Chic c’est lundi

Bernie-chic c'est lundi 2020

clic

En août, c’est bleu pour Bernieshoot. J’ai quitté mes grosses lunettes pour ne pas naviguer à l’aveuglette et j’ai choisi cette photo d’archives

La vie en bleubal bleue
Une boîte aux lettres privée, relookée, pas très réglementaire mais tellement jolie en bleu, découverte lors d’une promenade sur les berges de Saône, à la Confluence

Jeudi en mea culpa

Moi, vous me connaissez, j’aime quand tout tourne bien rond, dans mes vies réelle et virtuelle. Et ici, rien n’va plus… Depuis quelques semaines, en jouant avec Bernieshoot, j’ai « volé » la vedette à Skéné (l’arrière-scène en grec antique) au profit de EmEmEm…

Vous savez que j’adore le flacking -pansement de trottoir en carrelage-

« What’s the flack ? Le flacking est un raccommodage de blessures urbaines, une proposition d’amour, de couleurs, de formes et de matières là où on ne les attend pas. C’est réparer en cassant les codes de l’urbanisme. C’est investir et réinvestir l’espace public. C’est faire naître un sourire, une question… » EmEmEm

Skéné, qui a décidé de ne pas trop dévoiler son identité, décore Lyon principalement avec des cœurs. Oups ! C’est donc bien à lui, l’artiste et docteur des rues, que reviennent les œuvres montrées ces lundis de juillet. Et non à EmEmEm.

D’ailleurs, je vais me procurer bientôt le Guide du street art en France dont parle une maman lyonnaise « Lucky Sophie » sur son blog http://www.luckysophie.com

Mais que s’est-il donc passé, ma pauv’ Soène ?
Alors que je cherchais un sujet de billet pour ce jeudi, je suis tombée sur le livre illustré de Adèle Alberge « Les cris des murs » sur les street artistes lyonnais.
J’aime feuilleter ce livret.  Et en cherchant l’inspiration pour trouver une poésie, bing ! je tombe sur les cœurs de Skéné.
A propos de Skéné, Adèle Algerge dit : « Skéné est un personnage aux multiples facettes, un street artiste mosaïque amoureux… Les murs de la ville, les trottoirs et leurs nids de poule deviennent la scène de Skéné qui offre à voir son art, c’est un cri d’amour… Enfant, Skéné rêvait d’être pianiste ou couturier. Le rapport au toucher et à la matière l’a toujours habité… »

Nom d’un gratton ! mais alors, le cœur du Passage de l’Argue clic 
que je l’avais photographié le soir du 14 juillet (avant d’aller au resto) est aussi de sa composition.

coeur Skéné (1)

Et puisque vous avez du temps, voici un autre site super intéressant ! clic

Bonne promenade
Portez-vous bien !

Chic c’est lundi

Bernie-chic c'est lundi 2020

avec Bernieshoot
clic

Pour ce 3e lundi de juillet en rouge  je pioche dans ma collection des coeurs de Skéné.
Je ne m’en lasse pas ! (Vivien, ce sont bien 3 coeurs différents, regarde bien !)

cof

au bout du bout, à la Confluence, là où Saône & Rhône se rejoignent pour s’en aller couler plus au Sud ; souvent, le bout est submergé par les eaux de la rivière et du fleuve

cof

Rues89Lyon :
« Aucun panneau, pancarte ou flèche au sol n’indique l’existence de cette bizarrerie : aux confins méridionaux de la presqu’île se trouvent des rails.
Particularité ? Ils plongent dans l’eau, là où Rhône & Saône s’entremêlent enfin.
Pour y accéder, il faut se rendre sur la presqu’île. Côté Rhône, emprunter les escaliers à quelques mètres du nouveau pont Raymond Barre. Une fois sur le quai, se diriger vers le Sud. Passer sous le pont, saluer les navigateurs en train de bichonner leur bateau, continuer en longeant le Musée des Confluences.
Côté Saône, il faut longer la rivière en direction du Sud. Vous trouverez sur votre chemin des rails : ils courent du bâtiment du Progrès jusqu’à la pointe, en passant par le Cube orange et la Sucrière. Continuer jusqu’au bout du bout. »

 

N.B. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, grâce à la gentille remarque de Christian, j’ai enfin cherché et trouvé le logo de Bernie pour son Chic c’est lundi 2020 !

