Défi du 20 avec

C’est reparti pour 11 (12) Défis ! La bande des Défieuses a perdu son Défieur. Je le regrette énormément…

Dame Uranie ouvre le Bal des Défis du 20 et nous propose clic :

On dit qu’il vaut mieux avoir plus d’espérance dans l’avenir que de souvenirs passés, mais la question sera : «Quel est votre plus vieux souvenir ? Bon ou mauvais, celui dont il vous reste des images, il vous a tellement marqué, racontez…»

Il me reste des images en tête et une trace indélébile, en effet, de cette aventure personnelle que je vais raconter, mais sans photo du moment. C’était à la fin des grandes vacances, en 1960, au siècle dernier…

Tous les étés, je passais mes deux mois de grandes vacances dans une ferme à Marcy-sur-Anse (Rhône). Mes parents travaillaient, et à l’âge de six ans, ils m’ont planquée là, sur les conseils des dames de la paroisse.

NE-Marcy-1958
moi à Marcy été 1958

J’en parle régulièrement car si au début, j’aimais bien y aller, plus les années passaient et plus je détestais ces deux mois d’été.

Bien sûr, j’ai des bons souvenirs, la balade sur le cochon dans la cour, le dimanche matin après la messe, mes jeux avec les chèvres qui écoutaient mes chagrins le soir en les trayant, mes siestes sur le dos des vaches ou du cheval ensemble dans la même étable, la course avec les petits cabris dans les escaliers qui montaient à la cuisine, la fête de la batteuse, etc.

Mais voilà, mi-août 1960, juste avant mon entrée en 6e, l’accident…

C’était un dimanche. J’avais mis ma robe du dimanche pour aller à la messe. En revenant à la ferme, j’avais mis mon tablier par dessus pour ne pas salir ma robe. Avant le repas, on m’avait priée d’aller à la cave pour tirer une bouteille de vin. Quelques marches menaient dans cette cave où tonneaux et saloir se tenaient compagnie, dans le noir et l’humidité.

J’ai donc rempli la bouteille, et en remontant les quelques marches j’ai glissé sur une feuille de betterave ou autre -là n’est pas la question-, suis tombée, la bouteille s’est cassée, ma robe pleine de vin rouge et… un débris de verre m’a ouvert -un peu- le genou gauche… En sang et en larmes, je suis revenue à la cuisine. La coupure s’avérant profonde, on m’a emmenée chez le médecin qui m »a posé 3 agrafes énormes

Et là, stupeur, en plus de la douleur, le verdict est tombé : jambe allongée le temps que la blessure cicatrise. Aïïïe ! Et mon entrée au Collège Morel -devenue Collège François Truffaut- prévue début septembre… Fichue ?… Impossible !

ex college truffaut
photo du Net

Alors j’ai lutté, je me suis obstinée, et je suis restée la jambe allongée jusqu’à ce qu’on m’enlève mes agrafes. Ouf ! tout s’est bien passé. La plaie s’était refermée quand je suis revenue à Lyon.

Bien sûr, j’en ai voulu à la terre entière, aux gens-bourreaux qui me gardaient à la ferme, à mes parents qui m’y avaient laissée, même blessée, et à moi-même car je me répétais que j’aurais dû faire plus attention… Après bien des années, j’ai réalisé qu’en fait la blessure morale était bien plus importante… Certains proches le savent, les relations avec mes parents ont toujours été plutôt conflictuelles…

Je vous épargnerai une photo de ma cicatrice qui est toujours bien large et bien visible, 60 ans après !

