Défi du 20 avec Lydia

Malgré la préparation intense de l’oral pour son concours,
Lydia mène ce Défi du 20
et propose deux mots en « N » noisette et naïveté
clic

Déjà le 20 !
Et cerise sur le gâteau, c’est officiellement le Printemps 😆


Dans la région du Bourgueil, Gougueuil -ne pas confondre avec Googueule-, l’écureuil, et Millefeuille, sa bien-aimée, attendent leur portée de lapreuils.
Dans la forêt remplie de chevreuils, perché tout en haut d’un grand arbre et bien caché dans les feuilles, leur hotte (nid) est prête.

Pas très loin, sur le seuil de la maisonnette du garde, Verneuil -ne pas confondre avec Henri-, le gros matou, orgueil de la maison, guette. Roux comme Gougueuil, il lui envie sa queue en panache et son agilité. En toute naïveté, il rêve de « voler » de branche en branche, au bout du bout d’un arbre.

Prêt à tout pour gâter sa moitié, Gougueuil, l’écureuil, vient chaque matin, dérober quelques noisettes déposées à son intention dans un petit panier d’osier.

Verneuil, fatigué par sa nuit à chasser les musaraignes, n’est pas assez réactif. Il court, grimpe, un peu.
Mais Gougueuil est déjà là-haut, bien trop haut pour Verneuil !

Le Défi du 20 avril sera mené par Mamylor
avec deux mots en « O » de son choix

Océan et Officine Orange Optimisme

Jeudi en bla-bla-bla

Mon Jeudi en Quiz de la semaine denière a fait un vrai flop ! -pourtant ça fait du bien de se « culturer » de temps en temps-. Je le reconnais, c’était très trop « intello » 😆

Enfin des bonnes nouvelles !
A la mi-avril, les 65-75 ans pourront se faire vacciner !
A la mi-avril aussi, le p’tit Gaby A. l’a promis, ça ira mieux !
Trinquer à une terrasse au mois de mai, pour mon Anniv’, j’sais même plus à quoi ça peut ressembler 😥

Donc, jusqu’à ce soir, pas de confinement pour le 6-9 ! Rien non plus pour le 9-3. Et pourtant 🙄
Alors le 6-2 enrage et crie au petit pois, y’a de quoi.
Pendant ce temps, le 0-6 puni s’en fiche et se sauve dans l’arrière pays, et le 5-9 subit sans broncher. Les autres départements sous surveillance renforcée sont en sursis. Mais pour combien de temps ?
J’vous jure, quelle histoire 😥

On attend le retour des beaux jours et l’arrivée de millions de doses de vaccins. Sauf que pour l’un d’eux, qui est disponible, presque personne n’en veut 😥
Bon, je me dis que pour le moment, les plus de deux millions de piqués des deux doses ne sont pas morts.
C’est rassurant et tant pis pour la marque, j’veux être vaccinée 😆 Et vous, vous en êtes où ?

Et d’autres nouvelles pas géniales…

J’avais rien dit lors de mon dernier Jeudi en bla-bla-bla, sur l’idée écolo -encore une idée- de suppression de viande à la cantine. Plus de bidoche pour les mioches, rien que des œufs et du poisson, tout ça pour gagner du temps à cause de la distanciation physique et bla-bla-bla. Pour une fois, je n’en pense rien ! Si, quand même… Vu le prix des repas et le prix de la viande, faut pas encore se plaindre. Les mioches prennent 4 repas à la cantoche et 10 repas chez eux 🙄 CQFD !


A Lyon aussi, y’a eu du grabuge… J’ai entendu un sociologue dire que « la violence est une maladie contagieuse ». Elle se propage encore plus vite que la Covid 19… Et tous les jours, de nouveaux drames 😥 Voilà même que des Profs sont contraints à porter des gilets pare-balles pour sauver leur peau. Mais on va où là ? Faut vraiment de tout ça s’arrête…

Maintenant des sujets légers.
La semaine dernière, partis en rando avec le picnic, pas de soleil et surtout pas de table ni banc à Brignais. Les crevettes décortiquées sont donc revenues à la maison 😆
Du coup, j’ai commandé une mini-table pliante -je voulais déjà le faire l’été dernier- sur Internet et j’ai été la chercher vendredi. Me voilà super équipée… mais le soleil a fait la malle et la pluie s’est invitée…
Ma pauv’ Soène, t’en fais pas, le printemps n’est pas encore arrivé sur le calendrier, me dirait BaBaYaYa.

