Atelier 377 de Leiloona

Vous vous souvenez de cet Atelier d’écriture ?
Comme j’aimais y participer dans une ancienne vie bloguesque !

Le principe est simple. Le jeudi, Leiloona propose une photo d’un photographe connu ou pas et à partir de là, il faut écrire une histoire.
Tout le contraire du Silent Sunday d’Isabelle 😆
Quand je jouais avec Leiloona, je ne participais pas tous les lundis, certaines photos ne m’inspirant pas. On est libre, on joue ou pas et bien sûr, on met son lien sur le billet de Leiloona clic

photo Steven Wright

L’été se termine aujourd’hui. L’étudiante adore l’automne et ses couleurs chaudes. Sûrement à cause du blond vénitien, dont elle est très fière, de ses cheveux. Ce camaïeu un peu ringard aux yeux de certains, mais lumineux.
Admise à l’Ecole Normale Supérieure des Beaux-Arts à Lyon, elle a quitté à regret son Vercors natal. Mais ces tons marron-ocre-orange-jaune lui rappellent le décor de cette Nature qui peut enfin se laisser aller après cet été bien trop chaud.
Pour se consoler de sa solitude lyonnaise qui va durer quelques années, elle va se réfugier dans les musées et galeries, et se « gaver » d’expositions.
Comme elle regrette d’avoir manqué l’expo Yves Saint Laurent au Musée des Tissus et des Arts décoratifs. Elle se contentera de l’expo, plus aérée, qui retrace la carrière de Vivienne Westwood. Dans le contexte sanitaire actuel, la scénographie a été pensée pour permettre de respecter la distanciation -ce qui n’était pas le cas pour YSL, lui a-t-on dit-.
Entre deux thèmes, un long couloir borgne, vide d’objets et de gens, la conduit vers la lumière. Effet d’optique à s’y tromper. La rosace n’est pas éclairée par le soleil épuisant qui darde à Lyon, mais par une guirlande lumineuse à led savamment enroulée sur un socle, suggérant un de ces dessins ethniques qu’elle affectionne.
Sa chevelure ondulée prend tout à coup la couleur du feu dans cette lumière artificielle et ses yeux verts pétillent dans le reflet de l’écran de son téléphone. Un moment d’égarement ou plutôt de douceur lyonnaise ? Lyon la conquise et le cœur léger, elle se dirige sans se presser jusqu’à la sortie, rue de la Charité.

Jeudi en rumination

corona chat raison

Un billet d’humeur, politiquement correct ou non…
Dire la vérité, ça fait du bien !

Tout est redevenu (presque) comme dans la vie d’avant -agitation, bouchons- sauf que dans cette vie d’après tout est plus compliqué et plus lourd à gérer -masques obligatoires partout à Lyon et Villeurbanne, gel, queues partout et foule dans les transports en commun-

chatMerci Patricia !

Alors voilà, trop contents, des marginaux -anciens gilets jaunes mais pas que- ont trouvé du grain à moudre ! Ils vont manifester les samedis contre… TOUT ! les masques, les libertés empiétées, les vaccins, l’insécurité -qu’ils créent eux-mêmes parfois-… Ils sont « libres » gueulent-t-ils ! J’y crois pas 😥
Je souhaite juste que ces irresponsables soient assez malades à leur tour pour qu’ils comprennent la couche de bêtise qu’ils se trimbalent et qu’ils se souviennent de tous ceux qui sont morts ou qui en souffrent encore.
Et si on offrait une semaine de vacances en Corée du Nord à tous ces contestataires ? Je suis sûre qu’à leur retour, ils trouveraient que les lois de la République française ne sont pas si terribles que ça.

Bien sûr, c’est désagréable de porter un masque partout, tout le temps, c’est un budget à la longue, mais il faut respecter les autres en se protégeant soi-même.

Une grande lessive s’impose régulièrement. Lessive ? Oui-oui, lessive, je ne porte que des masques en tissu qu’il faut laver et repasser ! Comme dans le temps, une nuit de trempage avec le lavage et repassage après séchage…

Bien sûr, les mesures barrière sont contraignantes, il faut sans cesse faire attention, mais on ne peut pas revivre des semaines de confinement total.
Bien sûr, le vaccin n’est pas pour demain et si on en trouve un, sera-t-il efficace et sans conséquences sur notre santé ?

