Atelier 382 de Leiloona

Leiloona propose une photo de Lorenzo Cerato

clic

Elles n’ont plus guère l’envie de se parler. Les années passant, le dialogue s’est rompu, les gestes d’affection ont été refoulés. Refoulés par la fille. La mère, sans rien dire, en a pris son parti.

Alors, quand ces moments doux mais trop rares se réactivent, la mémoire égrène les souvenirs.

Ca fait pas mal d’années déjà, l’âge de l’enfant devenue presque une adulte. Justement, c’est ce qui serre son cœur de mère.
Elle se souvient bien. Elle ne veut surtout pas que son enfant refasse le même chemin.

Sa « petite » est belle. Trop belle. Comme elle l’a été à son âge. La vie a évolué mais la misère est toujours là. Certes, elle travaille dur, autant qu’elle le peut, pour lui donner le droit d’être comme les autres, tattoos et portable sont les parements d’une jeune fille du XXIe siècle. L’enseignement qu’elle reçoit est aussi un atout pour vivre dignement, plus tard.

Elle n’a pas eu cette chance. Et pour gagner un peu d’argent afin d’aider ses parents, elle a vendu son corps, un jour de printemps. On appelle ça maintenant le tourisme sexuel.

La honte. La colère de ses parents. Elle s’en souvient. A sa fille, elle n’a jamais rien dit et n’a jamais répondu à ses questions au sujet de son père. Sa mère à elle, ne lui accordait pas de temps, pas de tendresse. Jamais, elle n’avait trouvé un moment pour lui brosser ses longs cheveux noirs comme ceux de sa fille. Un geste dérisoire peut-être mais un des derniers liens mère-fille,, ce geste d’amour qu’elle peut offrir à son enfant et que son enfant lui concède.

Chic c’est Lundi

clic

Pour le dernier Lundi au Soleil rose d’octobre de Bernie, il était impensable que je ne (re)montre pas quelques unes de « mes » roses lyonnaises !
Et je sais que pour ce billet de beauté et d’Amitié mon Ami Edualc sera là 😉

La couleur rose est classique pour une rose et les rosiéristes ne résistent pas à la tentation de créer de nouvelles roses roses. Pour le plaisir des yeux.

J’en parle souvent des roses, la Pierre de Ronsard -à mes yeux la plus belle-, la Only Lyon -la plus lyonnaise-, la Saint-Thomas-d’Aquin, l’Institut Lumière, toutes ces belles nées d’un événement.
Au Parc de la Tête d’Or, elles rivalisent avec les noms célèbres qu’elles portent : Laurette Fugain, Laëtitia Casta, etc.


Une autre, sur le balcon d’une Amie, dont on ne connaît pas le nom


Et puis, la Prince jardinier clic

et pour que l’Histoire ne s’oublie pas
la rose Mémoire de Montluc

Merci à Bernie, de nous avoir permis d’étaler nos « rose » en toute liberté.

Novembre sera « noir« . Comme un pressentiment, Bernie, lorsque tu avais choisi , en 2019, la couleur pour ce novembre 2020…