Vert, blanc ou noir

Ce dernier vendredi du mois de novembre agite les médias ! mais pas que, les consommateurs aussi… C’est la

Au « black Friday » certains commerçants brandissent leurs « green Friday » ou « white Friday »…

Vert, blanc ou noir, je m’en fiche, j’attendrai les soldes d’hiver. 4 semaines seulement en janvier, c’est assez, ainsi, on pourra renouveler sa garde robe au juste prix !

Et pour ceux qui ne suivent pas l’actualité télévisée :

green Friday : on n’achète que des trucs d’occasion
white Friday : on reverse la différence (entre le prix réel et le prix cassé) à des associations
black Friday : on croit faire des affaires…

Pauvre France, comme disait ma mémé. Même Momox me propose – 15 % pour son Flash Friday ! Je vais peut-être en profiter pour m’acheter un autre Fred Vargas, Antiblues me dit que ça vaut la peine d’en lire un 2e (après Ceux qui vont mourir te saluent que je n’ai pas du tout aimé). Oui, mais lequel choisir ?… L’homme aux cercles bleus est cité plusieurs fois dans les commentaires chez Babélio… Pourquoi pas…

Dans le bus, sur le Canard enchaîné qui lisait un usager, j’ai lu en gros titre : « black Friday si t’achètes un oeil, on te donne une main »…
Moi j’en étais restée à l’histoire de La laitière et du pot au lait, le beurre, l’argent du beurre et la crémière ! Heu, t’es pas un peu has been démodée, Soène ?…

vendredi noir

Taguons ensemble

Nous, vous nous connaissez ! On ne manque jamais une occasion de s’amuser ensemble !

2018-AP-NE2photo archives décembre 2018

A l’invitation d’Antiblues clic, nous traboulons ce matin avec Mind The Gap clic

Bac

* Prenez le livre le plus proche de vous, allez page 24 et notez la première phrase :
En fait, il s’agit d’un petit poème du recueil L’escalier bleu de Henry Bauchau, offert par Miss Aspho

L'escalier bleu


« Je n’aurai rien compris que les pensées réelles
qu’on plantait au printemps sous le mur des remises
la beauté de couleur profonde, les pensées
qui regardaient le temps de la terre sans feuilles
et voyaient d’un regard obstiné l’essentiel
nues, minimes, sans rien, sans rien d’autre que l’oeil. »

* Sans vérifier, devinez quelle heure est-il ? 5 h 50

* Vérifiez : 6 h 00

* Que portez-vous ? pyjama et robe de chambre

* Avant de répondre à ce questionnaire, que regardiez-vous ? mon blog ! Je préparais mes billets pour les Lundis au Soleil avec BernieShoot. Pour le mois de décembre, je vais jouer les 5 lundis. C’est Bernie qui va être content !

* Quel bruit entendez-vous à part celui de l’ordinateur ? aucun de l’extérieur, les infos à la télé

* Quand êtes-vous sortie la dernière fois, qu’avez-vous fait ? vendredi, j’ai continué la course pour mes petits cadeaux de Noël. J’adore ! J’ai aussi fait un tour chez Uniqlo et Sostrene Grene. J’adore ! Et enfin, je suis passée à La Trinitaine faire une provision de bonnes choses sucrées et salées à offrir

La Trinitaine

* Avez-vous rêvé cette nuit ? Oui, toujours. Mais mes rêves sont fugaces, dès qu’ils me réveillent, ils s’évaporent. Bien plus volatiles que mes cauchemars…

* Quand avez-vous ri la dernière fois ? Là, maintenant, en pensant à mes Amis Antiblues et Mindounet !

* Qu’y a-t-il sur les murs de la pièce où vous êtes ? Rien. J’ai horreur de faire des trous dans mes murs… Par contre, sur l’étagère, en face de moi, je vois une partie de ma décoration de Noël, déjà…

* Si vous deveniez multimillionnaire dans la nuit, quelle serait la première chose que vous achèteriez ? Alors là, il m’a fallu ruminer… Je n’ai besoin de rien, en fait… Un appartement dans un foyer-résidence pour personnes âgées, peut-être (lol)
Multimillionnaire : je n’arrive même pas à imaginer combien ça fait. Je pourrais sans doute faire construire plusieurs EHPAD pour y accueillir mes amies/is !