Alors voilà, le PSG a perdu en finale de la Coupe de la Ligue. Moi, vous le savez, les « footeux célèbres » ça m’énerve. Neymar a pleuré des larmes de crocodile après avoir joué encore plus mal que d’habitude. Il s’en fiche, il gagne 48 millions par an sans d’obligation de résultat… Il s’en contre fiche en vacances sur son yacht et testé positif depuis…

Y’a de quoi faire râler tous ceux qui bossent en entreprises et qui se battent et stressent pour atteindre leurs objectifs 🙄
Et tous ces inconscients qui se sont regroupés pour fêter ce résultat (bon, on peut en dire autant de l’OL qui a chuté en demi finale) se « contaminent » entre eux et surtout propagent le virus.
Bravo à l’Equipe féminine lyonnaise qui a gagné, elle… Mais, comme d’hab’, elles n’ont pas été fêtées selon leur mérite 😥

Bleues

10 petits nègres Alors voilà, les Dix Petits Nègres d’Agatha Christie (je l’avais bien dit !) n’ont pas résisté à l’opinion populaire. Ils seront toujours dix, Ils étaient Dix désormais, devenus des « soldats » dans la nouvelle édition qui vient de paraître…
Il faut vite se procurer l’ancienne édition, elle va devenir collector et son prix va flamber, comme l’or !

Et Valeurs actuelles ? Moi qui croyais -innocemment- que c’était une revue sérieuse qui traitait les informations boursières, voilà qu’ils dérapent grave avec leurs propos injurieux et intolérables.

… Ayé, Soène, t’as fini de râler ?

Ben non, encore une nouvelle qui m’a mise en rogne : ma croisière sur la Garonne est annulée… j’ai été obligée de la reporter en avril 2021.
Et moi qui avais commencé ma liste des choses à mettre dans ma valise 😥
Attendre encore presque huit mois alors que nous avions réservé en septembre 2019, c’est pas la mort du petit cheval, hein 🙄

grrr

Et ce matin, pour couronner le tout, la nouvelle version WP m’est imposée ! J’ai pas le temps de m’énerver pour ça, je pars bientôt en rando et à l’idée que je vais pique-niquer au bord de l’eau, ça me calme illico !

Chic c’est lundi

Bernie-chic c'est lundi 2020

clic

La vie en bleu

La vie en bleuimage du Net

Comme l’a dit Beaumarchais, tout finit par des chansons, pour terminer cette série en bleu, impossible de ne pas évoquer Une vie Saint-Laurent d’Alain Chamfort, C’est une maison bleue de Maxime Le Forestier et les Mots bleus de Christophe, … les mots qu’on dit avec les yeux…

Et puisque décidément, ce Lundi au Soleil n’est pas comme les autres, je prends la liberté de rééditer un de mes billets posé quelque part sur l’un de mes anciens blogs -mais lequel ?- que je viens de relire et que je trouve beau 😉

