Jeudi en automne

C’est déjà le 2e jeudi de l’automne et nous changeons de mois. Nous sommes le 1er octobre. Rien d’anormal. Et bien si ! Ce premier jour du mois ainsi que le dernier, il y a et aura une pleine Lune. La première aujourd’hui, la seconde le 31/10, appelée  » Lune bleue« , phénomène qui n’arrive que tous les 19 ans ! Aïe, une suffit déjà pour perturber mon sommeil, alors deux, c’est trop… En même temps, 13 pleines Lunes en 2020 ça devait nous porter bonheur ? Et bien non !

Il y a quelques jours (le 23 septembre), j’avais écrit un billet d’humeur intitulé « Des idées dans le bocal » et après rumination, je l’avais stocké dans les brouillons. Il est temps de le publier ! Ce n’est pas très élégant le « bocal » car bien sûr là, je parle argot ! J’aurais pu appeler cette nouvelle rubrique « des idées plein la tête » mais c’était moins affriolant !
Je pourrais aussi bien retrouver mon bocal et le remplir des idées qui me passent par la tête et chaque semaine/quinzaine ou mois, les retranscrire dans un billet… Je me suis souvenue d’un jeu avec Syl, la Comtesse du Berry (dans un autre blog, dans une autre vie) où l’on écrivait nos résolutions sur des petits papiers que l’on enfermait dans un bocal -un vrai !- clic

Mais dans cette vie d’après, les résolutions sont devenues « ruminations » ! Moi, vous me connaissez ! A quoi ça servirait d’ailleurs de prendre de bonnes résolutions en ce moment alors qu’on navigue à vue et qu’on n’y voit pas plus loin que le bout de nos nez…

C »est reparti mon kiki. Ca recoince « grave » à Lyon et dans la Métropole. Il a fallu que le Préfet resserre les boulons. Et cette fois, c’est pas de la faute des Séniors, hein.
Mais, nom de mille grattons, ils sont un peu neuneus les jeunes à faire tout et n’importe quoi. Et même Sciences Po Paris ! Pourtant, ces cerveaux brillants, ces têtes bien pleines, une partie de notre future élite, savent lire, écouter, comprendre, suivent l’actualité et ont reçu une bonne éducation…
Et bien, v’lan, ils ont repris les cours en « distanciel ».

J’aime bien tout ce nouveau vocabulaire sorti dont ne sait où, « présentiel », « priorisation », « exponentiel », « covidisme », « quatorzaine », et le dernier « septaine ». Bon d’accord, mon vocabulaire est limité, je ne sors pas de Saint-Cyr. Mais au moins, quand je parle ou quand j’écris, pas besoin de reformuler pour me faire comprendre 😆 Enfin, si, parfois j’ai l’impression que je suis tombée d’une autre planète avec ma logique soénienne 🙄

Mais revenons à nos masques, cet accessoire contraignant devenu objet de Pub ! « Il faut faire de la pédagogie« . C’est bien mais ça n’a pas suffi pas, alors « on » est passé au stade de la répression, des contraventions et à nouveau des interdictions ! La faute à qui ? A ceux qui veulent s’amuser, boire, danser, vivre en meutes, qui portent les masques sous le menton, au bras ou carrément dans leurs poches, chiffonnés et covidés à souhait, sans parler des masques abandonnés partout, partout 😥

Bon d’accord, le Savant de Marseille s’est trompé, mais c’est humain, hein ! Même Madame Soleil n’y voit goutte dans sa boule.
Pas testée, pas vaccinée, pas malade -ou asymptomatique-, je m’ensauvage. Non, non, pas dans le sens dont parle le p’tit Gérard. Je deviens de plus en plus sauvage comme Natty, je m’isole volontairement. Je préfère la solitude à l’agitation et au brouhaha. D’ailleurs je n’avais aucun mal à me désocialiser, la canicule m’ayant reconfinée naturellement. En plein cagnard avec le masque, c’était au dessus de mes forces 🙄 J’ai la possibilité de naviguer à contre courant, je pars et rentre aux heures creuses, je m’éloigne le moins possible de ma colline et je fais travailler le commerce local !

Ah ! on va m’en faire des réflexions, on va m’en donner des conseils. Ca va me faire rire -ou pas-. Moi, j’dis comme Renaud « laisse béton« .

Pour finir ce billet, une nouvelle qui m’a agité le bocal. J’ai appris que Régis Fayette-Mikano (alias Abd Al Malik) « artiste » -d’ailleurs il était bien plus classe sans sa barbe et avec son vrai nom- réinterprète « notre » Marseillaise en version ralentie aux airs de slam 🙄
Mais où va-t-on ? Après la version sur un air de reggae, en 1979, de Gainsbourg, voilà à nouveau que l’œuvre géniale de Rouget de Lisle est à nouveau maltraitée.
C’est ça la France ?
Faut pas toucher à mon Hymne National, même avec ses paroles révolutionnaires, sinon je vois rouge…