Chic c’est Lundi

clic

Mars nous offre 5 lundis qui seront en « jaune » pour jouer aux « Lundi Soleil » avec Bernie

Tandis que l’hiver météorologique se termine, le printemps du calendrier est impatient d’être officialisé. Mais, on le sait, la Nature n’en fait qu’à sa tête et tout est en fleur partout. Les fleurs d’hiver résistent, les petites fleurs printanières éclosent et s’éclatent. Comme j’aime ce renouveau.

Hélas, depuis un an, on a du temps à perdre, du temps à occuper. Je continue mon exploration d’O. car j’évite d’aller à Lyon. Ces jours derniers, attentive aux moindres jardins, quelle ne fut pas ma surprise de voir… du mimosa. Oui, c’est bien ça. Cette senteur forte ne trompe pas 😆

Depuis le temps que je passe devant ces arbres, je ne les avais jamais remarqués. Sans doute parce que je n’étais pas encore assez attentive.

Dans une petite rue tranquille, un tout petit arbre planté tout seul dans la pelouse. Au bout de la rue, derrière un mur, un grand arbre qui ne date pas d’hier. Et puis, sur la pelouse d’une ancienne cité ouvrière, d’autres arbres mimosa embaumant l’endroit.

Et oui, il n’y a pas que notre Midi qui fleurit jaune en hiver !

tandis que la pensée rustique n’a pas dit son dernier mot dans les jardinières, au cimetière

Deux en un le samedi

Hop hop hop, le mois de février se termine demain. Je ne l’ai pas vu passer 🙄

Ma’, pour son Projet du jour, a pensé à une « boisson chaude »
clic

A part du café, je ne bois aucune autre boisson chaude. Alors, ce sera du café ! Un grand bol blanc Monop’ bien rempli pour mes petits déjeuners et une tasse après le déjeuner. Là, j’ai le choix pour la tasse, j’en ai une petite collection. A quoi ça me sert d’ailleurs puisque j’utilise toujours la même !

Au cas où, j’ai aussi pas mal de mugs… bien rangés sur une étagère. Je ne dévoile pas tout, je garde tout ces autres contenants pour une autre fois 😆

Je joue aussi aux 24 Heures Photo de Patricia
clic

Mercredi, à lors d’une rando entre Irigny et Charly, j’ai découvert des fleurs d’abricotiers

Quand on n’est pas jardinier (comme moi) on peut les confondre avec celles des amandiers et des cerisiers. Mais avec la bonne appli, on ne s’y trompe plus 😆

Jeudi en bla-bla-bla


C’est vrai que je suis « débordée » mais c’est pas une raison pour ne pas occuper un peu mes Copines et Copinautes qui ont du temps libre et leur donner des nouvelles de ma planète soénienne 😆

Au Pays de Soène, pas grand chose de nouveau, comme chez tout l’monde. Des petits kifs qui s’évaporent, des petites randos au soleil, des petites embiernes « techniques » à régler, la routine, rien de plus.

Toujours pas assez de vaccins, des vaccins pas compatibles avec les « vieux », et la tranche 65-75 laissée de côté 🙄
Je refuse toujours les invitations à déjeuner de mes amies dans la vie réelle, je ne m’aventure plus en ville le samedi et pendant les vacances de la Zone A, je me suis planquée le plus possible vu les essaims de jeunes privés des centres commerciaux et obligés d’envahir la presqu’île pour tuer le temps, en fumant et buvant, sans masques évidemment.

Même pas trop grave si je reste à la maison, je déteste le vent fou qui souffle trop fort trop souvent -vivement qu’on puisse aller ressentir le vent marsien comme Persévérance-, je ne vois pas pas passer la matinée avec le ménage et la cuisine, je fais des siestes et je « bricole » les après-midis. Et voilà, mes journées passent rythmées par rien pas grand chose -comme Natty-

PassiFleur a vu arriver les cigognes à Strasbourg, une aminaute a vu partir les grues cendrées, la fille d’une amie a revu sa tortue qui est sortie de son enclos 😆
Tous ces signes annoncent le Printemps, y’a pas à s »tromper, c’est bon pour notre moral tombé au fond de nos chaussettes.

Daft Punk se désagrège 🙄 Vous connaissez ?
Je l’avoue, jamais entendu parler ! Bon, ils font le buzz, je mourrai moins bête 😆
28 ans d’existence quand même, ce Groupe a bien vécu.