les mots bleus Deauville
image So’N -Deauville-

« La difficulté va résider à rassembler environ mille mots dans la journée de dimanche !… La mission s’est avérée impossible.
 Un flot d’idées me submerge. L’esprit encombré de mots, de textes et d’images, je mets de la distance avec les propos philosophiques de Colic et je vogue vers d’autres airs, bien loin de la balade en jazz de son « Partido ».
Je tente laborieusement d’organiser mes pensées. Encore un beau sujet d’évasion et un bon prétexte pour me détourner de la petite musique lancinante de l’intendance dominicale…
Le bleu, en chef d’orchestre, installe mes souvenirs, comme des musiciens qui ajustent leurs instruments, dans une cacophonie silencieuse. Les partitions sont en désordre dans ma mémoire. Mais pour jouer est-il besoin de respecter une quelconque chronologie ?
L’harmonie de ce billet naîtra ou non de mes coups de cœur, éphémères ou parfois plus durables, qui pourtant ont laissé des traces indélébiles, pour le moment… Car, si le cœur n’a pas de rides, la mémoire est comme un disque dur, elle peut lâcher n’importe quand…
Une chanson de l’album « Une vie Saint Laurent » d’Alain Chamfort s’impose en premier dans mes pensées. Les couleurs éclatantes du jardin Majorelle sont intactes, tellement plus nettes que sur les photos papier qui s’effacent au fil du temps.  Le bleu Majorelle est vif comme la lumière et les parfums de Marrakech qui ont su si bien inspirer YSL, le grand couturier.
Plus classique et plus connue, la douce mélodie de Maxime Le Forestier revient encore et encore « C’est une maison bleue … accrochée à ma mémoire… peuplée de lumière et peuplée de fous… elle sera dernière à rester debout… » Impossible par contre de retrouver le nom du chanteur qui se l’était appropriée, en version orientale que j’avais beaucoup aimée.
Et pour compléter cette trilogie musicale, la voix fragile de Christophe m’a longtemps poursuivie. Rempli de bleus à l’âme, il a crié « Aline » et j’aime toujours autant évoquer « Les mots bleus », « des mots qu’on dit avec les yeux, ceux qui rendent les gens heureux… »

Merci Bernie pour ton bleu d’août !

Le Défi du 20 avec Lydia

Défi du 20

clic

Lydia, p’tite nouvelle dans la Bande du Défi du 20, est aux manettes ce mois-ci.
Elle a proposé, pour les deux mots en G : gomme et galanterie
Elle nous rappelle aussi les règles de ce jeu

Germaine Bourret-galanterie
Et vas-y que j’te colle. Avec son after shave, il me donne la nausée, le mec. En plus, il a les mains moites. Et ce slow qui n’en finit pas…

Déjà en arrivant au Kalimucho, il m’avait bousculée pour rentrer avec ses potes. Ils parlaient hurlaient au bar, la clope au bec, en reluquant les nanas. Les autres l’appellent Jeannot. Il roule un peu trop les mécaniques, du haut de sa petite taille.

… C’est bien ma chance, il m’a vue, il bombe le torse et fonce sur moi. Il va mettre la gomme, j’le sens bien…

Tu viens danser Poulette ?
… Même pas bonjour. Bon, plutôt ça que de faire tapisserie dans mon coin. Pourtant, il est pas terrible ce type. Il a les ongles noirs, l’haleine goudronneuse et la chemise toute froissée qui sort du pantalon.

Et vas-y que j’te colle. J’dis rien. J’veux pas qu’il me débite ses galanteries à deux balles… T’accroche pas Jeannot, avec moi ça l’fera pas !

tortues Parc Tête d'Or

N.B. je me suis souvenue de La Drague de Guy Bedos et Sauphie Daumier

Le Défi du 20 septembre sera mené par Antiblues qui propose deux mots en « H » : hirondelle et hargne

Ma vie d’après… 5 mois plus tard

Un bilan s’impose après ces 5 mois pas comme avant. 5 mois déjà, depuis le 16 mars… Le monde devient fou, tout s’emballe, se déchaîne.

chat clavier

Et moi, et moi, et moi, dans mon petit chez moi d’O., dans ma vie étriquée de retraitée un peu privilégiée, je pense quoi, je dis quoi, je fais quoi ?…

Pour résumer, rien de bien neuf. Si ! les jours diminuent à vue d’œil et le matin le jour se lève bien après moi…

Confinée pour cause de canicule aiguë, barricadée derrière mes fenêtres et volets clos, j’ai bullé, bullé, bullé, fait des siestes à rallonge pour compléter mes nuits ultra courtes, lu à petites dosettes, repris le tricot, un peu de peinture -pour jouer avec PassiFlore & les Copinautes le 10 septembre prochain-, de la cuisine, de la bloguo et pis c’est tout… pas trop de randos, pas de soldes, plus de restos, tout ce qui était prévu a été reporté !
Pas question non plus de m’aventurer dans les lieux clos : musées, ciné ; j’évite je fuis les centres commerciaux confinés et à nouveau très fréquentés et je n’achète plus de livres d’occasion. Il faut se faire à l’idée qu’avec l’âge on est plus vulnérable, même si on a la chance d’être en bonne santé.

