Nous, les « Séniors »

On a plus de temps, alors voilà un peu de lecture. Merci à Marie-Clo pour sa contribution 😆

« Je ne changerai jamais mes amies/is fantastiques, ma douce vie d’aujourd’hui, ma famille filles bien-aimées pour des cheveux moins gris ou un ventre plus plat.

En vieillissant, je suis plus amicale et moins critique envers moi-même. Je suis devenue mon amie.

Je ne me blâme plus d’avoir mangé des biscuits quelques tranches de saucisson supplémentaires, de ne pas avoir fait le lit ou d’avoir acheté quelque chose de stupide dont je n’avais pas besoin.

Je m’accorde le droit d’être désordonnée, d’être
un peu plus extravagante.

J’ai vu beaucoup de chers amis quitter ce monde trop tôt, avant de connaître la grande liberté de vieillissement, alors :


 – Qui m’en voudra si je décide de lire ou de jouer sur mon ordinateur jusqu’à à partir de quatre heures du matin et de dormir jusqu’à midi l’après-midi ?

– Qui me fera plaisir de rester au lit ou de rester devant la télé aussi longtemps que je le souhaite ?

– Qui me reprochera de danser avec ces merveilleux tubes des années 70 et 80 et en même temps de pleurer pour un amour perdu ?…
Bon, là c’est un peut too much, hein 🙄

Si je veux, je marcherai le long de la plage en short trop allongé sur un corps alourdi, en décomposition, et plongerai dans les vagues avec abandon, malgré le regard pénalisant des autres, plus jeunes… Ils vieilliront également.
Là encore, impossible, la mer est bien trop loin de Lyon

Je sais que parfois ma mémoire me lâche, mais il y a des choses dans la vie qui devraient aussi être oubliées. Je me souviens des choses importantes, c’est l’essentiel !

Bien sûr, au fil des ans, mon cœur s’est brisé mais les douleurs donnent force, compréhension et compassion. Un cœur qui n’a jamais souffert est immaculé et stérile et ne connaîtra jamais la joie d’être imparfait.

J’ai la chance d’avoir vécu assez longtemps pour avoir mes cheveux gris
blancs, mes peines et mon rire juvénile gravés à jamais dans les sillons profonds de mon visage.

Beaucoup n’ont jamais ri, beaucoup sont morts avant que leurs cheveux ne deviennent argentés. En vieillissant, il est plus facile d’être positif.

Vous vous souciez moins de ce que les autres pensent.

Je ne me remets plus en question.

J’ai gagné le droit de faire des erreurs. Donc, pour répondre à votre question, j’accepte d’être vielle, j’aime mieux la personne que je suis devenue.

Je ne vivrai pas éternellement, mais tant que je serai encore là, je ne perdrai pas de temps à regretter ce qui a pu être ou à s’inquiéter de ce qui sera.

Et si je le veux, je mangerai un dessert
des grattons tous les jours. »

Que notre Amitié ne soit jamais séparée, car elle vient du cœur !

Chic c’est Lundi

clic

Pour ce 3e Lundi au Soleil noir chez Bernie, j’ai hésité. Une Pub déjà ancienne m’a décidée. Mais alors, avais je conservé mes flacons ?… Oui !

Sa musique donne la pêche, ce qu’il nous manque en ce moment

Passé un temps, je gardais les Pubs de parfums et les rangeais dans un album. Et puis, vous le savez bien, on évolue, on collectionne d’autres choses 😆

En ce qui concerne le Parfum, je n’en utilise plus depuis quelques années, c’est très mauvais pour la peau. Toujours fidèle en tout, j’ai eu des parfums Dior (Dune puis J’adore) et des parfums Guerlain et deux flacons vides ou presque, rescapés d’un excès de rangement 😆
Comme j’ai bien fait !

Elles sont charmantes ces petites bouteilles qui se sont hissées, pour la photo, sur le plumier de mon stylo-plume Canopée, un cadeau d’Amies d’adolescence pour mes 70 printemps. Elles se reconnaîtront 😉

Projet de Ma’

Ma’ m’a un peu bloquée avec son Projet du jour. Comment pirouetter avec « usé » ? clic

Je n’ai pas grand chose d’usé car si c’est usé, je jette. Pas sur les toits, je vous promets que ce n’est pas moi 😆

Dans les rues aussi, on trouve tout, et en cette période, des collections de masques utilisés mais pas usés 😥

Pour illustrer le Projet de Ma’, je vais parler de mon premier et dernier achat sur Vinted !
L’annonce trompeuse était alléchante. Le produit « presque jamais porté » avait un prix très abordable, et pour cause… Il était en très mauvais état, poussiéreux et usé, la preuve