L’autre jour, j’ai vu un film à l’eau de rose avec Meghan de Sussex quand elle n’était encore qu’une actrice américaine. Ca m’a fait tout drôle. En fait, je la préfère dans son vrai rôle d’actrice 🙄 C’est drôle tout d’même ces actrices qui deviennent de vraies princesses. Les contes de fées c’est pas que du cinéma, hein 🙄

Horreur ! Bonne Maman a changé le « packaging » de certains de ses pots de confiture. Moi, je les aimais bien les anciens pots, comme dans l’temps. Les filous ! Il n’y a plus que 335 gr de confiture au lieu de 370 gr 🙄
La même chose pour la crème Clarins, hein ! 50 ml dans le tube au lieu de 75 ml mais 5 € de +
Les fabricants trichent. Soit disant, ils n’augmentent pas leurs prix, mais il nous entourloupent en diminuant les quantités. Ca m’énerve. Pas vous ?

Ma commande de livres chez Momox s’est perdue. C’est la première fois que ç’a arrive. Encore des tracas, des coups de fil passés, des preuves envoyées. Chez Momox, tout est très bien organisé et je suis déjà remboursée.
Chez Decitre, après deux semaine d’attente pour un livre commandé, on m’a enfin signalé qu’il était en rupture 🙄 Alors, vous savez quoi ? je l’ai commandé sur Internet, une ancienne édition en très bon état, au prix de 0,90 € (+ 3,45 € de frais de port !!!)

A venir, la visite annuelle chez la Véto pour Natty. Ca va être du sport ! L’attraper pour la mettre dans son panier de transport ça va me faire exploser la tension 😥 Ca me stressssssssse comme disait ma mère.

Bonus : mes 3 p’tits kifs préférés :
Pour la Fête des Grands-Mères, j’ai reçu une jolie carte et un Terrarium à jardiner (voir billet d’hier)
Hier, j’ai refait une balade au Parc Chambovet avec mon Amie Globe-trotteuse. C’était super sympa avec du soleil et encore très peu de monde dans ce Parc un peu sauvage et assez intime
A midi, on va déguster un vrai couscous « royal » commandé au Bar-Restaurant Les Dunes à O. Miam !

Soyez prudents et portez-vous bien
@ suivre !

Challenge « Textes courts » chez Lydia

clic

Catégorie : Roman
Nom de l’auteur : Gaëlle Josse (née le 22/09/1960)
Titre : Les heures silencieuses
Nombre de pages : 89

Interview de Gaëlle Josse au sujet de son livre clic

Coïncidence, l’histoire se passe à Delft (comme dans le roman Bleu de Delft).
J’ai relu Les heures silencieuses avec plaisir. L’écriture de Gaëlle Josse est très agréable. Ce roman est son premier ouvrage.
Pour la petite histoire perso qui se cache derrière, le 27 février 2014, j’avais fait un billet sur ce petit roman que Mind The Gap m’avait conseillé clic

4e de couverture :
« Delft, novembre 1667. Magdalena Van Beyeren se confie à son journal intime. Mariée très jeune, elle a dû renoncer à ses rêves d’aventure sur les bateaux de son père, administrateur de la Compagnie des Indes orientales. Là n’est pas la place d’une femme…
L’évocation de son enfance, de sa vie d’épouse et de mère va lui permettre l’aveu d’un lourd secret et de ses désirs interdits.
Inspiré par un tableau d’Emmanuel De Witte, ce premier roman lumineux, coup de cœur des lecteurs et de la presse, dessine le beau portrait d’une femme droite et courageuse dans le peu d’espace qui lui est accordé. »

Ce journal intime est tenu entre le 12 novembre 1667 et le 16 décembre de la même année par le personnage, de dos sur le tableau de De Witte, à qui Gaëlle Josse invente la vie. Magdalena comble ses insomnies en retraçant la vie confortable mais vide de Magdalena.

quelques extraits :
« Souvent les mots vont plus loin que la pensée, et il est trop tard pour les arrêter. Leur flèche a blessé et la blessure met du temps à se refermer. »

« Dans la joie comme dans la peine, la musique demeure notre compagne. Elle embellit ce qui peut l’être et console, lorsque cela est possible. Mais des trop grandes peines, elle ne distrait point. La vraie tristesse s’accompagne de silence. »

« Mais que sait-on vraiment de ceux qui partagent nos jours ? Le cœur d’autrui demeure le plus grand des mystères. »

Comme c’est juste et si bien dit 😉

Jeudi en bla-bla-bla


C’est vrai que je suis « débordée » mais c’est pas une raison pour ne pas occuper un peu mes Copines et Copinautes qui ont du temps libre et leur donner des nouvelles de ma planète soénienne 😆

Au Pays de Soène, pas grand chose de nouveau, comme chez tout l’monde. Des petits kifs qui s’évaporent, des petites randos au soleil, des petites embiernes « techniques » à régler, la routine, rien de plus.

