Corona-journal/J-20

Chat Apollinaire

Chalut, c’est Natty

C’est Minet Max qui m’a donné l’idée de prendre mes papattes pour écrire un mot.

Maman-chat prétend que taper sur un clavier c’est un vrai métier. Chat à pas l’air sorcier. A force de la regarder faire, j’ai bien compris : patte gauche pour les carrés noirs gauches, patte droite, à droite.
Ah ! elle vous a raconté aussi son coup fumant de la sirène-incendie. Par tous les chats, que j’ai eu peurrr.
A croire que par moment sa cervelle est plus petite que celle d’un colibri… non, c’est pas ça qu’elle me dit… je réfléchis… Ah oui, c’est canari. Elle me dit tout le temps d’aller voir à la fenêtre : l’est où le canari, l’est oùoùoù ? Et moi, je cherche… Rien, même pas un pigeon. En ce moment, je vois surtout des gros chats en laisse. Elle me dit que ce sont des chiens qui font « wouafwouafwouaf ». Quand j’étais petite, la maman de ma vraie mère -la fille de ma mère-chat- m’avait acheté un collier à musique (grelot). Vous pensez bien que j’ai eu peurrr. Et pas question de me balader comme tous ces soumis.

Je sais, elle m’adore ma mère-chat, elle est chat-gaga.Mais elle aime aussi les autres, Nunzi (Sharon), Maxouminet (Lydia), Clochette (Patricia), Vador (Ma’), Newton (Marla), etc. Y’en a d’autres mais j’me souviens pas de tous leurs petits noms.

En ce moment, je la trouve un peu bizarre. Elle commence à me hérisser le poil à me coller aux papattes toute la sainte journée. Elle ne sort même plus 🙄 comme moi, elle vit la nuit. Elle s’endort avant moi et se réveille quand je commence à m’endormir. L’après-midi, elle fait la sieste. Bon, je vous le miaule sincèrement, chat me va. Je lui réclame mon doudou rose et je saute sur ses genoux -si y’a pas mon doudou, j’viens pas-et nous siestons ensemble.

Du coup, dans la nuit, j’ai mon petit-déj avant elle. Moi, après je voudrais bien jouer un peu pour digérer mais elle me rengaine, Natty je bois mon café, fiche moi la paix. Je fais mine de partir, je reviens faire pipi, je repars, je reviens faire caca. Elle est obligée de nettoyer ma caisse… Après tout ça, son café est tout froid. Na. Du coup, elle me dit des mots (pas doux), genre t’es chiante Natty. Je comprends rien mais à la regarder, j’suis pas rassurée Ben oui, vous le savez, j’ai un peu très peur de tout comme de rien, j’y peux rien, c’est mon chatractère (mot valise « chat-caractère »), tout chat à cause de ma mère biologique qui m’avait cachée loin des humains durant tout mon premier mois, avec ma soeur et mes deux frangins.

Vers 6 h/6 h 30, elle allume son ordi et chat dure, chat dure, chat dure. Je la colle, je fais le dos rond, je vrille ma queue contre sa robe de chambre -rose- et je miaouuuute fort pour qu’elle vienne ouvrir les fenêtres des chambres. Fait froid. Nom d’un chat (elle, elle dit nom d’un gratton) faut qu’elle revienne fermer les fenêtres, j’vais éternuer. Elle serait encore capable de m’embarquer chez la véto, dans mon chac de voyage. Pas question, non plus, jamais, qu’elle me prenne dans ses bras, juste des mimis sur le front. Quand elle me dit mimi Maman, je baisse un peu la tête. J’aime bien ses mimis entre mes oreilles.

