Les origines des traditions de Noël/2 et 3

2 – Les cartes de voeux
La tradition des cartes à thèmes religieux imprimées à partir de gravures sur bois remonte au Moyen Age, mais la carte de vœux telle que nous la connaissons est relativement récente. L’envoi de cartes faites maison remonte à l’an 1840, date de la création en Angleterre du premier service postal, le Penny Post. En 1843, Sir Henry Cole, promoteur de ce système, demanda à l’artiste John Calcott Horsley d’élaborer la première carte de vœux imprimée afin de la commercialiser. Elle fut tirée à mille exemplaires et représentait une famille en fête ainsi que des scènes de charité, telles que la distribution de vêtements et de nourriture aux pauvres, accompagnée de la formule : « Joyeux Noël et Bonne Année ». Les années suivantes, la tradition se développa grâce aux progrès de l’imprimerie. Dès les années 1860, la production décolla.


3 – Les Bas
Cette pratique remonte à l’époque préchrétienne et à la fête de Yule du folklore germanique. Ce jour-là, Odin partait chasser et les enfants laissaient dehors leurs chaussures pleines de foin et de sucre à l’intention de son cheval ailé. Pour les remercier, le dieu déposait de petits cadeaux dans leurs souliers vides. Plus tard, la coutume fut associée à Saint Nicolas.
D’après la légende, un noble désargenté se trouvait dans l’impossibilité de réunir les dots nécessaires aux mariages de ses trois filles. Soucieux de lui venir en aide, mais de façon anonyme, Saint Nicolas jeta par la cheminée quelques pièces d’or qui atterrirent dans les bas que les demoiselles avaient mis à sécher devant l’âtre.