ! Et la période des vacances scolaires qui arrive me permettra de préparer quelques billets.

Pour ce samedi, le Projet de Ma’ est sauvageCLIC pas facile… même au Parc de la Tête d’Or, les animaux sont domestiqués. Alors, je pourrais montrer une photo de ma minette, très sauvage… Bref, rien d’original.

A Copenhague, un petit tour dans la « ville libre Christiania » nous a laissées sans voix. A la tombée de la nuit, tout était encore plus étrange voire inquiétant. Le temps de faire quelques photos, nous sommes arrivées au marché… du cannabis ! A cet endroit de la « ville », injonction de ne pas photographier !

Jusque là, tout va bien…

entrée Christiana (1)

Jeudi en littérature

Avant-propos : ce billet était programmé depuis quelques semaines… Quand je l’ai rédigé, je n’avais pas remarqué qu’il serait publié le jour du Défi du 2O

Monsieur Jean-Paul DUBOIS fête ses septante ans ! Il est né le 20/02/1950, à Toulouse.  Bienvenue au Club !

Le Prix Goncourt lui a été décerné fin 2019 pour son 22e roman Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon.

JP Dubois

L’essentiel pour lui, dit-il, c’est le temps et la liberté. Il veut être propriétaire de sa vie, ni le locataire ou l’actionnaire. Comme ça me plairait d’en faire autant…

Il réclame le droit à la paresse, au bonheur et à la dépression. Paresse et bonheur, je comprends mais dépression, ça ne rime pas avec bonheur, me semble-t-il…

Il ne veut pas de réveil mais se lever quand il n’a plus sommeil ! Tout comme moi !

Son plus, c’est qu’il a un immense talent à entendre mes amies qui lisent ses romans. Il faudrait bien que je m’y colle alors, je n’ai lu aucun livre de cet auteur…

« Histoire d’une vie, Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon est l’un des romans les plus aboutis de Jean-Paul Dubois. On y découvre un écrivain possédant au plus haut point le sens de la fraternité et animé par un sentiment de révolte à l’égard de toutes les formes d’injustice. » cf Babélio

Il a dit aussi, lors d’un interview au Figaro (le 3/02/2017) : « Le temps libre que je cultive hors de l’écriture m’est précieux : quand je ne fais rien, je sais que mon cerveau scanne le moindre détail avec attention. Disposer de temps permet d’être attentif, de réfléchir aux choses essentielles de la vie, et le temps à perdre dans ces cas-là nous enrichit de manière considérable. Ne rien faire, c’est réparer, gagner une autonomie intellectuelle, manuelle, etc. C’est une forme d’indépendance de l’usage du monde, une arme fatale, qui change le rapport aux autres. »

Alors, voilà, je suis conquise ! Je vais essayer d’emprunter ce livre au bandeau rouge à ma Coach de Tricot-Crochet, qui l’a lu dès sa sortie en librairie.

Et vous ? qu’en pensez-vous ?
De l’Auteur et de ses romans ? 

Défi du 20 avec Antiblues

Défi du 20
La routine tue l’envie, hein ! Nos Défis du 20 tournaient un peu en rond depuis quelques mois.. Mais pas question de quitter la bande des Défieuses que j’avais rejointes depuis bien longtemps (2013 si ma mémoire est bonne !).

Et alors ?… Antiblues est arrivé-é-é  ! avec « sa » nouvelle règle ICI

Il mène donc ce premier Défi du 20-02-2020 relooké et nous propose deux mots (ou expression) en A : artichaut et amour interdit.

cof

Maturin ne connaissait que ses champs de chardons cultivés. Dame, c’était pas pour rien qu’il était Breton ! Travailleur mais coquin, un vrai coeur d’artichaut. Wouaf !
Un beau jour, alors qu’il allait répandre du purin sur sa future récolte, il croisa Annaïk Labornez, avec son béguin et son tablier blancs, qui partait sur les chemins, rêvant d’un autre horizon que cette plaine bretonne.

Maturin, qui était aussi un bonimenteur, lui compta fleurette en effeuillant un artichaut une marguerite et, sur-le-champ, déflora la benête. C’est ainsi que la pauvre Bécassine partit pour une nouvelle aventure avec son gros nez et son ventre tout ronds !
Et devinez quoi ? De cet amour interdit naquit un rejeton, bébé Gwaltz.

Gwaltz

NB : ce début d’histoire pourrait faire l’objet d’un nouvel album « Bécassine & Gwaltz »… Si les héritiers de Caumery lit ce billet, ils peuvent me contacter en laissant un commentaire.

Projet de Ma’

Avec le calendrier annuel de Ma’, c’est facile de programmer le billet du samedi.

Cette semaine, le mot magique est porte
clic

Portes d’entrée ou de sortie, laquelle choisir pour sortir des sentiers battus ? Car, tout le monde le sait, mon challenge c’est d’obtenir un wahoo antibluesien !

Edit du 19/02: wahoo! ! j’ai eu deux « wahoo » de mon Ami Antiblues ! Trop bien !

J’ai choisis une photo d’archives, une mosaïque plus exactement, de portes ouvertes sur la Nature lyonnaise
mosaïque portes

14e jour de février

3 années sur 4, le 14 est le milieu de ce 2e mois de l’année. Pas cette fois.

On a tout dit sur ce virus sentimental, un gentil virus on en convient, qui ne dure qu’un jour par an.

Plus sérieusement, c’est aussi la journée du coeur, cet organe qui régit notre vie.

Ni propos médicaux, ni propos commerciaux dans ce billet. Laissons les malades et les consuméristes, même si ce n’est pas très charitable de ma part d’ignorer les premiers cités…

Moi, vous me connaissez, à l’affût des infos diverses et variées, quel n’a pas été mon étonnement d’apprendre que :

Saint Valentin n’est pas vraiment le patron des amoureux
L’ours est le symbole historique de l’Amour
Au IIIe siècle, à Rome, on fouettait les femmes en février
etc.

Stop ! assez de bla-bla-bla

Moi, ce que je sais, c’est que la Saint-Valentin, ce n’est pas que la Fête de l’Amour, c’est aussi celle de l’Amitié.

Bonne Fête
à Vous Toutes & Tous, chères et chers Bloguinautes
cof

Jeudi en actualité

Sur le 20 Minutes du 5 février, j’ai lu : « Copenhague, prête pour la grande boucle » !

Le Tour de France 2021 (on pourrait peut-être le rebaptiser, le TdF, comme on l’a fait pour le Rallye-Dakar !) commencera, le 2 juillet, par un contre la montre dans les rues de la capitale danoise.

La Citadelle, le Pont de la Reine Louise, le château royal d’Amalienborg, et la Petite Sirène… Les coureurs n’auront même pas le temps d’en profiter. Moi, si, car j’y serai… demain !… @ bientôt sur notre Bloguo

Cette dernière escapade clôturera ainsi mon année « 70 ». Que d’émotions, d’aventures, de tendres moments et de jolis souvenirs. Mille Mercis à mes deux filles.

En attendant, cette année, le Tour de France partira de Nice, mais, là, je n’y serai pas !

Tour de France 2020 image du Net