Toujours pas assez de vaccins, des vaccins pas compatibles avec les « vieux », et la tranche 65-75 laissée de côté 🙄
Je refuse toujours les invitations à déjeuner de mes amies dans la vie réelle, je ne m’aventure plus en ville le samedi et pendant les vacances de la Zone A, je me suis planquée le plus possible vu les essaims de jeunes privés des centres commerciaux et obligés d’envahir la presqu’île pour tuer le temps, en fumant et buvant, sans masques évidemment.

Même pas trop grave si je reste à la maison, je déteste le vent fou qui souffle trop fort trop souvent -vivement qu’on puisse aller ressentir le vent marsien comme Persévérance-, je ne vois pas pas passer la matinée avec le ménage et la cuisine, je fais des siestes et je « bricole » les après-midis. Et voilà, mes journées passent rythmées par rien pas grand chose -comme Natty-

PassiFleur a vu arriver les cigognes à Strasbourg, une aminaute a vu partir les grues cendrées, la fille d’une amie a revu sa tortue qui est sortie de son enclos 😆
Tous ces signes annoncent le Printemps, y’a pas à s »tromper, c’est bon pour notre moral tombé au fond de nos chaussettes.

Daft Punk se désagrège 🙄 Vous connaissez ?
Je l’avoue, jamais entendu parler ! Bon, ils font le buzz, je mourrai moins bête 😆
28 ans d’existence quand même, ce Groupe a bien vécu.

Tik Tok, Twitch, ben voui, vaut vivre avec son temps 😥
J’ai d’la chance, mes beaux-fils parlent encore le français « normal » à leurs enfants qui le comprennent.
Les enfants, on les éduque, l’instruction ça s’apprend. Il faudrait emprisonner les parents qui laissent traîner leurs mômes de 13/14 ans dans la rue pour éviter qu’ils deviennent des assassins 😥 😥 😥

Les Youtubers McFly et Carlito aident le Président pour faire rentrer les gestes barrières dans la tête des jeunes 😆 Les temps changent, le Grand Charles doit se retourner dans sa tombe !

Après le virus que les Chinois ont administré partout dans le monde entier, voilà que les Anglais nous gâchent encore un peu plus la vie avec leur variant. Et v’lan, tout va recommencer, on confine territorialement 😥
Le Grand Sud et le Grand Nord sont dans la tourmente, la situation est alarmante. Et les gens qui n’en ont rien à fiche, se prennent du bon temps et partent en vacances scolaires. Mais c’est pas possible, on va jamais s’en sortir.
Les Chinois et les Anglais, c’est bien connu, sont plus forts que les autres et ne font jamais rien comme les autres. Et voilà ! la cata ! Ca peut plus durer, moi j’voudrais bien retourner au resto, picniquer avec mes copines, bref, retrouver ma vie d’avant…

Bonus : trois petits kifs choisis :
J’ai découvert le Piccalilli et j’adore
Hier, premier picnic après une rando de 9 kilomètres, trop bien
Le soleil est arrivé, 20° au thermomètre, j’adore

@ suivre !

Défi du 20 avec Soène


C’est mon tour de coacher ce Défi du 20
avec deux mots en « M » : mandarine et malédiction

La Bande des Défieuses :
Adrienne
Catichou
Chantal
Dame Uranie
Florence
George-Claude
Lilou
Lydia
Mamylor
PassiFlore
PatiVore
Patricia
Vonnette

La malédiction de la mandarine.
Arrivée en Europe dès le 19e siècle, la mandarine avait trouvé refuge chez nous, en terre corse.
Fière de ses vertus, elle se contentait d’envahir les étals, chaque hiver, bourrée de jus sucré… mais aussi de pépins.
C’était sans compter sur l’inventivité de Frère Clément qui eut l’idée géniale de marier une de ses congénères avec sa cousine, l’orange… De cette union subtile naquit la clémentine !
La pauvre mandarine fut détrônée par la p’tite nouvelle qui lui ressemblait comme deux gouttes d’eau, aussi juteuse… mais sans pépin 😆

Le Défi du 20 mars sera menée par Lydia
clic
qui propose deux mots en « N » :
noisette et naïveté

Réflexions du jeudi

Et ben, dites donc, tous ces événements ça mérite bien un p’tit billet !