Tik Tok, Twitch, ben voui, vaut vivre avec son temps 😥
J’ai d’la chance, mes beaux-fils parlent encore le français « normal » à leurs enfants qui le comprennent.
Les enfants, on les éduque, l’instruction ça s’apprend. Il faudrait emprisonner les parents qui laissent traîner leurs mômes de 13/14 ans dans la rue pour éviter qu’ils deviennent des assassins 😥 😥 😥

Les Youtubers McFly et Carlito aident le Président pour faire rentrer les gestes barrières dans la tête des jeunes 😆 Les temps changent, le Grand Charles doit se retourner dans sa tombe !

Après le virus que les Chinois ont administré partout dans le monde entier, voilà que les Anglais nous gâchent encore un peu plus la vie avec leur variant. Et v’lan, tout va recommencer, on confine territorialement 😥
Le Grand Sud et le Grand Nord sont dans la tourmente, la situation est alarmante. Et les gens qui n’en ont rien à fiche, se prennent du bon temps et partent en vacances scolaires. Mais c’est pas possible, on va jamais s’en sortir.
Les Chinois et les Anglais, c’est bien connu, sont plus forts que les autres et ne font jamais rien comme les autres. Et voilà ! la cata ! Ca peut plus durer, moi j’voudrais bien retourner au resto, picniquer avec mes copines, bref, retrouver ma vie d’avant…

Bonus : trois petits kifs choisis :
J’ai découvert le Piccalilli et j’adore
Hier, premier picnic après une rando de 9 kilomètres, trop bien
Le soleil est arrivé, 20° au thermomètre, j’adore

@ suivre !

Alphabet insolite

Aujourd’hui, je joue avec Vivien qui a fait, du tac au tac, son alphabet personnel ICI
Ca me rappelle le jeu du petit bac 😆
Un jeu inter générations !

A arme
B barrière(s)
C chat
D doudou (rose de Natty)
E éducation
F froid
G geste(s)
H hirondelle
I image
J justice
K kit
L livre
M masque
N Napoléon -l’âne chaponois célèbre-
O obéissance
P politesse
Q question
R respect
S solitude
T temps avec un « t » ou un « T »
U utilité
V vaccin
W wagon
X xylographie* -gravure sur bois-
Y yucca
Z zut !

* Pour le X, aucun mot spontané. Et, comme le Hasard me rend souvent service, en lisant une Nouvelle pour le Challenge de Lydia, à la fin de la page 9 (Joyeux Noël, Rocco), l’avant dernière phrase m’a sauvée !
« L’entrée était élégante. Tentures aux murs et une belle xylographie de Sant’ Andrea della Valle. »

Facile et drôle ce p’tit Jeu de l’Alphabet. A faire sur vos blogs ou à la maison 😆

Encore un peu de lecture, ça vous dit ? En recherchant des textes/poèmes de ma composition, j’ai retrouvé un Tag qui date quand même de fin janvier 2012, sur mon blog Soène aux mots passant. C’était dans ma vie d’avant 😉 CLIC

Challenge « Textes courts » chez Lydia

Je me lance ! Depuis le temps que je vois tous les challenges de Sharon -et tant d’autres- je franchis le pas, Lydia m’a tentée 😆

Studieusement Sérieusement, j’ai « ruminé » pas mal. Et pourquoi donc ai-je choisi ce vendredi 12 février pour publier mon premier billet pour ce Challenge « Textes courts » ? Pour faire un petit clin d’œil à Sharon pour son Anniversaire de Sharon 💐 ce n’est pas un secret, alors je peux le dire 😉

La règle pour ce Challenge ? je vous invite à allez chez Lydia ICI et LA

Pour la petite histoire -car j’aime bien quand il y a une petite histoire en dessous !- cette nouvelle « inédite » était offerte aux visiteurs des incontournables Quais du Polar 2018. Je ne l’avais jamais lue. Les Lyonnaises s’en souviennent forcément.