* Avez-vous vu quelque chose d’étrange aujourd’hui ? Non, à part la pluie qui tombe dans la flaque d’eau sur la place. A cette heure matinale, il ne se passe rien à O. !

* Que pensez-vous de ce questionnaire ? Bof… J’ai connu des Tags plus difficiles ! Et j’ai bien peur que du coup mes réponses soient un peu ennuyeuses… Mais l’essentiel, c’est d’y faire comme on dit à Lyon

* Dites-nous quelque chose de vous que ne savons pas encore : j’ai décidé de moins manger ! Une façon efficace pour perdre du poids… en prévision des Fêtes de fin d’année ! C’est tout nouveau, j’ai abandonné l’idée de faire un régime !

* Quel serait le prénom de votre enfant si c’était une fille ? Trop tard ! J’suis une mémé ! Mais j’ai deux filles qui n’ont qu’un seul prénom : Stéphanie & Delphine

* Et si c’était un garçon ? J’ai beau chercher, je ne me souviens plus du tout du prénom que nous avions choisi au cas où…
Ce que je sais, c’est que si j’avais été un garçon, mes parents m’auraient appelée Alain

* Avez-vous déjà pensé à vivre à l’étranger ? Non, pas vraiment, même si aller finir ma vie dans un Pays où je pourrais vivre plus aisément avec ma retrait m’effleure parfois l’esprit (Portugal, Maroc)

* Que voudriez-vous que Dieu vous dise lorsque vous franchirez les portes du Paradis ? Ou plutôt ne me dise pas de m’occuper de son secrétariat ! Mais non, que je suis bête, Dieu n’est pas le Père Noël, Il n’a donc pas besoin de secrétaire(s) !

Lettre Père Noël
* Si vous pouviez changer quelque chose dans le monde en dehors de la culpabilité et la politique, que changeriez-vous ? Alors là, ma liste est trop longue ! En premier lieu je trouverais un moyen de stopper l’immigration clandestine…

* Aimez-vous danser ? Pas vraiment, et je n’ai jamais su très bien danser. Me dandiner sur une musique, ça n’a jamais été mon truc… Et les thés dansants, quelle horreur !

* Quelle est la dernière chose que vous ayez regardée à la télévision ? : En replay, le premier épisode d’Elven, la rivière des secrets, une série nordique.

* Quelles sont les  personnes qui doivent prendre le relais sur leur blog ? J’ai copié-collé la réponse de Mind The Gap : « Celles et ceux qui veulent »…

école2

Jeudi en littérature… revisitée

« Moi vous me connaissez » ! Un rien me surprend et titille ma curiosité… Et je suis toujours prête à me « culturer »…

Devant mon petit écran, je découvre deux livres, l’un « Sur le bout de la langue » -le mot juste- de Bertrand Périer, l’autre du très sérieux Lorant Deutsch, « Romanesque » -la folle aventure de la langue française-.

D’accord, je verrai plus tard si le les trouve en occasion TBE chez Momox.

Mais revenons à la Culture. J’écoute le regretté Jean Rochefort lire un texte sur Madame Bovary, de la collection Les Boloss des Belles Lettres, la « littérature pour tous les Waloufs » !

les Boloss

Momox ne l’a pas dans la collection « J’ai lu ». Tant pis, je ferai une infidélité. Je le veux ce livre !

Les Boloss des belles lettres

La littérature pour tous les waloufs.

La littérature est une terre de mirages, une femme séduite mais rétive, telle une gazelle farouche qui se méfierait des lions voraces que nous sommes, nous, lecteurs. Qu’on la déchire entre nos crocs ou qu’on l’assomme de nos lourdes pattes, elle reste souriante face à son troupeau, car au-delà de la dégradation physique demeure l’amour de l’art… PTDR ! T’as cru on était là pour te baratiner avec notre vieille dégaine d’intello mais non t’as craqué nous on va t’envoyer la grosse purée littéraire TATATA des gros classiques en rafales sur ta ganache featuring Phèdre, la MILF indomptable, Emma Bovary, la zouz campagnarde pas dégueu, et Gatsby, le David Guetta de la East Coast ! On met la grosse tatane à Lagarde et Michard et bim! Tout de go on s’impose dans le tiéquar.

Quentin Leclerc et Michel Pimpant, les auteurs, s’attaquent même à mon cher Petit Prince… clic

J’vous tiens au courant !

