Jeudi en littérature

Ce n’est pas un thème le plus lu chez Soène… Mais cet espace est avant tout un lieu où je peux me faire plaisir, hein !

Cerise sur le gâteau, je vous propose de découvrir comment le nom d’un homme religieux est-il devenu un apéritif intemporel !
Dans la catégorie « jeudi en gourmandise« , je vais parler de Félix Kir (à la mode de Stéphane Berne) -pages 47-48-

Stéphane Bern

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne passait pas inaperçu ! Jacques Chaban-Delmas, alors Président de l’AN, disait du religieux et homme politique Kir (1876-1968) : « c’est une figure ! » En effet, ce truculent personnage marqua les rangs des Députés des IV et Ve République. Pensez donc, à 91 ans, il est réélu Député de Cote-d’Or pour la 7e fois ! Que diriez-vous, pour fêter cette victoire, de boire un petit blanc-cassis plus connu sous le nom de Kir ? Porter un toast en l’honneur de quelqu’un avec un apéritif qui porte son nom, en voilà une chose peu commune !

Félix Kir vient d’une famille lorraine (coucou Mamylor) établie dans un village près de Dijon. Son grand-père aurait transformé leur vrai nom de famille Curé en Kir en arrivant en Bourgogne. Félix a très tôt la vocation et entre au séminaire. Un Curé dans les ordres, voilà une information qui ne s’invente pas ! D’abord vicaire, il est affecté aux services  de santé durant la Grande Guerre avant d’être nommé chanoine (conseiller de l’évêque) en 1928. Egalement conférencier et rédacteur au journal catholique Le Bien du Peuple, Félix Kir participe aux grands débats de l’époque et se distingue par son patriotisme. Rien d’étonnant donc au fait qu’il commence à s’impliquer dans la ville de Dijon à la fin des années 1930 (il n’hésite d’ailleurs pas à prendre le képi pour faire la circulation dans les rues de la ville), et qu’il s’engage dans la Résistance. Kir fera ainsi évader 5 000 prisonniers de guerre français d’un camp près de Dijon, sera sérieusement blessé dans un attentat dirigé contre lui et, à la Libération, se verra nommé secrétaire du comité départemental. Entré en politique, le chanoine refuse lors des élections municipales et législatives de 1945 de s’allier aux Partis traditionnels. Il crée donc sa propre liste d’Union sociale et est élu député-maire de Dijon, mandat qu’il occupera jusqu’à sa mort en 1968.

Lors des réception officielles, le chanoine institue la tradition de servir du Bourgogne aligoté additionné de liqueur de cassis, rencontre de deux produits du terroir bourguignon. Particulièrement féru de cet apéritif créé en 1841 par un cafetier dijonnais, le député-maire est même connu pour transporter dans son cabas une bouteille de blanc et de la liqueur de cassis lorsqu’il se rend à l’Assemblée ! Lejay-Lagoute, un fabricant dijonnais de crème de cassis -je vous conseille leur Kir royal !-, pense alors à utiliser le nom du député-maire populaire pour faire la promotion du blanc-cassis. Kir accepte volontiers : dès 1951 son nom est associé à son apéritif favori ! En 1967, le chanoine Kir entre dans le dictionnaire -autrement dit de son vivant, une véritable consécration !

Tchin tchin !
Bouillon Chartier-kir