Challenge « Textes courts » chez Lydia

clic

Pour le moment, tout va bien ! J’ai une petite réserve de textes courts et pas mal quelques idées. Pour ce Challenge, j’avance très doucement, certes, mais « qui veut voyager loin ménage sa monture » 😉

Inconditionnelle de Michel BUSSI, j’avais acheté « T’en souviens-tu mon Anaïs » et l’avais laissé de côté vu qu’il contient 4 nouvelles -et que je n’aime pas trop lire des nouvelles-
Et puis Vonnette a choisi « L’armoire normande » pour un de ses challenges chez Lydia 😆 clic
J’ai donc ressorti le livre, j’ai lu cette nouvelle, puis « Vie de grenier » qui fait l’objet de ce 4e billet.

Catégorie : Nouvelle
Nom de l’auteur : Michel Bussi (29/04/1965)
Titre : T’en souviens-tu mon Anaïs et autres nouvelles : Vie de grenier
Nombre de pages : 72 pages (page 167 à 239)

En Normandie, un couple, Gabriel et Muguette, deux grands enfants, Pauline et Florian. Gabriel est écrivain. Il doit fournir à son éditeur, le Tome II, suite au succès de son premier roman « Crimes sous les pommiers ».
Un dimanche après-midi de mai, toujours enfermé dans son bureau entre livres et journaux de la région, il se fait prié vraiment pour accompagner Muguette à la Foire-à-tout du village de Touffreville-la-Corbeline.
Muguette adore chiner mais surtout marchander…
Pendant tout le temps que durent les négociations, Gabriel s’ennuie et regarde autour de lui. Tout à coup, il croit rêver, il hallucine. Ce qu’il voit est incroyable voire inquiétant. Et ça devient vite une obsession .

Michel Bussi a l’art de nous tenir en halène jusqu’à la dernière page. Ce qui est drôle, c’est qu’à la fin de chaque chapitre, Muguette prend la plume et laisse un commentaire qui nous en dit un peu plus long.

Un thème sur la famille, le couple, les relations avec les enfants. Banal ? Pas du tout. Michel Bussi nous démontre, preuves à l’appui, la supercherie d’une femme amoureuse pour reprendre le chemin de la vie d’avant 😆