On compte moins les morts, on se focalise sur les vaccinés. Et ça y va, le vaccin 😆
J’attends mon tour, c’est pas encore pour demain. Je vous tiens au courant. Tout l’monde n’a pas eu le bol de Mauricette qui a déjà reçu ses deux doses 🙄

Les jours grandissent, à l’heure du couvre-feu on y voit encore clair. Et du coup, ça pristouille un tantinet, faut bien garder un œil sur la montre pour ne pas se payer une prime. Vous me direz, ça va pas durer, on risque bien d’être reconfinés 😥

Après la neige, la douceur s’est installée et a fondu l’armée de bonhommes de neige. A Lyon, y’en avait partout, tous plus beaux les uns que les autres et qui avaient vu le jour dans la nuit de samedi à dimanche dernier. Tiens donc, y’avait-il une attestation « spéciale neige » qui permettait d’être dehors après 18 heures ?

Mercredi 20, quelle journée. Le Défi du 20, le vent en tempête, la dégustation du canard à l’orange et de la galette annulée, le début des soldes et le départ de Donald. La white House a été désinfectée dans la journée avant l’arrivée du nouveau locataire. Même pas un coup de peinture sur les murs… Moi, j’aurais pas aimé du tout, du tout. Et vous ?

Comme j’avais du temps libre, j’ai suivi les événements à la tv. J’ai même vu le déboulement de la tête du Président au Musée Grévin ! Tout était bien programmé, mieux que les séances de vaccination 🙄

J’sais pas vous, mais moi, j’aime pas trop la Lady GaGa. Mais l’entendre chanter l’hymne américain, ça m’a fait dresser les poils des bras bien emmitouflés sous mes polaires. Voir Joe pleurer ça m’a bouliguée aussi. Et son serment sur la Bible de Douai ! Cocorico !

Revenons à l’actualité. On parle à nouveau « d’enfermer les Séniors ». J’y crois pas. C’est pas nous qui contaminons, nom d’un gratton. Et pendant qu’on sera emprisonnés, les autres se paieront du bon temps ? Pas question ! Si ça continue, je vais descendre dans la rue et manifester avec les poignées de râleurs qui continuent de battre le pavé à longueur de semaine. Moi, je sais pourquoi j’suis pas d’accord.

Et on attend, on n’en finit pas d’attendre, le soleil, la vaccination, le vaccin français, et même d’autres nouveaux variants, le 3e confinement, la réouverture des restos. On n’en peut plus d’attendre. C’est le dernier qui a parlé qui a raison ou tort, c’est selon. Et pendant que les politiques et les scientifiques se livrent des batailles sans fin, nous, « les gens », on ne sait plus sur quel pied danser.
Mais voilà que depuis hier, ça se précipite, ça nous pend au nez, ça se précise, on en saura plus à la fin de la semaine 🙄

Finalement, encore une semaine de liberté, de couvre-feu et de sale temps.


Réflexions du jeudi

Je voulais changer. Refaire un Jeudi en cuisine, en dictée, en littérature… Et rien de tout ça, rien trouvé 🙄

Mais voilà que l’Ami Bernie a apporté de l’eau à mon moulin ! clic
Il m’a appris que je chillais sans le savoir ! Nom d’un graton, je n’avais encore jamais entendu parler de ce petit verbe du 1er groupe ! Il était temps !

Et pourquoi donc, chillons-nous autant ? La cause à la Covid 19 évidemment ! Ca fait déjà pratiquement 4 saisons pleines que nous n’avons rien de mieux à faire que de chiller.

« Prendre du bon temps, ne rien faire et se détendre » c’est la définition de chiller. Avec ce froid polaire et ce contexte sanitaire, faut pas lésiner à se faire plaisir, hein 😉
Et tandis que les Aminautes travailleuses sont en galère sur les routes et au boulot, je chille à longueur de journée. Si, bien sûr, si je m’introspecte, j’ai un peu mauvaise conscience !

