Projet de Ma’

Encore un samedi qui passe ! Il nous faut illustrer le Projet de Ma’ avec une photo de paysage CLIC
Ma’, tu nous permets d’agrandir nos visions après ton Projet de ville ou village !

Souvent on dit que certains ne voient pas plus loin que le bout de leur nez…

O.neige

neige O.2.JPG

et aussi, pas très loin de chez moi, à vol d’oiseau ou en bus !

dans le C2, je peux admirer les champs de salades à Caluire et Cuire
Caluire-champ salade

Jeudi en littérature… revisitée

« Moi vous me connaissez » ! Un rien me surprend et titille ma curiosité… Et je suis toujours prête à me « culturer »…

Devant mon petit écran, je découvre deux livres, l’un « Sur le bout de la langue » -le mot juste- de Bertrand Périer, l’autre du très sérieux Lorant Deutsch, « Romanesque » -la folle aventure de la langue française-.

D’accord, je verrai plus tard si le les trouve en occasion TBE chez Momox.

Mais revenons à la Culture. J’écoute le regretté Jean Rochefort lire un texte sur Madame Bovary, de la collection Les Boloss des Belles Lettres, la « littérature pour tous les Waloufs » !

les Boloss

Momox ne l’a pas dans la collection « J’ai lu ». Tant pis, je ferai une infidélité. Je le veux ce livre !

Les Boloss des belles lettres

La littérature pour tous les waloufs.

La littérature est une terre de mirages, une femme séduite mais rétive, telle une gazelle farouche qui se méfierait des lions voraces que nous sommes, nous, lecteurs. Qu’on la déchire entre nos crocs ou qu’on l’assomme de nos lourdes pattes, elle reste souriante face à son troupeau, car au-delà de la dégradation physique demeure l’amour de l’art… PTDR ! T’as cru on était là pour te baratiner avec notre vieille dégaine d’intello mais non t’as craqué nous on va t’envoyer la grosse purée littéraire TATATA des gros classiques en rafales sur ta ganache featuring Phèdre, la MILF indomptable, Emma Bovary, la zouz campagnarde pas dégueu, et Gatsby, le David Guetta de la East Coast ! On met la grosse tatane à Lagarde et Michard et bim! Tout de go on s’impose dans le tiéquar.

Quentin Leclerc et Michel Pimpant, les auteurs, s’attaquent même à mon cher Petit Prince… clic

J’vous tiens au courant !

Défi du 20 avec Vonnette

Avant dernier Défi du 20 de l’année 2019. Ces Défis du 20  rythment mes mois et quand ils arrivent, je pense au mois au venir !

Le thème de Vonnette va nous faire beaucoup causer ou plutôt écrire : « animaux de compagnie » CLIC

En avez-vous ? Lesquels ?
Aimez-vous les NAC ? Lesquels ?
Que pensez-vous de ces gens qui maltraitent ou abandonnent leurs animaux.
Votre avis sur les sanctions.

Pour ne pas passer à côté du sujet, comme le mois dernier, je vais illico répondre aux questions de Vonnette avant de développer sur mon animal de compagnie !

Pas question pour moi d’avoir un « NAC » nouvel animal de compagnie. Je déteste ce genre de bestioles, autant que les moustiques.

Maltraiter ou abandonner un animal domestique est impensable, impardonnable et condamnable. Et les sanctions ne sont pas assez sévères. A ce propos, je tiens à saluer la SPA, les refuges et les bénévoles qui recueillent et soignent ces pauvres bêtes et je me réjouis à l’idée que certaines d’entre elles retrouvent des gens qui les aimeront.

Et oui ! je suis devenue une ailurophile

Pour lire ce -long- billet (très indigeste pour Antiblues…) clic pour écouter le célèbre
Duo des Chats de Rossini (il existe d’autres versions bien sympathiques sur le Net)

Je ne suis pas la seule, en France il y a 13,5 millions de chats.. Je vais donc encore parler de Natty !

Natty (9)

Je n’aurais jamais imaginé que ma vie allait autant changer depuis ce 1/11/2015 où une petite boule de poils de deux mois a été parachutée chez moi, terrorisée…

« Ma vie n’a pas besoin d’être facile ni parfaite pour être merveilleuse. C’est juste ma manière de la percevoir qui lui donne un sens. »
Demain, les chats de Bernard Werber (page 269)

Depuis qu’elle est devenue « l’âme de ma maison », j’en ai beaucoup parlé sur la Bloguo et je fais beaucoup de photos d’elle

a-Natty.jpg

a-Natty-gym.jpg

Je suis devenue maman-chat-chat-gaga et chaque fois que ma minette me dit « mia-mia » (maman en langage chat) c’est un petit bonheur.

« Les chats peuvent émettre jusqu’à 30 sons différents dont 19 versions du miaou de base. Par leurs miaulements, ils indiquent s’ils ont besoin de quelque chose, s’ils s’ennuient ou souffrent. »

« Miaou ça veut dire quelque chose, sinon ils ne le diraient pas » ! Jean-Marie Gourio

Natty n’a que des qualités (mais un seul -gros- défaut : à part moi, elle ne veut voir personne ! ).