Projet de Ma’

Pas facile le thème du Projet de Ma’ de cette semaine clic

Il faut illustrer une ville ou un village

Pour changer du clocher de St-Genis et de la vue en blanc de ma fenêtre, j’ai feuilleté une fois encore -je ne m’en lasse pas !- l’album du voyage pour mes 60 ans.

En 2010, à Assouan, j’avais visité sous un soleil de plomb, le village nubien. A part quelques chèvres en liberté dans les rues et des femmes qui lavaient la vaisselle dans de l’eau sale, tout était calme et même le petit café était fermé. (croisière sur le Lac Nasser, d’Abou Simbel à Assouan)

village nubien-cafe
Nubie-scenes de vie (5)

Comme il fait bon vivre à Lyon !

Jeudi en dictée

Les vacances de la Toussaint (Oth me précise qu’elles s’appellent toujours ainsi) sont finies. Il faut s’y remettre avant  de penser aux vacances de Noël.

Ce matin, c’est dictée !

J’abandonne aujourd’hui mon grand recueil des Dictées d’hier et d’aujourd’hui et je vais explorer les 101 plus belles dictées de la langue française -écrites à l’anglaise à l’encre violette- de Anne Valmante

dictées-livre

Lettre de George Sand à son fils, Maurice Dudevant, interne au collège Henri IV

« Travaille, sois fort, sois fier, sois indépendant, méprise les petites vexations attribuées à ton âge. Réserve ta force de résistance pour des actes et contre des faits qui en vaudront la peine…
Nous nous ressemblons d’âme et de visage.
Je sais dès aujourd’hui quelle sera ta vie intellectuelle.
Je crains pour toi bien des douleurs profondes.
J’espère pour toi des joies bien pures. Garde en toi le trésor de la bonté. Sache donner sans hésitation, prendre sans regret, acquérir sans lâcheté.
Sache mettre dans ton coeur le bonheur de celui que tu aimes à la place de celui qui te manquera !
Garde l’espérance d’une autre vie : c’est là que les mères retrouvent leurs fils.

Paris, 18 juin 1835. Ton amie, George »

Un texte toujours d’actualité…

L’épée laser de la nouvelle Immortelle

Moi, vous me connaissez, tandis que l’Aminaute Les Caphys passe son du temps à éplucher les tweets sur sa tablette, je traque  l’actualité sur mon écran plasma LG.

Et si aujourd’hui, un autre événement, qui va durer 4 mois, voit le jour au Louvre, je fais le choix de parler d’une épée laser plutôt que de l’Homme de Vitruve que j’irai voir en 2020.

Car, pensez donc, l’événement majeur pour une Bescherelosaurette -et fière de l’être- dont je vais parler me remplit de bonheur. J’aime ces Femmes françaises à l’incroyable destin !

Tout l’monde en parle ! Elue le 3 mai 2018, au premier tour de fauteuil de Philippe Beaussant, Madame Barbara Cassin a fait son entrée sous la Coupole jeudi dernier, le 17 octobre 2019, à la veille de ses 72 automnes.

Heureux Anniversaire Madame l’Académicienne et bravo pour vos nombreux talents.
Barbarin Cassin est née le 24 octobre 1947. Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années, dit-on.

Cette philosophe philologue, polyglotte, helléniste, Chevalier de la Légion d’Honneur et Officier de l’Ordre National du Mérite, est donc la 9e Femme à être élue depuis la création officielle de cette Institution par Richelieu en 1635.

Tout l’monde le sait, on reconnaît les Académiciens à leurs habits verts brodés de feuilles d’olivier ET à leur épée qui les symbolise.

La septuagénaire délurée et même un peu sexy paraît-il, était bien décidée à faire sa rentrée sous la Coupole en en faisant un peu qu’à sa tête. Et quelle surprise pour elle, lors de la confection de sa tenue par la Maison Patou, Barbara Cassin a appris un nouveau mot : « vestibilité », l’aisance, l’ampleur nécessaire pour que le vêtement soit portable.

Bref, là n’est pas l’objet de ce billet.

Après l’habit, l’épée qui peut être choisie OU inventée. La Dame s’en est donc donné à coeur joie !

Barbara Cassin-épée

L’auteur de l’Eloge de la traduction -qui défend le français et la diversité des langues- va désormais s’attaquer au Dictionnaire, après avoir dirigé le Dictionnaire des intraduisibles.
Elle sera la Jedi de sa Word Wars !