Mais alors que faire d’utile et d’intelligent ? Depuis le temps que ça dure, tous nos placards sont rutilants et bien rangés, plus rien ne traîne à part les poils de chat, chez moi 🙄
Mon livre de comptes est en ordre, mon carnet « Covid19 » à jour -jusqu’à avant ce soir pour les nouvelles punitions-, ma corbeille à laine est pleine, mon « disque dur » ICI aussi d’ailleurs… Y’a juste mon capital sommeil qui est un peu pâlot et toujours mal alimenté, ainsi que le roman de J-P Dubois toujours pas terminé !

Donc je vais continuer à chiller tout doucement, sans perdre de vue, tout d’même, les Encours du mois prochain…

Et vous, comment chillez-vous ?

Bonus : 3 p’tits kifs
Lundi, j’ai fait un pot au feu et du riz avec le bouillon. Il me reste assez de viande pour en faire une salade, comme on la faisait à la maison dans les années 50 !
Mardi, j’ai fait un gratin de cardons avec la moëlle de l’os du pot au feu. C’est « riche » mais c’est bien bon.
Mercredi, j’ai fait un gratin de courge accompagné de boudin blanc, un ensemble coloré bien assorti.

Réflexions du jeudi

Pour 2021, j’ai envie d’échapper à cet « ascenseur émotionnel » très en vogue dans l’Actu 🙄

Je ne promets plus rien, pas de vœux « blablabla », plus d’espérance illimitée pour l’avenir, plus de journal de confinement/couvre-feu, l’horizon étant toujours bouché, la menace du virus toujours bien trop présente.

Pas de bonnes résolutions non plus, je verrai au jour le jour et chercherai la meilleure façon de m’étonner et de me surpasser 😆 Mais comptez sur moi, les facéties de Soène ne sont pas prêtes de finir ! Et ne me dites pas que je déprime. J’ai juste un peu le blues de la vie d’avant, comme vous, comme tout l’monde.
Enfin, c’est déjà ça, on a enterré comme on a pu, cette année pourrie 2020. Et beaucoup d’entre nous ont finalement apprécié ces moments plus intimes, à la maison. Parfois, ça fait un bien fou de recadrer les choses.

Un seul espoir


Alors, quoi de neuf au Pays soénien ? RIEN !
Et chez vous ? RIEN ?
On est bien d’accord !

La grande lessive des masques, l’étendage et le repassage, c’est toujours d’actualité chez la Oth’s Family 😆
Pour le reste, c’est le grand flou partout. Même le soleil boude. Comment reprendre nos bonnes habitudes dans ces conditions ?

En même temps, les jours rallongent, c’est un vrai plaisir.
Dès que je le pourrai, je reprendrai mes balades vertes, mes séances de luminothérapie, mes rencontres à l’extérieur avec mes amies en attendant la série des picnics !

Je ne serai pas « libérée » de mes obligations associatives avant la fin du printemps, l’Assemblée générale étant reportée en avril ou mai, si la Covid 19 le veut bien 🙄

L’actualité ? Justement, n’en parlons plus. On marche sur la tête. Le monde devient fou. « Les mots manquent aux émotions. » Victor Hugo

Bonus : 3 p’tits kifs
Le Rallye Dakar du 3 au 15 janvier
Une brioche ET une galette des Rois consommées avec modération ! Et si vous avez le temps, allez lire la recette de Marie (Institut Paul Bocuse) clic
La reprise de mon ronron quotidien 😆

@ bientôt
Prenez soin de vous !

Enquête dans ma bibliothèque

Roseleen aime les Tags clic

Moi aussi ! Celui-ci, qui parle de nos lectures, m’a encore beaucoup amusée. Il suffit de bien regarder dans nos bibliothèques à la maison et de répondre aux questions ci-dessous.

Dix questions, 9 réponses car j’ai mixé la 3 avec la 6.

1/ Un livre dont le titre commence par l’initiale de ton nom de famille :
« Evariste » de François-Henri Désérable (2015)
-lu au Club de Lecture-.
Deuxième livre de l’auteur mais premier roman. Je n’ai pas aimé l’histoire de ce jeune génie en maths qui n’a vécu que 20 ans.