La vendeuse Sylvette, de mauvaise foi, a campé sur ses positions et voulait que je lui renvoie -à mes frais !- Je ne l’ai pas fait car j’ai pensé qu’elle aurait été assez gonflée pour le remettre en vente et berner une autre internaute.
Alors, croyez-moi, je ne lui ai pas fait de Pub 🙄

Reconfinée – semaine 2

Avant toute chose, quelle bonne nouvelle du côté de l’Amérique !
Ca fait causer et c’est pas fini, hein 😆

Merci à PassiFleur et à ma fille aînée pour leur contribution géniale.
C’est reparti, les Copinautes s’agitent et m’envoient de la matière à réflexion. Je vais donc caser quelques images dans mes billets de confinement 😉

Je ne sais pas vous, mais je n’ai pas vu passer la semaine. Entre le ménage, le repassage, le marché, les courses, les promenades autorisées et toutes mes activités manuelles, hop hop hop une semaine de plus en moins et un grand petit pas de plus vers la liberté 😆

Holà, So’N t’emballe pas, hein 🙄
Attends de voir les nouvelles interdictions qui nous seront imposées ce soir. A force de nous visser, ça va lâcher, un cran de trop et ça peut être le cahot.

En même temps, y’a pas que les autres qui sont contaminés. De partout autour de nous, on connaît des gens malades. Alors, il ne faut pas relâcher nos efforts et en redoubler même pour ceux qui n’en ont toujours rien à faire.

On n’est pas débordé, parfois un peu désœuvré, on se fait des listes à faire et bizarrement on s’ennuie, sans envie, sans entrain. Et pourtant on ne voit pas le temps passer.
On tourne en rond dans nos maisons et aux alentours, on calcule le périmètre autorisé pour ne pas se faire verbaliser. Avant de sortir, il faut penser à son masque, son attestation papier ou son téléphone pour l’avoir téléchargée. Du coup, j’sais pas vous, mais j’en oublie de mettre mes baskets et je pars en pantoufles 😥

On est un peu tourneboulé, on ne peut rien prévoir. Enfin, on pourra acheter un sapin pour Noël même si on n’a pas la possibilité d’y déposer les cadeaux, au pied 🙄

J’ai quand même pu acheter mon « calendrier de mémé » où je marque tout ce que je fais à la journée, au mois, à l’année, pour ne rien oublier. Et je ne vous surprendrai pas si je vous dis que je garde tous les mois depuis des années 😆

Où donc ? A Monop’ qui a son rayon papèterie accessible. C’est vrai que mon calendrier 2021 est un produit essentiel :twist:
Essentiel autant le sapin de Noël. C’est chouette, moi qui avait décidé d’en faire un cette année à la place de mon Lidcactus Schlumbergera, je vais faire de mon rêve une réalité 😆

Et puis ???
Ben rien ! On a rien à se dire mais on se téléphone pour ne rien dire ! Et ça dure et ça dure. Les piles de mes téléphones n’en peuvent plus non plus.
Le bonheur c’est simple comme un coup de fil 😆

Et pourtant, je m’en souviens bien, j’avais eu une over dose téléphonique lors du 1er confinement et j’ai dû soigner cette allergie aigüe tout l’été, quitte à faire de la peine à des amies qui ne m’entendaient plus 🙄

Ce soir, on aura droit à la leçon du Premier Ministre. Faut pas rêver, toujours pas d’autorisation d’aller se faire couper les cheveux ni d’aller flâner dans votre librairie préférée. On peut juste continuer à se faire des drive 🙄

Desserrement ou resserrement ?
That’s the question 😥

On va avoir droit à une étape supplémentaire de 2 semaines qui nous mènera en décembre et encore une autre jusqu’au 15 décembre. Et là, mes aïeux, comme disait ma mémé, enfin ce sera la LIBERTE retrouvée…
Un peu de patience tout d’même 🙄


Les encours du mois de Novembre

Vite, vite, on est déjà le 10 . Cette fois j’ai bien pris le rythme, je joue avec PassiFlore et sa bande du 10 clic
Plus de dix jours de confinement passés et j’ai bien avancé !

Côté Poésie
Voir mon Chic c’est Lundi d’hier 😉

Et je ne résiste pas à vous transmettre l’introduction de la lettre du Président des Amis de Lyon et Guignol annonçant à ses adhérents les chamboulements du planning des activités :

« Sempillerie de bocon, c’est-y pas Dieu posse comme cette charipe de Covid 19 continue à nous canuler l’entendement, la vie, enfin tout ! Y s’arrape à nous comme un matefaim au fond d’une casse mal graissée.
Jeudi soir, au moment de la soupe, le parsident s’est encore fendu d’un patrigot. Et hardi Denis que je te reconfine…. »

La langue des gones chante comme une poésie et le parler lyonnais est une vraie friandise de l’esprit !