« Les chats s’affolent vite ; un bout de papier bruissant, un mouvement un peu brusque, il ne leur en faut pas plus pour perdre la tête. Parce que ce sont des solitaires, ils doivent être sans cesse sur leurs gardes et prêts à la fuite. Derrière chaque buisson d’aspect inoffensif, derrière chaque coin de maison peut se cacher un ennemi. Il n’y a qu’une chose qui soit plus forte que leur méfiance et que leur prudence, c’est leur curiosité. »
Le mur invisible de Marlen Haushofer (page 238)

C’est une chatte tricolore, ou Isabelle, avec du blanc sur son pelage écaille de tortue. Elle ressemble à sa maman-chat biologique ! Elle a une soeur et deux frangins et des quatre, elle était la plus sauvage, la plus douce et la plus collée à sa maman-chat… J’ai pris le relais ! Elle n’a rien perdu au change, car Gizeh (à gauche sur la photo) n’est pas très maternelle.

Gizeh-Natty.jpg

Pas encore Star du Web -comme la Choupette de Karl Lagarfeld qui raconte sa vie à 115 000 abonnés sur Instagram-, Natty est très indépendante et solitaire, elle passe son temps à dormir, manger, se faire brosser et adore faire la sieste et regarder la télé sur mes genoux qui doivent être obligatoirement recouverts de son doudou polaire rose. En été, cette condition n’étant pas remplie, elle préfère passer du temps sur le rebord de la fenêtre.

2019-a-07-juillet

Comme tout les félins, elle excelle dans l’art de la pandiculation ! Elle prend son temps, bâille, s’étire et médite et ne manque jamais une occasion de ronronner quand je suis près d’elle.

« Le contact d’un chat ronronnant permet la production de sérotonine qui entraîne une diminution de la douleur, de l’anxiété et de la tension artérielle, ainsi qu’une amélioration des cycles du sommeil. » Pour ce dernier effet, c’est plutôt raté !

Elle n’a jamais mis une patte au dehors. Son univers est donc restreint et faute de chasser les souris, elle chasse les insectes qui osent s’aventurer dans l’appartement et me les donne en trophées. Son instinct de chasseresse inné est resté intact !

Natty (2).jpg

« Les souris ne l’intéressent guère (d’ailleurs il n’y en a pas dans l’appartement), elle chasse les mouches et voudrait bien chasser les oiseaux qui heureusement apprennent dans leur école que les chats n’ont pas d’ailes. » Rainer Maria Rilke

A cinq ans, Natty ne fait plus aucune bêtise, elle est sage comme une image -même trop sage- et si elle a envie de jouer, je dois jouer avec elle à la bataille avec son « nono » (ours en peluche) ou son « kangou » (kangourou en peluche).
Elle a ses marottes -qui n’en a pas ?- Elle ne boit que de l’eau fraîche sortie du frigo, adore les crevettes, se fait brosser à longueur de journée : un petit coup de brosse = quelques croquettes !, réclame ses 4 « bonbons Irrésistibles au saumon » de Whiskas chaque matin, fait des siestes sur mes genoux sur son doudou rose (polaire) uniquement, vient à la cuisine dès qu’elle entend le bruit des casseroles, change de « coins » à dormir au gré de ses envies, se cache et me laisse la chercher -désespérément !

« J’ai remarqué que ce que les chats préfèrent dans l’être humain n’est pas son habileté à le nourrir, ce qu’ils trouvent normal, mais le fait qu’il soit distrayant. » Geoffrey Household

F I N

Récapitulatif des 10 Défis du 20 de cette année 2019 (pas de Défi en août) :

Janvier : « Carte blanche » (Soène)
Février : « Les frissons » (Catichou)
Mars : « Premier amour » (Antiblues)
Avril : « Miroir » (Dame Uranie
Mai : « Les vins régionaux » (Soène)
Juin : « Les Us & Coutumes » (Mamylor)
Juillet : « Bleu-Blanc-Blond » (Mamylor)
Septembre : « Le jeu » (Florence)
Octobre : « Le sport » (PassiFlore)
Novembre : « Votre animal de compagnie » (Vonnette)

Pour le dernier Défi du 20 de 2020, je propose un Tag de Noël -qui circulait en 2017-
Sur les 14 questions, je vous invite à en traiter 3 de votre choix, si possible, avec des anecdotes d’hier et d’aujourd’hui et illustrées avec de photos personnelles

01/Ma tradition de Noël préférée
02/Vrai ou faux sapin
03/Mon film de Noël préféré
04/Ma chanson de Noël préférée
05/Ma gourmandise de Noël préférée
06/Le meilleur cadeau reçu
07/Le pire cadeau reçu
08/Le meilleur cadeau que j’ai fait
09/Le pire cadeau que j’ai fait
10/L’endroit rêvé pour passer Noël
11/Un souvenir d’enfance de Noël
12/Les cadeaux le 24 ou le 25 décembre
13/Un seul mot pour décrire Noël
14/Un seul voeu pour ce Noël

sapin Noel

Roses

J’ai promis de jouer avec Patricia pour ses 24 Heures Photo

24 heures Photo

clic

Dans mon entourage, tout le monde sait que je n’aime pas que l’on m’offre des fleurs… Je ne supporte pas qu’elles meurent chez moi. Et pourtant, une Amie de longue date m’a offert 7 roses magnifiques, mercredi ! Elle récidive car en pleine canicule, elle m’avait déjà offert un bouquets d’énormes tournesols qui ont fané avant que j’ai eu le temps de les photographier…

En même temps, un bouquet de roses c’est du pur bonheur.