Catégorie : Nouvelle
Nom de l’auteur : Antonio Manzini (né à Rome en 1964)
Titre : Joyeux Noël, Rocco
Nombre de pages : 48

Antonio Manzini a écrit une série de 4 livres sur les enquêtes menées entre Rome et le Val d’Aoste par Rocco Schiavone, « le flic râleur et macho qu’on adore détester » (dans la collection Folio policier).
J’ai bien l’intention de les découvrir. J’espère qu’elles seront plus consistantes et plus captivantes que cette nouvelle 🙄

L’histoire est simple : les vieux époux Moresi sont retrouvés morts à leur domicile, assis dans leurs fauteuils devant la télé. Et voilà le « sous-Préfet » Rocco Schiavone -pas Commissaire, hein, il tient à son titre, le dit et le répète- tiré de son lit juste avant Noël et avec 37,6° de fièvre et préoccupé aussi par sa mutation imminente il ne sait pas où. En bougonnant, il va sur les lieux du crime avec l’agent Elena Dobbrilla, sa fidèle et dévouée assistante, et y retrouve Uccio Pichi, l’anatomopathologiste, déjà sur place. Scénario classique !
Le couple avaient deux fils, l’un, Gabriele, le « gentil garçon », l’autre, Antonio, le « mauvais garçon »… et le père possédait une collection de montres, donc certaines, précieuses et de grande valeur.

Je vous laisse imaginer la fin de l’histoire !
Ah ! Si, encore un petit détail. En rentrant enfin chez lui, Rocca trouva une lettre de la Préfecture centrale dans laquelle se trouvait son destin.

Les encours du mois de Février avec PassiFlore

et pour les Copinautes, c’est ICI

C’est pas une vie. Je ne cours plus après le temps depuis des mois mais plus ça va, plus ça va vite et moins j’en fais je veux en faire.

Côté Poésie
Un texte de Prévert à méditer (Merci Annie)
« À peine la journée commencée et… il est déjà six heures du soir.
A peine arrivé le lundi et c’est déjà vendredi… et le mois est déjà fini… et l’année est presque écoulée.
… et déjà 40, 50 ou 60 ans de nos vies sont passés.
… et on se rend compte qu’on a perdu nos parents, des amis.
…et on se rend compte qu’il est trop tard pour revenir en arrière…
Alors… Essayons malgré tout, de profiter à fond du temps qui nous reste…
N’arrêtons pas de chercher à avoir des activités qui nous plaisent…
Mettons de la couleur dans notre grisaille…
Sourions aux petites choses de la vie qui mettent du baume dans nos cœurs.
Et malgré tout, il nous faut continuer de profiter avec sérénité de ce temps qui nous reste. Essayons d’éliminer les « après »…
Je le fais après…  Je dirai après…  J’y penserai après…
On laisse tout pour plus tard comme si « après » était à nous.
Car ce qu’on ne comprend pas, c’est que : 
après, le café se refroidit…
après, les priorités changent…
après, le charme est rompu…
après, la santé passe…
après, les enfants grandissent…
après, les parents vieillissent…
après, les promesses sont oubliées…
après, le jour devient la nuit…
après, la vie se termine…
Et après c’est souvent trop tard….
Alors… Ne laissons rien pour plus tard…
Car en attendant toujours à plus tard, nous pouvons perdre les meilleurs moments,…
les meilleures expériences…
les meilleurs amis…
la meilleure famille…
Le jour est aujourd’hui…
L’instant est maintenant…
Nous ne sommes plus à l’âge où nous pouvons nous permettre de reporter à demain ce qui doit être fait tout de suite.
Alors voyons si vous aurez le temps de lire ce message et ensuite de le partager.
Ou alors vous le laisserez peut-être pour… « plus tard »…
Et vous ne le partagerez “jamais”…
« 


Côté Tricot-Crochet
Que je vous fasse rire 😥
Pas d’idée ni de courage pour le tricotage. Un après-midi, je me force et je m’y mets. Je choisis une pelote de laine dans ma réserve, je trouve un modèle de poncho à capuche sur mon catalogue Phildar. Tout va bien. Je ne fais jamais d’échantillon, je n’ai jamais la laine préconisée. Pour les aiguilles, comme je tricote « serré » je prends des plus grosses. Ben voui, j’ai toujours fait -presque- comme ça, au Pif, comme on dit 🙄
J’avais bien avancé. Je prends une 2e pelote pour l’autre côté du devant, j’arrive au dos.
C’est trop petit pour un vrai bébé et bien trop grand pour le poupon de Mlle Rose 😥
Je redétricote tout. J’abandonne mon tricot.
Et le lendemain matin, surprise ! deux pelotes, deux laines ET deux couleurs !
Déjà que je n’étais pas motivée, j’peux dire que j’ai mis plusieurs jours à reprendre mes aiguilles.

