Deux en un le samedi

Pour son Projet du jour, Ma’ propose « tôt ou tard »
clic

Ce n’est plus un secret, pour moi, c’est « tôt » !
Et quoi de plus agréable que de voir le soleil se refléter dans une vitre de Saint-Thomas d’Aquin, à côté du clocher. Il y a cinq ans exactement, je découvrais cet appartement. Ce fut un coup de coeur. Vu le matin, et réservé dès le lendemain, après une contre visite en soirée.
Depuis 5 ans, je ne me lasse pas de cette vue où je vois défiler les 4 saisons. L’hiver, j’ai aussi le bonheur de voir les couchers du soleil.

Avec Patricia pour ses 24 Heures Photo

clic

Une photo toute fraîche de cette nuit -trrrès tôt- ! L’épisode neigeux est terminé mais il laisse des traces 😆 Y’en a encore qui se fichent du couvre-feu…

Challenge « Textes courts » chez Lydia

Je me lance ! Depuis le temps que je vois tous les challenges de Sharon -et tant d’autres- je franchis le pas, Lydia m’a tentée 😆

Studieusement Sérieusement, j’ai « ruminé » pas mal. Et pourquoi donc ai-je choisi ce vendredi 12 février pour publier mon premier billet pour ce Challenge « Textes courts » ? Pour faire un petit clin d’œil à Sharon pour son Anniversaire de Sharon 💐 ce n’est pas un secret, alors je peux le dire 😉

La règle pour ce Challenge ? je vous invite à allez chez Lydia ICI et LA

Pour la petite histoire -car j’aime bien quand il y a une petite histoire en dessous !- cette nouvelle « inédite » était offerte aux visiteurs des incontournables Quais du Polar 2018. Je ne l’avais jamais lue. Les Lyonnaises s’en souviennent forcément.

Catégorie : Nouvelle
Nom de l’auteur : Antonio Manzini (né à Rome en 1964)
Titre : Joyeux Noël, Rocco
Nombre de pages : 48

Antonio Manzini a écrit une série de 4 livres sur les enquêtes menées entre Rome et le Val d’Aoste par Rocco Schiavone, « le flic râleur et macho qu’on adore détester » (dans la collection Folio policier).
J’ai bien l’intention de les découvrir. J’espère qu’elles seront plus consistantes et plus captivantes que cette nouvelle 🙄

L’histoire est simple : les vieux époux Moresi sont retrouvés morts à leur domicile, assis dans leurs fauteuils devant la télé. Et voilà le « sous-Préfet » Rocco Schiavone -pas Commissaire, hein, il tient à son titre, le dit et le répète- tiré de son lit juste avant Noël et avec 37,6° de fièvre et préoccupé aussi par sa mutation imminente il ne sait pas où. En bougonnant, il va sur les lieux du crime avec l’agent Elena Dobbrilla, sa fidèle et dévouée assistante, et y retrouve Uccio Pichi, l’anatomopathologiste, déjà sur place. Scénario classique !
Le couple avaient deux fils, l’un, Gabriele, le « gentil garçon », l’autre, Antonio, le « mauvais garçon »… et le père possédait une collection de montres, donc certaines, précieuses et de grande valeur.

Je vous laisse imaginer la fin de l’histoire !
Ah ! Si, encore un petit détail. En rentrant enfin chez lui, Rocca trouva une lettre de la Préfecture centrale dans laquelle se trouvait son destin.

Les encours du mois de Février avec PassiFlore

et pour les Copinautes, c’est ICI

C’est pas une vie. Je ne cours plus après le temps depuis des mois mais plus ça va, plus ça va vite et moins j’en fais je veux en faire.