Côté Peinture-Coloriage
Pour cet Encours, j’ai colorié une carte mercerie !
Achats de crayons couleur aquarelle, 12 chez Decitre en urgence absolue la veille du reconfinement et 24 sur le Net, chez Artmania, arrivés sans se presser ,hier

Côté Tricot-Crochet & Couture
Un petit pull boutonné dans le dos et son écharpe assortie, un ensemble « Mère Noël », jupe trapèze, petit gilet et bonnet pointu sans pompon pour le moment -après deux essais désastreux, il va me falloir demander de l’aide- des carrés au crochet pour une p’tite couverture que ma coach Tricot m’assemblera dès que nous pourrons nous revoir, une petite jupe froncée en vichy rose et blanc et un pantalon assortie, et enfin une autre jupette en préparation, plus difficile car je n’ai pas les repères des carreaux pour coudre droit. Car, oui, Mesdames, je couds tout à la main !
Heureusement que c’est tout mini, hein !


Côté Lecture
J’ai fini Avant le gel de Henning Mankell, un polar suédois proposé au Club de Lecture pour la rencontre de décembre. Intéressant et très sympa à lire, sans aucune difficulté.

J’ai lu Un instant d’éternité de Gilles Lagardinier et j’ai bien aimé ce roman, comme un conte d’aventure historique-fantastique, même s’il peut/doit être classé en polar. Si ma mémoire est bonne, c’est Valentyne, la Jument verte, qui m’avait fait découvrir Gilles Lagardinier avec Demain j’arrête. Du coup, j’ai bien envie d’en lire d’autres, en particulier Une fois dans ma vie.

Je vais commencer Sa majesté des chats de Bernard Werber et ça promet d’être un joyeux moment de lecture après Demain les chats du même auteur que j’avais adoré.

Hier matin, la réunion du Club de Lecture s’est tenue via Zoom et c’était super. Beaucoup d’échanges, des idées de lectures qui donnent envie ou pas. Bref, à refaire en décembre si on est toujours en prison.
Une lectrice nous présentera Asta de Jon Kalman Stefansson (rentrée littéraire 2020)
« Reykjavik, au début des années 50. Sigvaldi et Helga décident de nommer leur deuxième fille Ásta, d’après une grande héroïne de la littérature islandaise. Un prénom signifiant – à une lettre près – amour en islandais qui ne peut que porter chance à leur fille… Des années plus tard, Sigvaldi tombe d’une échelle et se remémore toute son existence : il n’a pas été un père à la hauteur, et la vie d’Ásta n’a pas tenu cette promesse de bonheur. Jón Kalman Stefánsson enjambe les époques et les pays pour nous raconter l’urgence autant que l’impossibilité d’aimer. À travers l’histoire de Sigvaldi et d’Helga puis, une génération plus tard, celle d’Ásta et de Jósef, il nous offre un superbe roman, lyrique et charnel, sur des sentiments plus grands que nous, et des vies qui s’enlisent malgré notre inlassable quête du bonheur. »

C’est très bien mais le grand principe du Club de Lecture étant de privilégier les livres sortis en Poche (à cause du coût des livres), je ne lirai donc pas ce roman pour le moment et me contenterai de découvrir Le liseur du 6 h 27 de Jean-Paul Didierlaurent -premier roman paru en 2014- qui avait connu un grand succès à sa parution. Je ne suis pas une bête des sorties littéraires du moment !

Côté Jardinage
rien ou plutôt si, j’ai installé un sapin à led sur la plante de Marie-Clo 😉

Côté Bricolage
rien… Ben si, emballage de quelques cadeaux de Noël. Il faut bien y penser quand même 🙄
J’avais un peu anticipé mes achats et j’ai bien fait 😉
Pas de photos, le Père Noël m’a défendu de diffuser les infos…

Côté Randos-Balades-Restos
Un bon rythme encore ce mois-ci et toujours autour de 150 kms parcourus entre ville et campagne.
Une rando urbaine sous la pluie à St-Genis-Laval ; une autre plus campagnarde à Chazay-d’Azergues et Lozanne, sous le soleil de l’été indien, suivie d’un picnic, le dernier de 2020.
Et ensuite, quelques tours à pied au Parc Jean De La Fontaine à Pierre-Bé, juste en dehors du périmètre autorisé 🙄 Une 3e au jardin du Musée des Confluences pour retrouver la mosaïque de cœurs rouges de Ememem (elle est bien toujours là), puis au Parc de Gerland avant de reprendre le métro.