J’ai quand même réussi à finir un petit poncho à capuche et un bonnet-béguin assorti. Et « cerise sur le tricot » j’ai tout assemblé moi-même et passé un petit coup de fer -ce que je ne fais pas en général-
Juste une p’tite bêtise, pour le poncho, j’ai oublié les mailles en point mousse tout au long de l’échancrure 😥
Mais il y a toujours un mais, hein, il manque les tresses d’attache et les floches. Pour le moment, le bonnet n’est pas trop ressemblant… Voilà encore du boulot pour mon Amie Gene 😆

Côté Lecture
Deux séances Zoomées du Club de Lecture. Finalement, cette formule est assez sympa. Les explications de l’Amie Hélène ne m’a donné envie de finir « Les accommodements raisonnables » de Jean-Paul Dubois.
Le roman « Bleu de Delft » de Simone Van der Vlugt, présenté par Monique, le 8/02, que j’avis lu l’an dernier, m’a bien plu par contre.
Pour la prochaine réunion du 8 mars, « Journée de la Femme », chacune des lectrices présentes présentera une Femme de son choix. J’ai trouvé mon héroïne. J’avais fait une LC (lecture commune) avec la Jument verte. J’en reparlerai le moment venu. Chut, c’est un secret ! Rien ne vous empêche de chercher un peu quand même 😆

En ce moment, j’commence tout et j’finis rien. J’en ai fait tout un billet jeudi dernier.
J’ai quand même trouvé une lecture plaisante que j’dévore, « Changer l’eau des fleurs » de Valérie Perrin. Ouf !

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est changer-l-eau-des-fleurs.jpg


Côté Peinture-Coloriage
J’ai ressorti mon matériel de peinture et colorisé une couronne St-Valentinienne 😆
Tout avait pourtant bien commencé et Paf ! j’ai débordé sur la boule. Trop tard, ça se voit presque pas !


Côté Jardinage Cuisine
J’ai fait deux plats de cannellonis « maison » délicieux, en modifiant un peu la recette de Lydia. A part ça, en cuisine c’est aussi la routine 🙄 Rien d’autre à signaler 🙄
Même réchauffés, ils étaient trop bons. Comme j’en avais de trop, j’ai offert un plat à mon beau-fils pour son Anniversaire. Ben non, j’plaisante pas. Avec deux paires de chaussettes en coton fabriquées en France ! J’avais rajouté un « guignolo » (saucisson cru qui ressemble à la trique de Guignol, d’où le nom) de chez Anselme. Il aurait préféré un guignolo supplémentaire à la place des chaussettes 🙄

Côté Bricolage Bloguo
Je suis dans ma période Tags Lecture. Je joue beaucoup avec Roseleen et Syler 😆

Et pour la première fois, je me suis inscrite au Challenge de Lydia, sur un an, de février à février. Vous pouvez encore vous inscrire si ça vous tente LA

Son Challenge « Textes courts » m’agite les neurones. A la bonne heure ! Du coup, je passe pas mal de temps à chercher mes livres à moins de 100 pages, à les relire et à rédiger un petit résumé. J’en achète aussi mais il me manque toujours une BD ou deux.
Je préfère cette activité à la couture 😆

Côté Randos-BaladesRestos
Il a fallu composer avec le temps moche, la pluie et le vent fou. Sans oublier non plus d’adapter l’heure de mes sorties pour éviter la foule dans les transports en commun.
Une seule vraie rando à la campagne, et une rando urbaine hier matin, sinon des bambanes urbaines comme j’aime et j’ai pu faire quelques photos insolites, même sous la pluie.
Kilomètres parcourus entre le 10/01 et le 09/02 : 140 kilomètres ! Pas mal !


Enquête dans ma bibliothèque-mes lectures inachevées

Ce billet n’est pas un Tag. C’est le bilan de mes lectures inachevées et la liste s’allonge…

Depuis mon adolescence, j’adore les citations. J’en ai rempli plusieurs cahiers depuis une cinquantaine d’années. En farfouillant sur le Net pour trouver quelques illustrations rigolotes pour ce billet, avec les mots clés « lectures inachevées » je suis arrivée sur le Blog de Bibliza, une trentenaire qui aime la Littérature. -Ouf ! ça existe encore les jeunes qui aiment bien lire-

En particulier sur son billet ICI
et cette image adorable
je vous conseille fortement de savourer ses « dégustations littéraires »

Après ce préambule, venons-en à mes livres abandonnés.