Côté Poésie
Un texte de Prévert à méditer (Merci Annie)
« À peine la journée commencée et… il est déjà six heures du soir.
A peine arrivé le lundi et c’est déjà vendredi… et le mois est déjà fini… et l’année est presque écoulée.
… et déjà 40, 50 ou 60 ans de nos vies sont passés.
… et on se rend compte qu’on a perdu nos parents, des amis.
…et on se rend compte qu’il est trop tard pour revenir en arrière…
Alors… Essayons malgré tout, de profiter à fond du temps qui nous reste…
N’arrêtons pas de chercher à avoir des activités qui nous plaisent…
Mettons de la couleur dans notre grisaille…
Sourions aux petites choses de la vie qui mettent du baume dans nos cœurs.
Et malgré tout, il nous faut continuer de profiter avec sérénité de ce temps qui nous reste. Essayons d’éliminer les « après »…
Je le fais après…  Je dirai après…  J’y penserai après…
On laisse tout pour plus tard comme si « après » était à nous.
Car ce qu’on ne comprend pas, c’est que : 
après, le café se refroidit…
après, les priorités changent…
après, le charme est rompu…
après, la santé passe…
après, les enfants grandissent…
après, les parents vieillissent…
après, les promesses sont oubliées…
après, le jour devient la nuit…
après, la vie se termine…
Et après c’est souvent trop tard….
Alors… Ne laissons rien pour plus tard…
Car en attendant toujours à plus tard, nous pouvons perdre les meilleurs moments,…
les meilleures expériences…
les meilleurs amis…
la meilleure famille…
Le jour est aujourd’hui…
L’instant est maintenant…
Nous ne sommes plus à l’âge où nous pouvons nous permettre de reporter à demain ce qui doit être fait tout de suite.
Alors voyons si vous aurez le temps de lire ce message et ensuite de le partager.
Ou alors vous le laisserez peut-être pour… « plus tard »…
Et vous ne le partagerez “jamais”…
« 


Côté Tricot-Crochet
Que je vous fasse rire 😥
Pas d’idée ni de courage pour le tricotage. Un après-midi, je me force et je m’y mets. Je choisis une pelote de laine dans ma réserve, je trouve un modèle de poncho à capuche sur mon catalogue Phildar. Tout va bien. Je ne fais jamais d’échantillon, je n’ai jamais la laine préconisée. Pour les aiguilles, comme je tricote « serré » je prends des plus grosses. Ben voui, j’ai toujours fait -presque- comme ça, au Pif, comme on dit 🙄
J’avais bien avancé. Je prends une 2e pelote pour l’autre côté du devant, j’arrive au dos.
C’est trop petit pour un vrai bébé et bien trop grand pour le poupon de Mlle Rose 😥
Je redétricote tout. J’abandonne mon tricot.
Et le lendemain matin, surprise ! deux pelotes, deux laines ET deux couleurs !
Déjà que je n’étais pas motivée, j’peux dire que j’ai mis plusieurs jours à reprendre mes aiguilles.

J’ai quand même réussi à finir un petit poncho à capuche et un bonnet-béguin assorti. Et « cerise sur le tricot » j’ai tout assemblé moi-même et passé un petit coup de fer -ce que je ne fais pas en général-
Juste une p’tite bêtise, pour le poncho, j’ai oublié les mailles en point mousse tout au long de l’échancrure 😥
Mais il y a toujours un mais, hein, il manque les tresses d’attache et les floches. Pour le moment, le bonnet n’est pas trop ressemblant… Voilà encore du boulot pour mon Amie Gene 😆

Côté Lecture
Deux séances Zoomées du Club de Lecture. Finalement, cette formule est assez sympa. Les explications de l’Amie Hélène ne m’a donné envie de finir « Les accommodements raisonnables » de Jean-Paul Dubois.
Le roman « Bleu de Delft » de Simone Van der Vlugt, présenté par Monique, le 8/02, que j’avis lu l’an dernier, m’a bien plu par contre.
Pour la prochaine réunion du 8 mars, « Journée de la Femme », chacune des lectrices présentes présentera une Femme de son choix. J’ai trouvé mon héroïne. J’avais fait une LC (lecture commune) avec la Jument verte. J’en reparlerai le moment venu. Chut, c’est un secret ! Rien ne vous empêche de chercher un peu quand même 😆

En ce moment, j’commence tout et j’finis rien. J’en ai fait tout un billet jeudi dernier.
J’ai quand même trouvé une lecture plaisante que j’dévore, « Changer l’eau des fleurs » de Valérie Perrin. Ouf !

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est changer-l-eau-des-fleurs.jpg


Côté Peinture-Coloriage
J’ai ressorti mon matériel de peinture et colorisé une couronne St-Valentinienne 😆
Tout avait pourtant bien commencé et Paf ! j’ai débordé sur la boule. Trop tard, ça se voit presque pas !