« Ni globish ni nationalisme »… « La magnifique diversité des langues sert d’antidote au pseudo-universel de la communication »… « Traduire c’est faire avec les différences »… a-t-elle déclaré.

La force soit avec Elle ! Barbara Cassin voulait une épée ultra-high-tech.
La sienne est légère (un kilo) et se porte facilement.

Sur sa lame en cuir souple percée de petits trous, on lit la devise de Jacques Derrida « Plus d’une langue » inscrite en lettres lumineuses bleues et blanches sur un tissu en fibre optique.

Sa garde est un petit écran souple façon montre connectée qui permet de lire, dixit Barbara Cassin, «virtuellement tous les textes du monde». En dessous, pour cacher la batterie, un galet bleu évoque Sisyphe, l’oiseau poussant son nuage, un dessin de Georges Braque qui accompagne un poème de René Char. Et le pommeau est une statuette hittite en argent mais dont les seins, les bottes, la coiffe, et les yeux sont en or, aujourd’hui au Musée des civilisations anatoliennes à Ankara. Est-elle vraie ? S’agit-il d’un don ? Pas du tout ! La statuette a été conçue en 3 D à partir d’une seule image trouvée sur Internet, sur laquelle la philosophe a flashé.

Ont contribué à son élaboration : les ingénieurs de Kickmaker, la start-up jeune pousse d’entreprise qui a matérialisé l’idée, des designers concepteurs de Vuitton qui ont transféré sur l’épée la technologie de leurs sacs à main où affleurent des images et l’artiste Pierre Giner.

Chère Madame Barbara Cassin, Bienvenue dans notre Histoire de France.

Barbara Cassin

De Président en Président

Ce n’est pas un secret, je n’ai pas pleuré en apprenant le décès de l’ancien Président Jacques Chirac. J’ai quand même regardé avec émotion les cérémonies à la TV.

Cet événement national m’a suggéré ce billet sans prétention -programmé avant la publication du billet de MTG clic-, léger et -presque- apolitique.

En marche

A ma naissance, c’est Vincent AURIOL (1947(1954) qui était Président. La 4e République avait vu le jour en 1946.
Je ne me souviens pas de lui, évidemment.

René COTY (1954-1959) a quitté la présidence 4 mois avant mes 10 ans (le 8 mai 1969).
Aucun souvenir de ce Président non plus.

Charles de GAULLE (1959-1969) m’a plus marquée et j’ai des souvenirs de lui. A 20 ans, on se souvient. J’aime bien utilisé un de ses bons mots « chienlit » ! Mon Dieu, il doit se mettre tout droit dans sa tombe en voyant où en est notre France.
Son épouse avait le même prénom que ma mère…
Souvent, je pense qu’il nous faudrait bien un homme de sa trempe pour remettre de l’ordre dans notre Pays…

Georges POMPIDOU (1969-1974) son mandat s’arrête brusquement le jour de sa mort le 2 avril 1974. Fulgurante ascension sociale pour cet ancien Prof, son « règne » était forcément un peu fade, suite à son élection à la suite de l’échec cuisant du Référendum du Grand Charles…

Valéry GISCARD d’ESTAING (1974-1981) a été Président lors de la naissance de mes deux filles. Un excellent moyen de se souvenir. De lui, je ne retiens que l’accordéon, l’histoire des diamants et ses bruits de bouchon célèbres.

Là, je m’en souviens bien. A 20 heures, le 10 mai 1981, François MITTERRAND (1981-1995) a été élu. Nous étions à table, en famille, et la nouvelle nous a un peu coupé l’appétit…
Ma journée d’Anniversaire avait été un peu gâchée.
J’ai eu 40 ans pendant son deuxième mandat.
Que dire de ce Président ? Franchement, j’ai admiré l’homme, charismatique, cultivé, secret et plutôt gonflé !

Jacques CHIRAC (1995-2007) a vu passer mes 50 ans ! La Droite était de retour, c’était bien.
A l’époque, j’était un tout petit peu engagée en politique.
Bof ! il ne m’a pas laissé des souvenirs inoubliables. Peut-être plus, son épouse, Bernadette à cause de son sac à main et des pièces jaunes !

J’ai fêté mes 60 ans pendant le mandat de Nicolas SARKOZY (2007-2012) et là, j’étais encore plus engagée et « estampillée » au service de mes élus.
Un sacré bonhomme, cet homme, comme Napoléon ! Et puis j’adore sa Carla.