En premier, un clin d’œil affectueux à Mindounet que je suivais avec délice dans ses lectures dans le « monde d’avant » et qui m’avait incitée à lire Belle du Seigneur d’Albert Cohen -il l’avait adoré-
Je me suis arrêtée à la page 426 ou à la page 598 ? (1110 pages en tout) car y sont posés deux marque-pages, délaissant le beau Solal et la petite Timie.
Désormais sur FB, Mindounet, si tu viens jeter un regard par ici, je te le promets, je le finirai un jour ce livre.

Un autre « pavé » de 1100 pages Le Chardonneret de Donna Tartt, délaissé à la page 438 pour cause d’ennui.

LaRose de Louise Erdrich, offert par mon Amie BaBaYaYa, pour mon anniversaire. 297 pages lues sur 566. Le titre m’a trompée, il ne s’agit pas d’une rose dans le roman.

Les vieilles de Pascale Gautier, planté -le livre, par les vieilles !- à la page 64 sur 215.

Sa Majesté des chats de Bernard Werber, acheté d’occasion et c’est tant mieux. Posé à côté de mon lit, ce livre volumineux de 456 pages dans son édition brochée chez Albin Michel, n’a retenu mon attention que sur les 50 premières pages. Bastet et Pythagore racontent un peu trop la même histoire, à mon goût.
J’avais pourtant apprécié l’histoire du premier livre de cette série, Demain les chats, offert par Antiblues du temps où on n’était pas fâchés pour toujours.

Les années douces de Hiromi Kawakami, dont j’ai lu 129 pages sur 284, sans y trouver un réel intérêt. Et pourtant j’aime l’écriture japonaise, tout en poésie.

J’ai mené toutes vos batailles… de Antoine George, prêté par une Amie. 127 pages lues sur 225. Un sujet bien trop grave, une bataille d’un homme avec « Alzo ». Je vous laisse deviner qui est cet adversaire redoutable et redouté par nous les « vieux ».

Dernièrement, enregistré sur ma liseuse, Les accommodements raisonnables de Jean-Paul Dubois, proposé au Club de Lecture. Une sorte de journal qui commence en décembre pour finir un an après, en janvier. Je suis arrivée péniblement à la moitié de cette année-là !

Et depuis hier soir, Efface toute trace de François Vallejo. J’ai insisté, résisté et abandonné cette enquête sur des morts louches et morbides de trafiquants d’Art. Un casse-tête pour l’expert chargé de l’enquête qui nous noie dans une masse de détails qui nous embrouille.

Quelques livres parcourus que je ne lirai jamais complètement :
Psychanalyse des contes de fées de Bruno Bettelheim, totalement indigeste,
Madame de Sévigné par Stéphane Maltère, une Femme au caractère bien trempé comme j’aime,
Jean Moulin de Jean-Pierre Azéma, à picorer de temps à autre, pour me nourrir encore et encore de la vie de « mon » Héros, au hasard d’un des chapitres,
Un hiver à Majorque de George Sand, acheté sur place, à la boutique du Musée.

Quelques livres achetés et stockés dans ma Pal :
La maîtresse des épices de Chitra Banerjee, trouvé au hasard, d’occasion, état neuf ! Quelle drôle d’idée car je n’aime pas du tout les épices.
Les héritiers de l’avenir / Le cahier de Henri Troyat. Tiens, celui-ci va partir en « don »
Une vingtaine de romans d’Anne Perry, rachetés pour deux francs six sous à une ancienne collègue de boulot, mais ça, c’était du temps où je lisais encore Katherine Pankol, Marc Lévy et Guillaume Musso !

Durant cette drôle de période qui ne semble pas prête à s’achever, je lis un peu, bien moins que certaines de mes Amies lyonnaises ou bloguesques. Il m’est impossible de lire des heures d’affilée, ni toute une partie de la nuit. Le soir, je lis quelques pages pour m’endormir.