« Ce siècle autre en ses mœurs demande un autre style. »
Agrippa d’Aubigné (Les Tragiques -1616)

41,9° prévus à Lyon en 2050… J’aurai 101 ans : je serai morte. Tout va bien.
Mes filles seront septantenaires, elles subiront ces épisodes de canicule… Que faire ?
Entre temps, j’pourrais aller me réfugier à l’ehpad Yasmine d’Hammamet, là-bas c’est le luxe pour le prix de base d’un hôtel à p’tits vieux en France 🙄
Ben voui, j’ai vu ça à la télé, pardi ! et ça m’a fait presque envie. Je rumine sur le projet ! Quitte à avoir chaud, autant changer d’horizon. Sinon, je pourrais suivre mon Amie Gene qui a bien aimé l’idée d’aller béquiner en Belgique. Ben voui, on a aussi vu ça à la télé, hein !!

Dans ce « nouveau monde », des gens meurent toujours de la Covid-19 en France, et ce qui est plus inquiétant c’est que le virus se propage à nouveau avec tout ce brassage des vacanciers et ces rassemblements sauvages et interdits de jeunes fêtards. Alors, forcément, tous ces gens le transportent avec leurs valises, le rapportent et le transmettent à ceux qui sont sagement restés chez eux…

Pour le peu que je sors, je suis masquée, en nage derrière mon bout de chiffon en coton que je porte correctement -pas sous le nez ni au menton-! Il le faut, c’est obligatoire, voilà tout ce qu’on a gagné à cause de ces insoumis réfractaires aux contraintes sanitaires élémentaires. Et dans les transports en commun, je fais « l’île » face à certaines fripouilles sans foi ni loi, sans masque et sans ticket, les pieds sur les sièges et la clop à la main qui narguent les usagers, et n’hésitent pas à tabasser, blesser, jusqu’à tuer… 😥

Et la rentrée dans à peine deux semaines ? Tout va être compliqué, à n’en pas douter. Impensable de reconfiner la France entière, impossible de rester chez soi à attendre que l’épidémie arrête de se diffuser, inutile de pester, faut avancer. Un point c’est tout avec une grande discipline !

Et moi, et moi, et moi, quels sont mes projets pour la rentrée ?

Mon voyage à Bordeaux est toujours d’actualité, préparé, espéré et craint à la fois, la vie sur un bateau dans ces conditions me semble être une drôle d’aventure, et mes visites commentées, annulées au printemps, sont également reprogrammées. Pour le reste, on fait comme si, on avance.
Moi, j’attends de voir…

réflexion

Et chez vous ? Y’a du neuf ?

Jeudi en mode mélioratif

ou dubitatif ?…
-chassez le naturel, il revient au galop !-

Je le re-re-dis, ces propos sont personnels et n’engagent que moi !

 

Au siècle dernier, dans les années 60, on a eu Peace & Love ; dans les années 80, Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil les Bisounours et leurs cousins, les « tout » et les « gros ». Tout l’monde s’en souvient !

Bisounours2

… j’oubliais Julio, le bel Hidalgo, qui chantait

« Le monde est fou, le monde est beau,
Un rendez-vous toujours nouveau,
Une symphonie inachevée
Qu’aucun génie n’a pu rêver.
Le monde est beau, le monde est fou,
Il promet trop pour donner tout.
On sait qu’au bout, c’est le rideau,
Mais on s’en fout le monde est beau. »

 

Et voilà t’y pas qu’au 21e siècle, rien n’va plus. A nouveau le monde est stone, et les règles du jeu sont toutes à refaire, selon une minorité d’individus en quête d’identité…
Effacer l’Histoire et les expressions péjoratives, bref refaire le dictionnaire…
Bannies la tête de nègre ou sein de négresse et la tête de turc.
Plus de « jaunes » ni de « noirs » ni de « peaux-rouges« .
Mais alors les « blancs » c’est pareil, ça a bien une connotation discriminatoire ?

Les enseignes se remettent en question, l’ami Y’a Bon du fabricant français de boissons et produits chocolatés dessiné en 1915 a changé sa frimousse,  le spécialiste du café et thé lyonnais créé en 1933, est devenu la Route des arômes, la célèbre marque française créée par Eugène Schueller en 1909 ne « blanchit » plus, n’utilise plus le « blanc » ni le « clair », etc.