Côté Jardinage Cuisine
J’ai fait deux plats de cannellonis « maison » délicieux, en modifiant un peu la recette de Lydia. A part ça, en cuisine c’est aussi la routine 🙄 Rien d’autre à signaler 🙄
Même réchauffés, ils étaient trop bons. Comme j’en avais de trop, j’ai offert un plat à mon beau-fils pour son Anniversaire. Ben non, j’plaisante pas. Avec deux paires de chaussettes en coton fabriquées en France ! J’avais rajouté un « guignolo » (saucisson cru qui ressemble à la trique de Guignol, d’où le nom) de chez Anselme. Il aurait préféré un guignolo supplémentaire à la place des chaussettes 🙄

Côté Bricolage Bloguo
Je suis dans ma période Tags Lecture. Je joue beaucoup avec Roseleen et Syler 😆

Et pour la première fois, je me suis inscrite au Challenge de Lydia, sur un an, de février à février. Vous pouvez encore vous inscrire si ça vous tente LA

Son Challenge « Textes courts » m’agite les neurones. A la bonne heure ! Du coup, je passe pas mal de temps à chercher mes livres à moins de 100 pages, à les relire et à rédiger un petit résumé. J’en achète aussi mais il me manque toujours une BD ou deux.
Je préfère cette activité à la couture 😆

Côté Randos-BaladesRestos
Il a fallu composer avec le temps moche, la pluie et le vent fou. Sans oublier non plus d’adapter l’heure de mes sorties pour éviter la foule dans les transports en commun.
Une seule vraie rando à la campagne, et une rando urbaine hier matin, sinon des bambanes urbaines comme j’aime et j’ai pu faire quelques photos insolites, même sous la pluie.
Kilomètres parcourus entre le 10/01 et le 09/02 : 140 kilomètres ! Pas mal !


Chic c’est Lundi

clic

Le thème « montagne » de Bernie pour le mois de février m’oblige à piocher dans ma photothèque.

L’association 2AUTA a un Groupe Randos et Découvertes et environ 130 inscrits.
Une fois par an, une rando en car est proposée à une cinquantaine de marcheurs. Avant d’embarquer tout ce monde, il faut aller reconnaître, sur place, les 2 parcours (Groupe A et Groupe B et C).

C’était en mars 2017, lors d’une reconnaissance pour une future journée rando au Semnoz, des 3 groupes de marcheurs.
« Le Semnoz (1699 m) est une montagne de moyenne altitude longue de 16 kilomètres au nord du massif des Bauges, dont il fait partie, entre Annecy et Allèves dans une direction nord-est / sud-ouest. Il est situé en Haute-Savoie. » Wikipédia

Le Groupe A avait marché toute la journée pour faire les 16 kilomètres. J’étais dans le Groupe B et ma foi, nous avions eu quelques aventures (chutes, malaise).

Mais quel réconfort après tous nos efforts, tout en haut, nous attendaient une bonne bière, une tarte aux myrtilles -sous une montagne de Chantilly- et « notre » Mont-Blanc 😆

Deux en un le samedi

Le petit mois de février a déjà perdu une semaine ! Pour son Projet du jour, Ma’ a pensé à pliage(s) clic

Ce qu’on a pu en faire des pliages quand on était petit, la cocotte, le bateau, la salière et d’autres. « Combien t’en veux ? » ça vous parle 😆
En tout cas, ça parle bien à nos chers Caphys ! L’un a confectionné une « salière » et il a joué avec KuBBy qui n’a pas oublié de prendre des photos LA

Plus subtile, l’origami est l’art du pliage, bien plus difficile à réaliser. Quelle patience il faut pour faire ces petites merveilles. Lors d’une visite guidée à la Ferme du Vinatier, j’étais restée bouche bée devant ces centaines de pliages époustouflants.

24 Heures Photo avec Patricia
clic

Une jonquille 🙄 Et bien oui, une jonquille, photographiée dimanche 31/01/2021, dans le Parc du Prado à O. Elles sont bien vaillantes ces fleurettes, et leur jaune éclatant remplace un peu le soleil inexistant.

Une 2e photo. Rien à voir avec les crues du Sud-Ouest. Mercredi, sous la pluie, j’ai fait une petite balade sur les quais du Rhône à la Confluence mais je n’ai pas pu aller où je voulais, l’eau envahissait le bas port. Les bateaux étaient encerclés par l’eau boueuse de la belle et rebelle Saône !

Enquête dans ma bibliothèque-mes lectures inachevées

Ce billet n’est pas un Tag. C’est le bilan de mes lectures inachevées et la liste s’allonge…

Depuis mon adolescence, j’adore les citations. J’en ai rempli plusieurs cahiers depuis une cinquantaine d’années. En farfouillant sur le Net pour trouver quelques illustrations rigolotes pour ce billet, avec les mots clés « lectures inachevées » je suis arrivée sur le Blog de Bibliza, une trentenaire qui aime la Littérature. -Ouf ! ça existe encore les jeunes qui aiment bien lire-

En particulier sur son billet ICI
et cette image adorable
je vous conseille fortement de savourer ses « dégustations littéraires »

Après ce préambule, venons-en à mes livres abandonnés.