Le Défi du 20 février sera mené par
qui propose :

40 réflexions sur “Défi du 20 avec

  1. Je suppose que c’est la cicatrice à l’âme qui fait encore le plus mal…
    Je n’ai pas eu des relations faciles-faciles non plus avec mes parents et j’étais planquée chez mes grands-parents, seule enfant dans un monde de « vieux » pendant toutes les vacances. C’est ce qui m’a donné le goût de lire autant, positivons… 😉

    J'aime

    1. Hello PhotoNanie
      Me voilà !
      Oui, je pense que j’ai des regrets et du remords… Et plus j’avance dans ma vieillesse, plus je regrette d’être passée à côté de tant de choses avec mes parents…
      Les enfants uniques ont une enfance bien différente de ceux qui ont des frères et soeurs, quoique… mes deux filles ne sont pas super bonnes amies 😥
      Oui, tu as raison, voyons le verre à moitié plein 😉
      Gros bisous

      J'aime

  2. Ah bien voilà : un vrai « vieux souvenir marquant », bon et mauvais, qui t’as blessée on le ressent bien. Moi aussi du mal avec ma mère…
    Par contre mes vacances en Morvan ne m’ont laissé que de bons souvenirs, rien que pour les revivre j’aimerais retomber en enfance…
    Merci Soène pour ton attention à traiter le défi.
    Il faut répondre à une question sur mon blog, viens y voir.

    J'aime

    1. Je viens voir, Dame Uranie, j’ai déjà fait mon repassage 😉
      C’est la course, ici, encore plus que d’habitude…
      Je ne voudrais pour rien au monde retomber en enfance, par contre…
      Gros bisous

      J'aime

  3. En Morvan aussi on m’envoyait à la cave tirer du cidre ou du vin au tonneau. Je ne suis pas tombée, mais quelle frayeur et peur d’avancer avec toutes les chauve-souris pendues au plafond. Un mauvais souvenir pour le coup !

    J'aime

    1. Super Lilou si tu te joins à nous 😆
      C’est super simple
      Un Défi chaque 20 avec un thème choisi par la Défieuse qui s’inscrit chez Vonnette
      On peut choisir « son » mois (de naissance par exemple, ou autre)
      Il suffit de faire un billet sur le thème du mois, de le publier sur son blog, et pis c’est tout
      Gros bisous

      J'aime

      1. bien on fera… A savoir que je m’en vais lundi jusqu’au 14 février après je l’ai déjà dit je vais soigner la petite tumeur qui s’est invitée sans vergogne mais j’aurai sa peau ! avec le sourire

        J'aime

  4. oh souvenir pas sympa qui montre un problème plus vaste. Un peu plus jeune je n’ai pas connu ces vacances « envoyée à la campagne ». ma grand-mère louait une maison à la mer et chacun de ses enfants y passait deux à trois semaines avec sa famille. Et elle. Puis nous restions à la maison, Maman en travaillant pas, nous promenant en forêt quand nous vivions en appart puis jouant dans le jardin quand nous avons eu un. Belle semaine Soène. Bises

    J'aime

    1. Coucou FloFlo
      Partie hier toute la journée, je passe en coup de vent ce matin…
      C’est la course !
      Nos vacances étaient beaucoup moins actives et riches que pour les gamins de maintenant. Mais le trop peu est passé au trop trop et les gamins n’ont plus une minute pour s’ennuyer… donc créer, inventer, lire, etc.
      Rien n’est jamais parfait 🙄
      Gros bisous

      J'aime

    1. Des fois, ça fait du bien d’écrire, Lilou, de poser ses maux en mots…
      Je peux le faire, mes parents sont morts tous les deux. Mais jamais je n’aurais osé le leur dire… On ne communiquait pas…
      Gros bisous

      J'aime

  5. T’as pas tellement changé, question caractère ! 😉
    Il avait mille autres façons de vivre mieux cet événement, pas si « tragique » que ça !
    Mais on sent bien que ce ne sera jamais cicatrisé dans ton esprit et c’est bien dommage … 😞

    J'aime

    1. Je reviens ici car j’ai ruminé ton billet cette nuit ! Si !
      Pour te dire que c’est bien d’en parler ici car ce n’est pas si évident de livrer des confidences de souvenirs douloureux … Il faut un certain courage. Je ne sais pas si moi j’en aurais parlé…