Et puis, aussi, le choc… Gervais ne peut plus vendre d’esquimaux, les Inuits ne veulent plus être « croqués » ! Désormais on dégustera des bâtonnets mais le goût ne changera pas, c’est l’essentiel !
Heureusement, y’a plus d’ouvreuses dans les cinémas, vous savez les p’tites dames qui passaient dans les travées, pendant les réclames à l’entracte, avec leurs paniers géants en osier ; tous les mioches les guettaient avec impatience en entendant « bonbons, caramels, esquimaux, chocolats », comme le chantait Annie Cordy dans les années 50 !

Mais alors, Tintin au Congo ? c’est pas correct. Faudra voir à redessiner un peu l’album

Tintin Congo1
Et la note « blanche » qui vaut « deux noires« … C’est pas correct non plus
Faudra-t-il aussi chambouler la musique ? Personne n’y a encore pensé !
Dis, Mamylor, toi qui chantes, tu as peut-être la réponse à ma question ? 😆

notes-musique

Black is black, White is white, tout ça c’est fini aussi, en anglais comme en français.

Bon, tant pis, chez Angelina à Villefontaine (historique), on a dégusté un Négresco, tout noir dehors, tout crémeux dedans, et c’était drôlement bon !

Négresco-Angelina
Pour l’Hôtel-Palais étoilé mythique de Nice, no soucy, il pourra garder son nom prestigieux, son fondateur, Henri Alexandre Negresco était roumain. Rien à voir avec l’Afrique.
Negresco

Mélioratif ? Ma pauv’ Soène, ça va pas changer le monde toutes ces embrouilles broutilles. Y’a tellement plus grave à gérer pour M. Jean et son staff Gouvernement. En attendant, ça fait des clans, ça crée des tensions, ça fiche un grand désordre, et le plus grave, des innocents y perdent la vie…

« L’avenir ne se déroule presque jamais comme le présent porte à l’imaginer. »
Portez-vous bien
Sortez masqués !

Jeudi en mots

chat clavier

Une tribune libre, ça me dit ! Après tout ce tourbillon social et politique, moi, vous me connaissez, ça m’inspire et me donne envie de parler de poser mes mots !

Google- 14-07-2020
Sur ce 14 juillet 2020 (qui a dû composer avec les contraintes sanitaires)

Vue du ciel, quelle était belle la Place de la Concorde, délivrée du trafic automobile et habitée par ces armées de femmes et d’hommes qui ont pour seule mission et pour seule ambition le bon ordre de la France.

Les Armées, dans l’esprit de la Nation, ont dessiné une Croix de Lorraine et une Marianne. La Patrouille de France a coloré le ciel, impeccablement ordonnée, et la musique de la Légion étrangère a su amuser et s’amuser.

Quelle est belle cette France des valeurs, de conscience et d’obéissance. Quel mérite pour celles et ceux qui ont choisi cette voie.

J’ai aimé aussi le couscous, pas assez mijoté, de chez Oh couscous, au dîner, arrosé d’un verre de St-Joseph -dommage que la carte des vins ne propose pas de vins du Pays- !
Un couscous par cette chaleur, j’en conviens, ça surchauffe, mais des fois, faut laisser ses idées préconçues de côté pour satisfaire ses envies !

 

Politique

Sur la vie politique 

Pauvre -ou bienheureux- M. Edouard retourné dans sont Ch’Nord à ses petites affaires provinciales. Après tout le boulot qu’il a fait, le voilà presque oublié.

Quel casse-tête pour M. Jean. Sitôt nommé, déjà critiqué. Son casting ministériel ne plaît pas à tout l’monde… Ca vous étonne ? Moi, non, les Français sont des Gaulois réfractaires et belliqueux.

En même temps, fallait oser. L’Acquitator et l’Animatrice radio-tv, quel duo explosif ! Ca promet des gros coups de gueules de belles rigolades. Moi, je les aime bien tous les deux. Au moins, ils disent ce qu’ils pensent et font ce qu’ils veulent…
Mais vont-ils devenir de gentils moutons, dociles et muets ? J’en doute !

