Challenge « Textes courts » chez Lydia

clic

Alors que Lydia lance un autre Challenge, je m’accroche aux « Textes courts 😆

Catégorie : Poésies
Nom de l’auteur : Anthologie de Poèmes de la Résistance
Titre : Au nom de la Liberté – Collection Etonnants classiques – Editions Flammarion
Nombre de pages : 90 pages

Je ne résiste pas à acheter ce genre de recueils sur la Résistance. Et j’aime aussi m’abreuvée d’explications et réflexions sur cette période douloureuse mais passionnante de l’Histoire de notre France.

4e de couverture :
Au cœur des années noires de la Seconde Guerre mondiale et de l’Occupation, des voix -souvent clandestines- s’élevèrent pour proclamer leur foi en la liberté.
Célèbres ou anonymes, des poètes ont prêté leur plume à la Résistance, se faisant les porte-parole des opprimés et des persécutés, et risquant leur vie à travers cet engagement.

Les poètes figurant dans ce recueil : Eluard – Aragon – Desnos – Cassou – Gullevic – Kessel – Druon – Marianne Cohn – Char

Morte massacrée le 8 juillet 1944 (née le 17 septembre 1922), cette Résistante juive allemande, ayant opéré en France, est la seule Femme citée dans ce recueil.

A la fin de la guerre, un des enfants internés à la prison Pax à Annemasse remet à la responsable du MJS un poème qui aurait été écrit par Marianne Cohn lors d’un premier séjour en prison, en novembre 1943. Nul ne peut certifier que ces quelques vers soient bien de la main de la jeune résistante, mais ils sont indissolublement liés au destin de celle qui fut arrêtée, incarcérée dans les locaux de la Gestapo à Annemasse, puis assassinée dans la nuit du 7 au 8 juillet 1944.

Je trahirai demain

Je trahirai demain pas aujourd’hui.
Aujourd’hui, arrachez-moi les ongles,
Je ne trahirai pas.

Vous ne savez pas le bout de mon courage.
Moi je sais.
Vous êtes cinq mains dures avec des bagues.
Vous avez aux pieds des chaussures
Avec des clous.

Je trahirai demain pas aujourd’hui,
Demain.
Il me faut la nuit pour me résoudre,
Il ne me faut pas moins d’une nuit
Pour renier, pour abjurer, pour trahir.

Pour renier mes amis,
Pour abjurer le pain et le vin,
Pour trahir la vie,
Pour mourir.

Je trahirai demain, pas aujourd’hui.
La lie est sous le carreau,
La lime n’est pas pour le barreau,
La lime n’est pas pour le bourreau,
La lime est pour mon poignet.

Aujourd’hui je n’ai rien à dire,
Je trahirai demain.