Côté restos, une dégustation d’huîtres à La Cabane aux huîtres à l’occasion d’un anniversaire, un doux moment au Bouillon Baratte avec mes filles suivie de la découverte de l’Expo Les Baigneuses de Picasso et d’une folle virée shopping dans les petites boutiques de créateurs sur les pentes de la Croix-Rousse.

Côté Musique
Un concert Expresso en 55 minutes chrono, à l’Auditorium, pour écouter l’orgue majestueux animé de mains de maître par l’organiste Paul Goussot, toujours avec plaisir et émotion. Quelle dextérité pour animer ces 6 508 tuyaux. Depuis ma place, tout en haut, c’était un véritable spectacle de voir s’agiter l’organiste, à la manière d’un pantin articulé.
Le grand orgue a été construit pour l’Exposition Universelle de 1878 à Paris et réinstallé à Lyon , un siècle plus tard, en 1977.

Côté Vie associative
Tout est à nouveau suspendu. Impossible de rien prévoir et pourtant le prochain Bulletin pour les annonces du 1er trimestre 2021 doit être prêt d’ici fin novembre pour un envoi fin décembre… Un vrai casse-tête chinois.

Côté cuisine
Oui-oui, j’ai fait un gâteau ! Y’a bien longtemps que ça ne m’était pas arrivé.
Sur une idée de Miss Gleni ICI et à cause grâce aussi à Lydia qui cuisine tous les dimanches ou presque 😉
Je vous le montre donc mon gâteau aux pommes sans œuf
Un peu trop cuit, il n’avait pas du tout la belle apparence de celui de la Cheffe mais il m’a fait pensé étrangement à un gâteau auvergnat que faisait mon père, la flaugnarde !

Oups ! une p’tite souris en avait croqué un chouya avant que j’ai eu le temps de prendre la photo 😆

Allez, pas de temps à perdre, je démarre dare-dare pour le 10 décembre. Faut vraiment que je trouve de nouvelles activités pour bien vous prouver que je peux, aussi, être manuelle 😆

Atelier 384 de Leiloona

photo de Zo-Razafindramamba
clic

S’envoler, voler, survoler, s’échapper de ce monde d’en bas, comme les oiseaux qui n’ont pour seul souci de trouver un abri et à manger pendant l’hiver en attendant de reconstruire un nid et accueillir d’autres petits.
Sur eux, le Temps n’a pas de prise.

Les hommes, eux, doivent se contenter de plonger dans leurs souvenirs, sans trop penser à l’avenir. Depuis la nuit des temps, ils ont essayé de s’inventer des ailes mais ils se les sont brûlées par vanité ou par insouciance.
Ils devraient lâcher prise.

Même si haut, tu ne pourras pas toucher le ciel ni attraper les oiseaux qui voltigent, tourbillonnent et t’obligent à ressentir ce sentiment d’impuissance, d’échec qui n’afflige que les humains.
L’animal est bien plus philosophe.

Tout est pourtant simple à comprendre. Mais avec sa cervelle d’oiseau, l’Homme n’est pas près de voler !

Chic c’est Lundi

clic

Le noir de Bernie en novembre me donne des envies ! Et dès qu’on le pourra, j’irai découvrir le Tableau noir, un jour à midi, avenue Jean Jaurès.
Je ne connais pas ce resto bien coté. C’est vrai que lorsqu’on s’ennuie un peu, on a faim 🙄

Comme tout ça n’est pas/plus d’actualité, je vais me concentrer sur un autre tableau noir, toujours dans le 7e arrondissement.
Sur le mur d’une petite entreprise de menuiserie, depuis de nombreuses années, j’aime lire les poésies que des gens écrivent pour leur plaisir et le plaisir des passants.

Jeudi dernier, dernier jour de liberté, je l’ai encore photographié

PS : J’ai un petit stock de poésies sur ce tableau. Il vous suffira d’effectuer un clic sur ce blog pour la collecte !

Projet de Ma’

Ce samedi à l’intérieur, Ma’ suggère pluie pour son Projet
clic

image de City Crunch

Nous voilà donc privés -sauf pour celles et ceux qui peuvent se confiner dans leurs jardins- du soleil qui est revenu.

Dans ma vie d’avant, un dimanche matin où je me baladais sur les berges, du Rhône, j’avais pu immortaliser cette scène de pluie