 

réflexion

Sur la vie de tous les jours

Moins gaie que la Vague des Classes de Villefranche-sur-Saône, la seconde vague de la Covid-19 est de plus en plus redoutée… Isoler, tester, tracer et soigner, d’accord, mais reconfiner les personnes fragiles -les « vieux »- j’suis pas d’accord. Dans les foules, ce ne sont pas les vieux que l’on voit le plus, hein ! même si, à la télé, j’ai vu des mémés se trémousser autant que les d’jeunes…

Déjà 123 jours d’épidémie ; on a dépassé le chiffre effrayant des 30 000 morts, et ça continue… Chacun fait ce qui lui plaît et met ainsi la vie des autres en danger 😥

Une partie de la population n’en a rien à faire, concert à Nice, Rave-Party dans la Nièvre, Feu d’artifice à Paris -et ben, bravo les Parigots !-, mais les Préfets ne peuvent rien faire (?) et la Ministre distribue des « bons » pour que les fêtards marginaux se fassent dépister « gratos »… Pauvre France, comme disait ma mémé.

 

avec-les-mots

J’ai pas aimé
Les tirs de gros pétards et un feu d’artifice interdit, jusqu’à 1 h 30 du matin, la nuit du 13 au 14 juillet, comme tous les ans, à O. Mais que fait la Police ?
La décision du nouveau Maire écolo de Lyon d’interdire le survol de Lyon par la merveilleuse Patrouille de France… Ca promet !
Le relâchement alarmant du port des masques, ceux qui n’en ont plus et ceux qui le portent sous le nez et carrément sous le menton…
Le temps que je passe dans les transports en commun à cause de la période de vacances scolaires, souvent multiplié par deux.

J’ai bien aimé
La cérémonie, à Paris, du 14 juillet 2020
Le Parmentier saumon-crevettes de BaBaYaYa et nos bla-bla-bla sympas
L’envie de reprendre le tricot pour le poupon de Rose
Ma nouvelle imprimante super Canon !
L’achat du shampoing Timotei nutrition intense que j’ai pas mal cherché avant de me jeter sur le dernier flacon chez les Mousquetaires
La rando urbaine des jardins sans fin à O. à cause d’un ciel menaçant et le picnic à la maison !
Ma petite farce préparée pour le Défi du 20 de Dame Uranie.

Bonnes Vacances

pour blog

14 juillet de la vie d’après

Notre drapeau : il date de la Révolution de 1789. Le bleu et le rougecouleurs des révolutionnaires parisiens, entourent le blanc, la couleur du roi. Le drapeau français symbolise alors la révolte du peuple pour obtenir la liberté.

Le drapeau tricolore est officiellement devenu l’emblème de la France le 15 février 1794 avec la loi du 27 pluviôse an II. C’est le peintre Jacques-Louis David qui a été chargé de le dessiner et qui a décidé de placer le bleu en premier, pour que cette couleur soit adossée à la hampe qui porte le drapeau.

Pour cette journée particulière, ajoutons-y le masque…

Ma vie d’après… phase 4

1er juillet : « Le temps passé avec un chat n’est jamais perdu. »
Colette

 

ciné

 

Le 25 juin dernier, le célèbre et très médiatique urgentiste PP a déclaré, à la télé : « Le monde d’après c’est le monde d’avant en pire. »

C’est tout à fait ce que je ressens. Certainement une conséquence du confinement, je n’ai pas les idées très claires par moment et pas plus tard que la semaine dernière -et même avant, si ma mémoire est bonne-, j’étais dans la plus grande confusion avec les blogs de Carrie et Marla… Faute avouée est à moitié pardonnée, hein ? Faut dire que les deux jeunettes adorent les Bêtes et les balades dans la Nature et que toutes les deux insistent en me disant de prendre soin de moi 😉

« Ce siècle autre en ses mœurs demande un autre style. »
Les Tragiques – Agrippa d’Aubigné (1616)

1616-2020 : l’Histoire est un éternel recommencement…
Maintenant, tout devrait très bien aller… Mais l’anaphore La vie est belle que j’avais utilisée  dans mon billet du 22 juin, un peu par dérision, n’était qu’une figure de style que j’aime bien employer.

