Projet de Ma’

Elles sont finies, c’est pour ça que Ma’ en parle des vacances pour son Projet du jour clic

Les miennes ont commencé en mai ; elles étaient absolument Fantasiastiques !

Et comme j’ai horreur de cette foule agitée qui veut vacancer « culturellement intelligent », je me planque l’été et fais des balades et des escapades tranquilles…

Pas de randos à cause des deux canicules. Juste quelques petites surprises et belles découvertes entre Amis.

En même temps, je prépare une autre croisière pour octobre 2020. Ben, oui, les projets ça me porte et ça me donne la pêche !

En photos, quelques indices de mes « vacances« 

2019-a-08-août.jpg
de gauche à droite, en partant du haut
l’Abbaye de Charlieu, le cloître du Grand Hôtel Dieu, Croquet, le chat noir, Marseille, mini observatoire vers Thurins, le château de Dré, des images d’Italie, le crayon à Lyon, l’observatoire au Mont St-Rigaud, le Casino le Lyon vert, l’église de Semur en Brionnais et une chaise longue dans les cours du Grand Hôtel Dieu à Lyon !

Publicités

A bord

De la proue à la poupe, tout nous a séduites sur le MSC Fantasia !

MSC Fantasia-proue

P1210170

Installées au 16e pont, dans l’une des deux suites VIP du Yacht Club, notre semaine de croisière a été un total dépaysement, un total enchantement,. On s’habitue plus vite au luxe qu’à la misère…

Une boucle Marseille-Marseille, avec 5 escales, aux Baléares, Palma, Ibiza, et en Italie, Naples, Livourne et Gênes.

carte croisière

C’était la première fois que nous posions les pieds sur un navire de croisière. Que c’est impressionnant ! Il peut héberger plus de 4 000 passagers et plus de 1 300 personnes d’équipage.

 

Restaurants (dont « l’Etoile » réservé exclusivement aux membres du YC), piscines, solarium, salle de sport, bars, boutiques, salons, fumoir, théâtre, Casino, c’est véritablement une petite ville.

Nous avons beaucoup marché sur les différents ponts, arpenté les couloirs avec le plan du bateau obligatoire pour bien nous repérer, pris les ascenseurs (dont un prioritaire pour les membres du YC), monté et descendu les escaliers, exploré tous les espaces, magasiné, mais nous revenions toujours « chez nous », dans notre salon « Top sail loundge », où nous petit-déjeunions, goûtions et prenions l’apéritif et sur le pont-terrasse « One pool » où nous déjeunions au soleil. Cadre raffiné, ambiance feutrée, attention constante et amabilité du personnel, tout était réuni pour notre plus grand plaisir.

Nos deux majordomes, Lila et Kalhed, nous chouchoutaient, veillaient à notre confort, à notre bien-être, et nous accompagnaient à chacun de nos déplacements en terre inconnue ! Chaque soir, avec le programme du lendemain, une petite attention nous attendait, fruits frais, fraises au chocolat, macarons, etc.

A la première escale à Palma, nous sommes restées sur le bateau ayant visité la ville de long en large deux ans auparavant. Le lendemain, excursion dans le Sud d’Ibiza et visite libre dans la ville.

629 milles nautiques séparent Ibiza de Naples, deux nuits et une journée de navigation.

Visite libre du centre historique de Naples et dégustation d’une pizza énorrrme.
Visite libre de Livourne, l’excursion aux 5 Terres ayant été annulée à cause d’une grève des trains italiens.
Visite libre du port et du centre historique de Gênes.

A Naples, le Vésuve nous accueille

Livourne a des airs (lointains!) de Venise ou d’Amsterdam !

Et que dire de Gênes ? à part ses Palacios vieillissants mais encore imposants, la ville grouille, bruyante et douteuse…

Pourtant, le funiculaire Zecca-Righi nous a menées sur les hauteurs de la ville, loin du bruit, et notre descente à pied ne nous a pas déçues

L’Italie n’est décidément pas ma tasse de thé, sale, bruyante, agitée ! Mais lors d’une telle croisière, la priorité n’est pas le côté culturel, n’est-ce-pas ?

En vacances, notre seule ambition est de marcher le nez en l’air, au gré de nos envies, d’admirer les paysages autour de nous et en évitant le piège des heures de visites commentées-bourrage de crâne !

Nous ne nous sommes donc pas aperçues, ni n’avons subi la vie grouillante des milliers de passagers affairés à manger, boire, danser, chanter, jouer…
Moi, vous me connaissez, je suis solitaire et sauvage !

« La mer donnera à chaque homme un nouvel espoir, et le sommeil apportera des rêves de retour au foyer. » Christophe Collomb

Le marché flottant de l’Isle-sur-Sorgue

Depuis les années 80, le marché flottant, créé par René Legier, est une attraction très prisée des touristes et vacanciers. Il a lieu le matin du premier dimanche d’août.

L’Isle-sur-Sorgue est également connue pour ses nombreux antiquaires et brocanteurs. Il fait bon flâner dans les rues commerçantes animées et admirer les roues à aube, vestige du passé industriel de cette cité.

roue à aube (1)

Les barques à fond plat « négo-chins »

négo-chins2

négo-chins.JPG

chargées de marchandises se mettent en place en ordre parfait et au retentissement de la cloche, le marché peut commencer.

marché flottant-mise en place (1)

marché flottant-mise en place (4)

Alors, commence une ronde sans fin le long des quais où l’on peut acheter les produits régionaux. Il faut cependant s’armer de patience pour essayer d’acheter la fougasse convoitée pour finalement constater qu’il n’y en a déjà plus…

fougasses

Fruits et légumes, ail, fromages de chèvre, pains, miel, confitures, sachets de lavande, cartes anciennes, vins, objets artisanaux divers, fleurs et journal local, sont proposés, tour à tour sur chaque quai, dans un désordre ordonné par la Maréchaussée un peu débordée !

circulation barques

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

Projet de Ma’ 32

Ma’ ICI propose judicieusement de s’amuser cette fin de semaine… Cette fois encore, de drôles de découvertes car il y a mille façons de s’amuser !

Dimanche, (toujours le premier dimanche d’août), lors du célèbre marché flottant, la maréchaussée isloise -un peu débordée- s’amusait autant que les touristes massés sur les deux quais

maréchaussée