« Ma France à moi »

C’est délicieux ! A lire absolument, la Finale du grand Oral.
Merci à Annie pour sa contribution 😉

« Chère France,
On t’a fait, par le passé, des déclarations de guerre. On te remplit chaque année, des déclarations d’impôts ce soir je viens te faire une déclaration d’amour.
J’aurais aimé n’être pas Français pour pouvoir te choisir, ma France. C’est pas de moi, c’est Victor Hugo !
Mais c’est vrai que vu de l’étranger, tu n’est pas un pays comme les autres. Capable du meilleur comme du pire, tu es le Pays de la Haute Couture et du bronzage Marcel, de la poularde aux morilles et du sandwich triangle poulet-mayonnaise, des pains au chocolat et des chocolatines !
Tu as donné au monde les Droits de l’Homme et tu obliges les enfants à apprendre le plus que parfait du subjonctif encore de nos jours.
Bref, le Français tombé là-dedans quand il était petit, est forcément un être assez insaisissable, qui commémore chaque année l’histoire de la glorieuse Révolution, chaque jour même, à coups de guillotine à saucisson pour l’apéro, qui est très fier d’avoir inventé le French kiss et qui lui a donné un nom anglais.
Le Français, jamais à l’heure mais toujours râleur, te critique en permanence, c’est sa façon de t’aimer.
Et c’est vrai que devant le prix d’un croque-monsieur dans un de tes trains en retard ou quand tu nous envoie chaque année un formulaire administratif qui nous redemande notre date de naissance -comme si elle pouvait avoir changé d’une année sur l’autre- on se dit souvent : « Ah ça, c’est bien la France ! »
Mais devant le parfum d’une boulangerie, un matin d’hiver, la santé gratuite pour tous, ou un but de MBappé, on se dit aussi : « Ah ça c’est bien la France ! »
Et comme nous, les Français, on est timides, on n’ose pas te le dire, mais cette façon dont tu maries l’inutile au sublime sans jamais te prendre au sérieux, ça te rend belle et c’est pour ça qu’on t’aime.
C’est écouter France Gall à Paris en bagnole ou le chant des cigales au Pays de Pagnol.
C’est ta Corse en montagnes et tes vins bourguignons, les fest-noz de Bretagne et le pont d’Avignon.
Et ta langue, partagée au-delà les frontières, de Québec à Alger, on peut aimer ses airs.
Douce, comme au réveil, un pot de confiture, France, vrai Père Noël qui ne serait pas une ordure, tu essaies d’apporter de manière équitable, la joie au Petit Prince autant qu’aux Misérables.
Chacun sous ton regard dort sur ses 2 oreilles, car même dans le brouillard et la nuit, Simone Veil.
J’aime tant ton élégance et ta belle nature, que je courrais, ma France, toutes les Préfectures, s’il le faut, pour trouver le formulaire à jour sur lequel je pourrais déclarer mon amour. »

10 réflexions sur “« Ma France à moi »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.