2/ Un livre dont l’auteur a un prénom qui commence par la même lettre que le tien :
« Titus n’aimait pas Bénénice » de Nathalie Azoulai (2015)
Pour ne pas tricher, je n’ai trouvé que ce livre lu au Club de Lecture, en 2016.
Moi qui aime pourtant les romans historiques, celui-ci m’a laissée indifférente.
Page 35, l’auteur écrit : « De toute écriture, ce qui compte c’est la lecture qu’on en fait. » Je suis bien d’accord !


3/ Un livre qui a un joli titre selon toi :
6/ Un livre dont la couverture est très réussie selon toi :
« Parfums » de Philippe Claudel (2014)
L’auteur « nous propose une infinité de voyages qui commencent au seuil des narines et qui remontent le temps et les souvenirs. Son abécédaire olfactif se compose de madeleines de Proust, délicates, robustes, répugnantes ou éthérées. » Liligalipette
Le bouquet de pois de senteur sur la couverture m’a conquise d’emblée et en lisant ce livre, j’ai aussi retrouvé des souvenirs personnels.


4/ Un livre dont le titre contient un mot que tu ne connais pas :
« Les Harmoniques » de Marcus Malt (2013)
L’auteur, en plus d’être talentueux, est beau comme un Dieu !
Que de souvenirs de cette rencontre lyonnaise avec le romancier, lors de la venue à Lyon d’Asphodèle, pour une édition des Quais du Polar.
« Rythmée par les grands standards du jazz, l’enquête des deux hommes fera ressurgir les notes cachées de ces crimes dont personne ne veut parler. Plus qu’un roman, c’est une ballade qui se joue ici. Un long blues nostalgique et envoûtant en même temps qu’un poignant chant d’amour et de rage. »

5/ Un livre dont le titre forme une phrase complète :
« La grammaire est une chanson douce » (2001) de l’Académicien Erik Orsenna
Y’a pas à dire, il nous fait aimer les accords grammaticaux !

7/ Un livre au titre tout petit :
« Chats ! « de Thomas Steams Eliot (1982)
Des poèmes adaptés de l’anglais par Jacques Charpentreau
Un délice, tout simplement ! On y croise des chats extraordinaires : Grostigré, Rapattenplan, Macatoc et Chabichotté, Deutéronome, Méphistofile, Machiavel, Hugo, Florimond d’Orsay, le noble, Roulifrotambole, le chat d’Olonne.
Pour la petite histoire, j’ai sauvé ce livre du « rebut », qui avait enchanté des enfants fréquentant la bibliothèque municipale de Vaux en Velin 😆

8/ Un livre au titre très long :
« L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage » de Haruki Murakami (2014)

9/ Un livre minuscule :
« Les cent plus belles récitations de notre enfance »
Textes réunis et présentés par Albine Novarino et Béatrice Mandopoulos

10/ Un livre très grand :
« Le Grand Livre du Taureau » par Jean-Pierre Nicole (édité en 1982) au prix, à l’époque, de 135 francs !
Voilà bientôt 40 ans que je le feuillette , l’étudie et apprends des choses sur mon signe astrologique.

Quelques titres m’ont été imposés par les questions. C’est un Tag drôle à faire et qui permet de retrouver des trésors oubliés dans sa bibliothèque. Je vous invite à jouer 😉

Défi du 20 avec Adrienne

Pour ce 12e Défi du 20, Adrienne nous a gâtées avec ses deux mots en « K » Kot et Karma
clic

Angela s’était retrouvée au Pascha sans arrière pensée ; elle avait suivi d’emblée Ballotine, sa meilleure amie, de l’autre côté de la frontière, s’appliquant à appliquer à la lettre une phrase trouvée dans un livre de son auteur favori, Paulo Coelho « Personne ne peut fuir son cœur. C’est pourquoi il vaut mieux écouter ce qu’il dit. »

Elle qui rêvait de louer un p’tit kot à Strasbourg et de terminer ses études de Philosophie, sa naïveté l’avait entraînée dans ce célèbre lupanar !

Mais une petite voix intérieure lui répétait en boucle I lost myself, I lost myself…
C’est ainsi qu’elle reprit sa vie normale abandonnant à la fois son mauvais karma et sa copine Ballotine !

image du Net

@ l’année prochaine
le premier Défi du 20 janvier sera mené par
PassiFlore
avec deux mots en « L » : liberté et libellule

N’hésitez pas de rejoindre la Bande des Défieuses
les Défieurs seront aussi les bienvenues