Car moi qui aime que les choses soient claires, que tout soit bien carré, ordonné, j’ai du mal à m’y retrouver dans cette vie d’après… On déconfine, mais… on doit devrait respecter les mesures sanitaires. On peut faire tout ce qu’on veut, mais… il faut faudrait porter un masque dans les lieux publics, il faut prendre rendez-vous pour aller nager ou faire du sport, il faut respecter les sens de circulation fléchés, il faut… que sais-je encore, la liste serait trop longue à énumérer. Et pourtant… La Covid-19 fait toujours des morts dans le monde entier et en France, et le virus est suspendu au dessus de nos têtes, se tapit pour peut-être/sans doute, mieux revenir les saisons prochaines.

Alors, oui, j’en parle encore et non, on ne peut pas faire comme si rien n’était. Les « clusters » explosent un peu partout et l’appli Covid-19 fait un flop 🙄
En même temps, la plupart des gens font comme si de rien n’était… « bas les masques », bonjour les accolades, les embrassades, les rassemblements politiques, amicaux et familiaux… Ça craint…
Les frontières ouvrent à nouveau et les mélanges de touristes vont avoir lieu pendant ces deux mois d’été… Ça craint…

Le 1er juillet, c’est aussi le temps des changements, augmentations ou diminutions et de l’ajustement des impôts !
Les prix sont toujours inflationnés. Au marché, les tomates Marmande bien charnues, à 28 francs le kilo, sont excellentes ! J’ai hésité et craqué plusieurs fois pour un kilo de cerises ou de fraises goûteuses et pas abîmées à 40 ou 50 francs. Quant aux asperges blanches à 65 francs le kilo, elles ont fini leur saison sans que je les goûte…
Oui, je ne parle plus en euros mais en francs ! Je me fais du mal, je sais, ça fait ringard, je sais, mais j’veux me coller à la dure réalité du moment. Et ma baguette de pain noir aux graines à 13 francs m’a été un peu indigeste, même si elle était délicieuse…
Du pain noir, j’vous jure, on se croirait en temps de guerre. C’est pas faux, le p’tit Manu l’a assez répété !

 

euro
J’ai aimé :

assiette italienne
Ma 2e assiette italienne et mon café gourmand aux Halles Paul Bocuse avec ma soeur de coeur et nos réflexions pour la préparation de notre croisière
La résa de nos nuits à Bordeaux
Ma journée picnic à Lacroix-Laval avec mon amie globe-trotteuse
Ma lecture en cours du Carnaval noir de Metin Arditi, suggérée par Lydia

J’ai pas aimé :
Le mois de juin plutôt pourri sur tous les points
Ma e-commande à la Fnac du 8/06 toujours pas livrée depuis le 8 juin
Mon imprimante toujours pas livrée, perdue quelque part ou volée
Le vent, la chaleur et les orages
Les masques toujours plus nombreux sur la voie publique
Les dents toujours plus blanches des journalistes et animateurs à la télé
Et le pompon, Lyon et sa Métropole vertes depuis dimanche 😥

@ suivre !
cigale

Ma vie d’après… maintenant

Mon chat dit : « Quand le rêve n’a pas sa place, le monde est si étroit que la vie rétrécit. »
(Livret Comme dit mon chat de Jean-Michel Sananès aux Editions Chemins de Plume)
Encore un petit livre délicieux que je recommande

comme dit mon chat

 

ciné

Par où commencer ? Comme tout l’monde, j’attendais ce 22 juin, étape supplémentaire de l’aventure Covid-19, mais on en a su plus dès la fin de la semaine dernière. On a attaqué la 3e étape. L’horizon s’ouvre enfin !

On a bien avancé. L’école est redevenue obligatoire, les actifs sont au boulot et les retraités, toujours privés de leurs activités associatives, sont partis en vacances, et ceux qui restent vont pouvoir retourner au cinéma !