Chic c’est lundi

BERNIE SHOOT-logo-lundi-soleil

avec Bernieshoot
clic

En juin, le bleu outremer de Bernie m’avait paru difficile à illustrer. En fait, la difficulté n’était pas insurmontable et j’aurais pu avoir plus de courage !

Son rouge de juillet me donne envie de participer ces 4 lundis. Et comme dans d’autres domaines, j’ai aussi des dadas en photographie : roses, chats, graffitis et les œuvres en carreaux de Ememem, artiste Lyonnais pratiquant le flacking street Art. J’en ai déjà parlé, j’en parle et j’en parlerai encore ! Skéné. En fait, j’avais attribué, à tort, ces cœurs à EmEmEm 😳

Toujours originales et surprenantes, parfois éphémères, on trouve ses jolis pansements des nids de poule dans des endroits inattendus et c’est un jeu de les chercher et bien sûr un plaisir d’en découvrir, par hasard, de nouveaux.

Place Raspail, tout près du parking de la Fosse aux ours, juste avant le Pont de la Guillotière qui traverse le Rhône et mène en presqu’île, il y a quelques années déjà.
Et la singularité de cette oeuvre qui a disparu, était d’être verticale

dig

cof

Projet de Ma’


Projet de Ma’ « marche (s) »
clic

Au début du déconfinement, je me suis retrouvée à la station de métro de la Part Dieu, côté gare, et bingo ! Alors que j’avais pris l’escalator pour économiser mes jambes, ma tête m’a commandé de redescendre pour faire des photos pour le Projet de Ma’ ! J’ai repris l’escalator en sens inverse, fait quelques photos et cette fois, j’ai monté les 36 marches !

 

Projet de Ma’

Chaque samedi, Ma’ propose un thème d’illustration et nous jouons !

Pour ce samedi, Ma’ a choisi « jardin« 

clic

Je n’ai pas de jardin mais j’ai un jardin secret !
jardin secret

Enfin presque… il me faudra encore un peu de patience, ma e-commande sur le site de la FNAC n’a pas encore été livrée… J’aurais mieux fait d’aller faire la queue pour l’acheter directement en magasin !

Jeudi en cuisine

11 juin : « Petit à petit, les chats deviennent l’âme de la maison. »
Jean Cocteau

Deux recettes bien lyonnaises, ça fera plaisir aux cuisinières chevronnées !
Je ne fais jamais ces recettes, trop long pour un plat de cardons, les bocaux de Malartre sont délicieux, et trop d’odeur de friture pour les bugnes, les quelques centaines de grammes achetées par an chez le boulanger font l’affaire !

Pour le Projet de Ma’ de samedi dernier, j’avais acheté 2 cartes postales, avec les recettes au dos

Recette des cardons à la lyonnaise

cardons

Effeuiller et effiler les côtes, puis les citronner à l’aide d’un demi citron.
Couper chaque tige en tronçons d’environ 4 cm, les faire cuire jusqu’à ce qu’ils soient tendres, à feu doux dans de l’eau salée, puis les égoutter.
Faire fondre 80 gr de beurre dans une casserole, ajouter autant de farine, arroser l’ensemble d’un bouillon de volaille mélangé à de la crème fraîche et à un jaune d’oeuf.
Disposer les cardons dans un plat à gratin, les recouvrir de la sauce, de rondelles de moelle, éventuellement d’un peu d’emmental râpé, puis enfourner environ 12 minute.

 

Recette des bugnes

bugnes

Pour réaliser la pâte, mélanger 500 gr de farine, 6 oeufs, 100 gr de sucre et 100 gr de beurre, un sachet de sucre vanillé, un de levure, une pincée de sel, un zeste de citron et 6 cl de rhum.
Une fois bien pétrie, entourer la pâte d’un film plastique puis laisser reposer une nuit au réfrigérateur.
A l’aide d’un rouleau, étaler la pâte et découper avec une roulette les losanges fendus au centre, qui, par la suite, seront jetés dans l’huile bouillante puis égouttés sur du papier absorbant.
Les bugnes peuvent se servir tièdes ou froides saupoudrées de sucre glace.

Ce sont plutôt des recettes d’hiver.