Enfin, elle craque, me re-re-re brosse, lui fais brrrou-brrrou -elle aussi !-  et elle me re-re-donne une poignée de croquettes. Je repars et je miaule grave pour qu’elle vienne jouer avec moi et avec mes peluches, NoNo, Kangou -importé d’Australie par Odile- et mes deux minets-doudous -le blanc c’était mon préféré quand j’étais bébé-, qu’elle avait acheté à des Noël de la SPA, après mon arrivée à Lyon. Et là je prend la position « arc de cercle » et j’attaque, sans griffer, je sais, je sais ! Natty, pas griffes à Maman ! En vieillissant, je maîtrise mes griffes et je la mords plus non plus, sinon elle crie Aïïïe

a-10-12-14-Natty (3)
peluches Natty
Le temps passe (pas vite, je dors plus tard). Elle se lève et elle me bouscule (c’est une chanson de CloClo, -non pas Marie-Clo-Clo- le chanteur) alors je cours m’installer sur le coussin de ma chambre grise (j’ai deux chambres, la mienne ET la sienne). Où j’en suis ? Ah oui, quand elle passe pour faire son lit, je lui fais un coup de tête à ma façon -irrésistible !- je vous dis pas, elle adore. Mia-Mia (ça veut dire Maman) j’veux mes bonbons ! Elle repart les chercher, revient avec des gourmandises, pas toujours les mêmes sinon je me lasse. Depuis qu’elle est enfermée, elle veut bien jouer avec moi. Moi aussi ! On aime bien mon jeu-tour d’éveil. Je récupère les bonbons et elle me tire le portrait. Comme chat  l’amuse, je fais semblant de ne pas les voir ou de ne pas pouvoir les attraper.

Elle comprend tout ce que je veux qu’elle comprenne (je lui dis pas tout haut tout ce je rumine dans ma tête, hein). Par contre, moi, je ne comprends pas tout ce qu’elle voudrait que je comprenne. Vous suivez ? Des fois, je vais semblant de rien comprendre ou de ne pas entendre. Chat l’agace.

Après tout ça, c’est 11 h. Je m’installe sur mon doudou rose (elle vous en parle tout le temps), je fais un peu de gym-toilette et je dors jusqu’à l’heure de sa sieste.

Je viens dans le séjour, le soleil a traversé. J’arrive en courant, grimpe sur la table (mais jamais quand y’a des assiettes, question d’éducation), réclame mon doudou rose resté dans la chambre bleue et m’installe sur ses genoux. Au bout d’un moment, j’ai trop chaud, je m’en vais sur le radiateur regarder par la fenêtre -qui donne sur la place, là où elle voit le clocher- ou sur mon doudou rose qu’elle a posé sur la table, au soleil. Elle saute sur son tél et clic-clic-clic, j’ai droit à une séance de shooting.

Natty sieste soleil (3)

Arrive l’heure du miam, la distribution de ma ration de croquettes est faite en plusieurs fois, sinon je gloutonne, -ou je digère mal et les recrache sur le parquet- et je grossis.
Elle dîne et s’endort. Je re-re-dors avec elle sur ses genoux ou sur le dossier du canapé. Je lui donne un coup de papattes de velours -elle adooore- 21 h 30,c’est l’heure d’aller me/nous coucher. Une petite séance de câlins/ronrons et elle se rendort. Ouf !

Et ça recommence du début, le lendemain. Tant que le confinement -un mot nouveau- durera, je serai là pour lui prodiguer mes bonnes ondes.

Mes kifs de tous les jours :
J’adore être brossée
J’adore les crevettes
J’adore mon doudou rose et ma mère-chat

Chalut. Je ne vous léchouille pas -j’ai horreur de chat-.

PS1 : tout est vrai dans ce récit. Je lève ma papatte droite et je dis mi-a-ou.
PS2 : c’est un peu -trop- long, mais comme c’est un un vrai s dimanche pour vous, vous aurez le droit le temps de lire… ou pas

« Un conseil, faites comme tous les chats, concentrez-vous sur l’essentiel. N’accordez pas trop d’importance aux choses matérielles, car vous savez ce qu’on dit : ce que vous possédez finira par vous posséder. »