Alors, pour mes roses, je les ai immortalisées et j’ai bien fait car jeudi, deux roses étaient déjà mortes…
roses Odile1

Projet de Ma’

Pas facile le thème du Projet de Ma’ de cette semaine clic

Il faut illustrer une ville ou un village

Pour changer du clocher de St-Genis et de la vue en blanc de ma fenêtre, j’ai feuilleté une fois encore -je ne m’en lasse pas !- l’album du voyage pour mes 60 ans.

En 2010, à Assouan, j’avais visité sous un soleil de plomb, le village nubien. A part quelques chèvres en liberté dans les rues et des femmes qui lavaient la vaisselle dans de l’eau sale, tout était calme et même le petit café était fermé. (croisière sur le Lac Nasser, d’Abou Simbel à Assouan)

village nubien-cafe
Nubie-scenes de vie (5)

Comme il fait bon vivre à Lyon !

Jeudi en gourmandise

Alors voilà de quoi réveiller vos papilles !

“Epatante brioche au beurre, farcie de pralines roses” selon la définition savoureuse de Gilles Pudlowski, la Praluline a su franchir les frontières de sa renommée locale pour s’imposer comme la vedette incontestée de tous les magasins Pralus, de Roanne à Charlieu, Lyon et même jusqu’à Paris où on peut la déguster dans le quartier du Marais, à Saint-Germain-des-Prés, dans les VIIe et IIe arrondissements. Dijon, Cité de la gastronomie dispose elle aussi d’une boutique dans la rue de la Liberté, tout comme Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme où l’on n’hésite pas à faire la queue pour la Praluline

clic

Samedi dernier, à O., pour le tea-time, c’était cornélien de choisir entre salé et sucré !
Que je vous explique ! Patricia, de passage à Lyon avec son fils et sa petite belle-fille, sont venus me faire un petit coucou.

Que choisir entre la brioche aux pralines et le saucisson de Lyon ?
A 17 heures, voyons, c’est la Praluline !
Et en même temps, quelques rondelles de saucisson de chez La Colette, c’était drôlement bon ! On a été très raisonnables, on n’a bu que de l’eau !

Praluline

L’Atelier 348 de Leiloona

Leiloona-2.2

clic

Leiloona-348e© The joy of film

consigne : obligation de glisser « chevillette » dans le texte

Colette surveillait d’un oeil attentif et sévère, ses jumeaux Pierre et Louis, qui avaient très envie de plonger du haut de l’écluse désaffectée, moussue et rouillée depuis qu’elle avait été abandonnée à la suite de la construction du Pont-Canal sur l’Orb. Elle n’avait pu retenir un sourire amusé en entendant Pierre crier : « tire la chevillette, la bobinette cherra ». Du haut de ses dix ans, il était passionné de contes et légendes.

Nés à Paris, Pierre et Louis ne connaissaient que le canal Saint-Martin qu’ils adoraient. Leur mère, professeur d’histoire-géo, leur avait expliqué l’histoire des écluses, et ils avaient voulu découvrir les 9 écluses de Fonsérannes à Béziers durant l’été 1981 -« pile-poil 300 ans après la fin de la construction du canal » avait fait remarquer le sage Louis, passionné par l’Histoire de France-.

Ils avaient voulu tout savoir sur cette écluse octuple de 8 bassins et 9 portes, à l’origine. Par un édit royal en octobre 1666, Colbert avait autorisé les travaux du Canal du Midi, l’un des plus anciens canaux d’Europe. Sous le règne de Louis XIV, ce chantier, supervisé par Pierre-Paul Riquet, avait duré moins d’une quinzaine d’années, permettant de relier l’Atlantique à la Méditerranée (le canal du Midi à Toulouse prenant le relais du canal de la Gironde depuis Bordeaux).

Colette n’avait pas manqué de souligner que Léonard de Vinci avait probablement imaginé le principe des écluses au 15e siècle, même si cette affirmation faisait partie des nombreuses légendes sur la vie de ce Génie qu’elle adorait.

Les garçons savaient qu’après cette petite récréation, leur mère leur ferait visiter la Maison du Site, ancienne auberge « Le coche d’eau » où mariniers et chevaux se reposaient, puis admirer « l’escalier d’eau » en soirée, lorsque les écluses étaient ouvertes pour la nuit, et avant de rejoindre l’hôtel, ils iraient voir la cathédrale Saint-Nazaire.