PS : j’espère que ce billet vous donnera l’envie de faire l’inventaire des livres que vous avez abandonnés et d’en faire aussi tout un billet 😆

Réflexions du jeudi

Et ben, dites donc, tous ces événements ça mérite bien un p’tit billet !

On compte moins les morts, on se focalise sur les vaccinés. Et ça y va, le vaccin 😆
J’attends mon tour, c’est pas encore pour demain. Je vous tiens au courant. Tout l’monde n’a pas eu le bol de Mauricette qui a déjà reçu ses deux doses 🙄

Les jours grandissent, à l’heure du couvre-feu on y voit encore clair. Et du coup, ça pristouille un tantinet, faut bien garder un œil sur la montre pour ne pas se payer une prime. Vous me direz, ça va pas durer, on risque bien d’être reconfinés 😥

Après la neige, la douceur s’est installée et a fondu l’armée de bonhommes de neige. A Lyon, y’en avait partout, tous plus beaux les uns que les autres et qui avaient vu le jour dans la nuit de samedi à dimanche dernier. Tiens donc, y’avait-il une attestation « spéciale neige » qui permettait d’être dehors après 18 heures ?

Mercredi 20, quelle journée. Le Défi du 20, le vent en tempête, la dégustation du canard à l’orange et de la galette annulée, le début des soldes et le départ de Donald. La white House a été désinfectée dans la journée avant l’arrivée du nouveau locataire. Même pas un coup de peinture sur les murs… Moi, j’aurais pas aimé du tout, du tout. Et vous ?

Comme j’avais du temps libre, j’ai suivi les événements à la tv. J’ai même vu le déboulement de la tête du Président au Musée Grévin ! Tout était bien programmé, mieux que les séances de vaccination 🙄

J’sais pas vous, mais moi, j’aime pas trop la Lady GaGa. Mais l’entendre chanter l’hymne américain, ça m’a fait dresser les poils des bras bien emmitouflés sous mes polaires. Voir Joe pleurer ça m’a bouliguée aussi. Et son serment sur la Bible de Douai ! Cocorico !

Revenons à l’actualité. On parle à nouveau « d’enfermer les Séniors ». J’y crois pas. C’est pas nous qui contaminons, nom d’un gratton. Et pendant qu’on sera emprisonnés, les autres se paieront du bon temps ? Pas question ! Si ça continue, je vais descendre dans la rue et manifester avec les poignées de râleurs qui continuent de battre le pavé à longueur de semaine. Moi, je sais pourquoi j’suis pas d’accord.

Et on attend, on n’en finit pas d’attendre, le soleil, la vaccination, le vaccin français, et même d’autres nouveaux variants, le 3e confinement, la réouverture des restos. On n’en peut plus d’attendre. C’est le dernier qui a parlé qui a raison ou tort, c’est selon. Et pendant que les politiques et les scientifiques se livrent des batailles sans fin, nous, « les gens », on ne sait plus sur quel pied danser.
Mais voilà que depuis hier, ça se précipite, ça nous pend au nez, ça se précise, on en saura plus à la fin de la semaine 🙄

Finalement, encore une semaine de liberté, de couvre-feu et de sale temps.


Enquête dans ma bibliothèque – suite

Roseleen joue avec Skyler. Les Tags sont une gourmandise pourvu qu’ils ne soient pas imposés !

Certaines Copinautes m’ont suivie pour le Tag littéraire qui nous a permis de redécouvrir certains livres oubliés et en même temps, de faire la poussière sur les étagères de nos biblios 😆

PassiFlore avait déniché, toujours chez Skyler, un Tag sur la Littérature clic un peu similaire, celui-ci s’attachant aux couleurs des couvertures de nos livres personnels. Et comme Skyler, je me suis bien amusée à répondre à ces 12 nouvelles questions dont certaines m’ont donné un peu de fil à retordre, comme disait ma mémé.