En premier, un clin d’œil affectueux à Mindounet que je suivais avec délice dans ses lectures dans le « monde d’avant » et qui m’avait incitée à lire Belle du Seigneur d’Albert Cohen -il l’avait adoré-
Je me suis arrêtée à la page 426 ou à la page 598 ? (1110 pages en tout) car y sont posés deux marque-pages, délaissant le beau Solal et la petite Timie.
Désormais sur FB, Mindounet, si tu viens jeter un regard par ici, je te le promets, je le finirai un jour ce livre.

Un autre « pavé » de 1100 pages Le Chardonneret de Donna Tartt, délaissé à la page 438 pour cause d’ennui.

LaRose de Louise Erdrich, offert par mon Amie BaBaYaYa, pour mon anniversaire. 297 pages lues sur 566. Le titre m’a trompée, il ne s’agit pas d’une rose dans le roman.

Les vieilles de Pascale Gautier, planté -le livre, par les vieilles !- à la page 64 sur 215.

Sa Majesté des chats de Bernard Werber, acheté d’occasion et c’est tant mieux. Posé à côté de mon lit, ce livre volumineux de 456 pages dans son édition brochée chez Albin Michel, n’a retenu mon attention que sur les 50 premières pages. Bastet et Pythagore racontent un peu trop la même histoire, à mon goût.
J’avais pourtant apprécié l’histoire du premier livre de cette série, Demain les chats, offert par Antiblues du temps où on n’était pas fâchés pour toujours.

Les années douces de Hiromi Kawakami, dont j’ai lu 129 pages sur 284, sans y trouver un réel intérêt. Et pourtant j’aime l’écriture japonaise, tout en poésie.

J’ai mené toutes vos batailles… de Antoine George, prêté par une Amie. 127 pages lues sur 225. Un sujet bien trop grave, une bataille d’un homme avec « Alzo ». Je vous laisse deviner qui est cet adversaire redoutable et redouté par nous les « vieux ».

Dernièrement, enregistré sur ma liseuse, Les accommodements raisonnables de Jean-Paul Dubois, proposé au Club de Lecture. Une sorte de journal qui commence en décembre pour finir un an après, en janvier. Je suis arrivée péniblement à la moitié de cette année-là !

Et depuis hier soir, Efface toute trace de François Vallejo. J’ai insisté, résisté et abandonné cette enquête sur des morts louches et morbides de trafiquants d’Art. Un casse-tête pour l’expert chargé de l’enquête qui nous noie dans une masse de détails qui nous embrouille.

Quelques livres parcourus que je ne lirai jamais complètement :
Psychanalyse des contes de fées de Bruno Bettelheim, totalement indigeste,
Madame de Sévigné par Stéphane Maltère, une Femme au caractère bien trempé comme j’aime,
Jean Moulin de Jean-Pierre Azéma, à picorer de temps à autre, pour me nourrir encore et encore de la vie de « mon » Héros, au hasard d’un des chapitres,
Un hiver à Majorque de George Sand, acheté sur place, à la boutique du Musée.

Quelques livres achetés et stockés dans ma Pal :
La maîtresse des épices de Chitra Banerjee, trouvé au hasard, d’occasion, état neuf ! Quelle drôle d’idée car je n’aime pas du tout les épices.
Les héritiers de l’avenir / Le cahier de Henri Troyat. Tiens, celui-ci va partir en « don »
Une vingtaine de romans d’Anne Perry, rachetés pour deux francs six sous à une ancienne collègue de boulot, mais ça, c’était du temps où je lisais encore Katherine Pankol, Marc Lévy et Guillaume Musso !

Durant cette drôle de période qui ne semble pas prête à s’achever, je lis un peu, bien moins que certaines de mes Amies lyonnaises ou bloguesques. Il m’est impossible de lire des heures d’affilée, ni toute une partie de la nuit. Le soir, je lis quelques pages pour m’endormir.

PS : j’espère que ce billet vous donnera l’envie de faire l’inventaire des livres que vous avez abandonnés et d’en faire aussi tout un billet 😆

Chic c’est Lundi

Pour le thème du mois de février, Bernie propose « montagne »
clic

La montagne ça ne me gagne pas, en reprenant le slogan que tout l’monde connaît ! La mer non plus, d’ailleurs. Je préfère la campagne et les vallons qui fleurissent autour de Lyon.

Et pourtant, le Mont Blanc sera à l’honneur chez Soène !

A Saint-Laurent-d’Agny, je vous ai parlé de la Chapelle Saint-Vincent et de la table d’orientation d’où l’on a une vue superbe à 360°. Et si le temps est clair, on aperçoit le Mont Blanc !