Et moi, et moi, et moi, avec ma vie, mon petit chez-moi, j’y pense et puis… C’est là qu’il faut changer un peu les paroles de la chanson de Dutronc. J’y pense mais j’peux pas oublier de vivre autrement, en respectant autant que possible les gestes barrière toujours en vigueur -et plutôt malmenés par une partie des gens- : masque, désinfectant, distance physique, ces trois armes pacifiques pour affronter l’ennemi invisible qui rôde encore on ne sait où… partout…

La vie est belle. Sur le marché, la Région m’a distribué deux masques à jeter que j’ai rangés et déjà perdus de vue retrouvés -pas rangés là où ils auraient dû…-, et dans ma boîte aux lettres, lundi dernier, elle m’a encore gratifiée de deux masques grand public catégorie 1 selon recommandations afnor spec s76-001, accompagnés d’une note d’information ministérielle du 29 mars 2020 !
Heureusement que je n’ai pas attendu le masque régional pour me déconfiner sinon je serais restée enfermée 3 mois au lieu de 2. Coup de Pub pas très convaincant pour l’horizon 2021 (élections régionales). Du bla-bla-bla politique, ça ne m’étonne pas.

La vie est belle.
J’ai enfin reçu ma bague Pandora mais j’ai quand même passé un mel à la Direction -sans réponse à ce jour- car je n’ai pas apprécié de payer 6 € de port alors que j’aurais pu la retirer dans un magasin.
J’ai enfin reçu ma commande passée chez New Chic, décevante et des complications pour retourner mes deux pantalons, donc je vais les garder et renoncer à mes 50 €.
J’ai pu aller chercher le petit cahier d’Art-thérapie chez Decitre (délai : 1 semaine).
Par contre, les croquettes Neutered Royal Canin  de Natty sont arrivées à la vitesse TGV, une fois que j’ai eu pu joindre Zooplus au téléphone et avoir l’explication au sujet de mon de passe invalide : Orange bloque les « anciens » mdp et ainsi empêche les clients de passer des e-commandes… Fallait juste le savoir et posséder un 2e e-mail… Donc, tout va bien !

La vie est belle. J’ai retrouvé les Frères Barbet et j’ai passé mon envie de foie de veau, avec une énorme tranche cuite à point, servie avec des pommes de terre rissolées et la petite salade, et pour finir un café gourmand. Et même si le temps « d’automne » m’a privée de la terrasse, j’ai passé un très bon moment.

foie veau

La vie est belle. J’ai fait un petit tour au marché de la Croix-Rousse, mardi en toute fin de matinée, sans rien acheter, et suis redescendue pour aller à mon rendez-vous au Parc de la Tête d’Or. 16 kms à pied dans ma journée !

La vie est belle. Samedi, début de l’été, l’anticyclone est annoncé, même si mardi dernier, lors du Conseil d’administration de l’Assoc. nous étions confinés à l’intérieur, un peu gelés malgré nos vêtements d’hiver… Collés-serrés autour de la table pour le picnic, on en a oublié le froid… et les mesures barrière…

La vie est belle. Encore un petit effort pour la relecture du bulletin de la rentrée 2020-2021 et hop hop hop, je serai en vacances ! Bon, ça ne changera pas grand chose puisque depuis le 16 mars, on y est déjà. Et ça risque de durer un peu plus longtemps que d’habitude car rien ou presque ne se passera en septembre au niveau associatif.

La vie est quand même un peu moins belle avec les bouchons, les travaux, le bruit et la pollution, les bus quasi remplis, les queues interminables devant certains magasins, et les manifs les samedis et même en semaine.

Quant à l’actu autour de moi ? Après la disparition des boutiques lyonnaises Au Nègre (café), des têtes de nègre (meringues rondes enrobées de chocolat noir), du « Y’a bon » pour Banania, voilà que c’est au tour de l’Uncle Ben’s de réfléchir à changer de look avant d’y être forcé… Non mais, j’y crois pas. Le monde est fou.

Uncle Ben'simage du Net

Et c’est pas tout, les batailles des verts, jaunes, blancs et noirs ont repris partout, les casseurs sont déconfinés, la canicule et les moustiques sont de retour, les Droites et les Gauches s’arrachent les mairies… Impossible de vivre en paix.

C’est tout pour le moment. Je reviendrai faire un point après la phase 4. D’ici là, portez-vous bien, soyez prudents, respectez les gestes barrière, et tout, et tout…

positive attitude