1/ Un mot du titre est une couleur :
« Rose » de Tatiana de Rosnay
Paris sous le Second Empire. Les ambitieux travaux d’Haussmann détruisent des quartiers entiers, générant des milliers d’expropriations douloureuses. Loin du tumulte, Rose Bazelet mène une vie paisible, au rythme de sa lecture du Petit Journal et de ses promenades au Luxembourg. Jusqu’au jour où elle reçoit la fatidique lettre du préfet: sa maison, située sur le tracé du boulevard Saint-Germain, doit être démolie... cf Babélio


2/ La couverture est en majorité jaune :
« Allumer le chat » de Barbara Constantine
C’est l’histoire très loufoque de Bastos, chat philosophe très pédant !
Un livre choisi par la maîtresse de Nunzi et dédicacé par Barbara elle-même 😉


3/ Tous les tomes de la saga sont dans les mêmes tons de couleurs :
Deux romans de la trilogie de Pierre Lemaître, « Au revoir là-haut » et « Couleurs de l’incendie », la couverture du 3e ‘Le miroir de nos peines » étant différente


4/ Les couleurs reprennent les couleurs de notre Pays :
« L’embellie » de Audur Ava Olafsdottir
J’ai moins aimé que Rosa Candida.
Pardon pour le rouge devenu orange, mais je n’ai rien trouvé de plus approchant !

Moi, vous me connaissez, j’ai horreur de tricher. Orange c’est pas rouge, hein 🙄
Alors, voilà, un Bescherelle aux couleurs de la France ! Et puis un Bescherelle, y’a rien de mieux !
« L’anglais pour tous » fera parfaitement l’affaire. Ce bouquin est tout neuf, il n’a jamais servi…


5/ Le titre du livre est de couleur rouge :
Au hasard, chez Gallimard, la prestigieuse Edition, où tous les titres sont rouges sur une couverture coquille d’œuf, « Charlotte » de David Foenkinos, ou bien l’un des romans de Jean d’Ormesson

6/ La couverture est aux couleurs de l’automne :
« Le Grand Meaulnes » d’Alain Fournier
Un livre que j’ai en plusieurs éditions et que je relis régulièrement

7/ La couverture reprend uniquement 3 couleurs :
« Le caillou » de Sigolène Vinson


8/ Il y a un reflet brillant sur la couverture :
Ouf ! Enfin un « polar » de Michel Bussi, mon auteur favori
« Mourir sur Seine »
Avec des cadavres « propres », comme je les aime avec Bussi !

9/ La couverture est en majorité verte :
Le Dico des Femmes écrivaines de langue française
Acheté chez France Loisirs… il y a trrrès longtemps !

Dictionnaire Des Femmes - Écrivains De Langue Française   de collectif


10/ La couverture est de votre couleur préférée :
C’est le bleu pour moi aussi !
« Le chat qui venait du ciel » premier roman de Hiraide Takashi
Un conte japonais délicieux où tout tourne autour de Chibi
Et pour la petite histoire secrète -révélée ici- j’ai ce livre en deux exemplaires, tous deux offerts par deux autres Amies dans la vraie vie 😉


11/ La couverture reprend les 7 couleurs de l’arc-en-ciel :
« Une année de créativité » de Brenda Mallon
La magie conjuguée de l’Art, de la Culture et de la créativité

12/ La couverture est en noir et blanc :
Au hasard -mais pas tant que ça !- « Antoine de Saint-Exupéry » de Michel Richelmy
La vie de cet homme me passionne tant.

Voilà, le Tag est terminé. Je vous invite à prendre le relais, de quoi occuper vos moments désœuvrés d’après couvre-feu 😆
Je crois bien que j’ai pris encore plus de plaisir à répondre aux questions de ce 2e Tag littéraire.

Deux en un le samedi

Pour son Projet, Ma‘ a inscrit au hasard sur son calendrier 2021 clic

Ca veut dire que je suis libre de choisir une photo, n’importe laquelle, au hasard ?
Voyons, voyons 🙄

Y a-t-il une photo dans ma médiathèque de WP le 10 mai 2020 ?
et bien oui, une seule !

Pour les 24 Heures Photo de Patricia

clic
J’ai même retrouvé le logo 😉

A part ça, RIEN ! Décidément, je l’emploie beaucoup ce pronom indéfini 🙄
Cette semaine, avec toute la grisaille, je ne voyais même pas le clocher d’en face, ni la neige sur le Pilat. Les gros nuages se baladent tantôt de gauche à droite (vent du Sud), tantôt de droite à gauche (vent du Nord).
Pourtant, jeudi, le temps gris sans pluie m’a permis d’aller jusqu’au Parc de la Tête d’Or, en hibernation et en rénovation. J’ai vite rebroussé chemin à cause des joggeurs, bien plus nombreux que les oies, qui s’époumonaient dans les allées !