De 2012 à 2017, on s’est payé HOLLANDE, François de son prénom… Inutile de dire que je ne le supportais pas du tout. Et pour ne pas faire de peine à une de mes amies, je ne dirai aucun mal. L’heure de ma retraite a sonné pendant son quinquennat. Ah si, j’oubliais, je n’aime aucune de ses femmes… C’est mon droit, hein ?

En 2017, j’ai voté blanc, surtout pas Marine et pas Manu… Mais ce quadra me plaît bien car j’ai pour devise : Ni de Droite, ni de Gauche, mais de France et je trouve qu’il a du courage à vouloir secouer tous ces Gaulois réfractaires aux changements !
Et sa Brigitte, allez-vous me dire ? Elle est for-mi-dable ! Voilà. Un point c’est tout.

Et vous ?
vous êtes nées/nés sous quelle présidence ?
quel Président vous a le plus marquées/és ?
etc.
la discussion est ouverte !

« Je hais ce siècle » !

Ce n’est pas moi qui le dis, mais je suis assez tout à fait d’accord… Mais non, j’suis pas chonchon, j’constate… J’râle pas, j’m’exprime ! Ces propos n’engagent que moi et la discussion est ouverte !

Deux « monstres sacrés » l’affirment, Alain Delon (bientôt 84 ans) et Michel Sardou (72 ans), c’était mieux avant. Et ils savent de quoi ils parlent ces deux-là, amoureux de la vie et coutumiers d’excès en tous genres…

Et même si on devrait être plus heureux grâce à toutes les avancées, innovations voire révolutions, technologiques, scientifiques, industrielles, sociales, on a le sentiment d’être piégé de toutes parts, on n’a plus de liberté, on est fliqué par tout, partout…

Des gens, sans foi ni loi, contestent tout, descendent dans la rue pour un oui et pour un non, n’hésitent pas à tout casser, saccager le bien d’autrui, et n’en ont jamais assez…
Les réseaux sociaux, ces nouveaux fléaux des temps ultra modernes, se nourrissent de bien mais surtout de mal, en « live », et pourrissent la terre entière en déversant le pire plutôt que le meilleur. Les valeurs de la République sont bafouées, ignorées et chacun veut faire sa loi.

On invente des nouveaux mots, dont un absolument horrible « féminicide »…  Au moins 105 femmes assassinées… C’est vrai qu’au féminin, c’est encore plus ignoble. Dans mon Petit Larousse illustré de 2005, ce mot n’est pas répertorié… Avant, y avait-il moins de femmes tuées ou bien était-ce un sujet tabou ?…

Pour éviter les burn out et les suicides, les entreprises ne savent plus quoi inventer : elles créent des potagers sur les terrasses, installent des poulaillers, des salles de siestes, etc. pour changer les idées de leurs salariés déprimés qui veulent travailler encore moins et gagner encore plus.

Tout le monde veut sauver la planète à l’agonie mais on prend l’avion pour partir en vacances -ou un énorme paquebot, hein Soène !-, on consomme de tout sans modération et on jette sans hésitation. Venue de Suède, la p’tite Greta en colère a quitté l’école pour faire sa guerre et court le monde à grands coups médiatiques, et certains adultes appellent désormais à la désobéissance civique. My God !

Les enfants sont rois, il ne faut pas les traumatiser, ils peuvent tout faire avec le minimum d’apprentissage de la propreté, du respect, de la politesse, de la valeur des choses et de l’argent. Dès leur plus jeune âge, ils sont « gâtés » (dans le sens d’abîmer) par des parents qui se pâment devant leurs « 8e merveilles du monde ». Et depuis quelque temps, ils font même l’école buissonnière le vendredi au nom de la planète malade…

Pourtant, de mon temps, on nous apprenait la politesse et la rigueur comme la grammaire, la natation et le vélo… Et on est toujours là, et on se tient droit debout dans nos bottes, quoiqu’il arrive.

Il faut avoir les dents plus blanches que blanches ou baguées, le jean lacéré, le dernier Iphone avec une pomme sinon la vie est un enfer.

La Terre est malade et le monde est devenu fou. La fin du monde est pour bientôt… je parle évidemment du monde civilisé !

Si je doute, je pense et si je pense, je suis !
N-ventMarseille