      J'aime

      1. Antiblues, reviens tant que tu veux 😉
        La blessure physique mais surtout la blessure morale m’ont suivies chaque jour de ma vie. L’une rappelle l’autre.
        Et je peux bien en parler, à mon âge, je peux tout dire… ou presque 😆
        Je me suis beaucoup tue dans la vie, j’ai beaucoup encaissé, et quand j’ai lu le sujet de Dame Uranie, c’est la seule chose qui est ressortie. Mais j’en conviens, il y a des accidents bien plus graves. Il fallait parler de soi. C’est ce que j’ai fait 😉
        Bises

        J'aime

    2. Antiblues, quand tu as 11 ans, que tu es toute seule, loin de tes parents, et que tu dois « subir » une telle situation, c’est du coup bien « tragique ».
      Cette solitude dans mon enfance m’a permis de faire face et de mieux supporter les solitudes au cours de ma vie et de remonter à la surface chaque fois que j’ai touché le fond…
      Gros bisous

      J'aime

  6. Le temps passe et les mauvais souvenirs restent…les bons aussi heureusement!
    Moi je n’aime pas parler de mes souvenirs d’enfance! Sauf que,il me semble, j’en ai évoqué un dans le dernier défi de Noël!
    Pourquoi remuer le passé avec des souvenirs douloureux!
    Bon c’est le sujet proposé qui veut ça!
    J’ai décidé d’arrêter le défi du 20 mais je n’abandonne pas cette date! Pour un autre sujet peut- être?
    Bizz et bonne journée

    J'aime

    1. Hello PassiFlore
      Oui, en effet, nous avons évoqués d’autres souvenirs d’enfance 😆
      Pour le 20, le Défi semble avoir du plomb dans l’aile. Il a bien vécu. On peut faire autrement. Je suis ouverte à tout 😆
      Gros bisous

      J'aime

  7. alors tu sais je pense ce que je vais écrire, à savoir que vu mon si cruel soucis de mémoire ( et que ce dont je me souviens c’est quasiment que du « moche/mauvais etc…) raconter des souvenirs pour moi c’est difficile mais je ne suis pas encore totalement amnésique et je sais que c’est fou la coïncidence moi aussi j’allais passer les deux mois d’été dans une ferme, avec ma grand mère, en Haute Savoie….je ne sais plus si je te l’avais raconté ?….
    alors tu devines sans mal l’émotion que j’ai en lisant ce billet….
    pour la cicatrice j’imagine que c’est celle morale qui est la plus large encore….
    gros bisous
    patricia

    J'aime

    1. Patricia, je n’étais même pas avec une de mes grand-mères…
      Une autre sombre histoire de brouille (toujours à cause de ma mère) m’a privée de moments d’affection avec mes gd parents paternels…
      Bref, j’aurais encore tant à écrire…
      Certaines choses, hélas, sont trop secrètes…
      Gros bisous

      J'aime

  8. au fait moi il n’y avait pas de chèvres….mais des vaches car la cousine faisait du reblochon….je suis presque tombée dans la marmite quand j’étais petite donc ça me fait rire de dire ça vu mon gabarit idem celui d’Obélisque LOLLL………..
    pas étonnant que je l’aime ce délicieux fromage hum….LOL
    et bizarrement malgré mon « noir » nébuleux de mémoire j’ai une sorte de madeleine de Proust coté odeur de là bas en plus de l’odeur bien sur des reblochons…je te raconterai
    et il y avait des cochons….
    gros bisous

    J'aime

    1. Je n’ai que cette photo !
      Miam le reblochon, du vrai, j’en raffole aussi 😆
      La mémoire a cette faculté d’occulter le mauvais pour ne garder que le bon, enfin presque 😉
      Gros bisous

      J'aime

  9. Une cicatrice indélébile …qui fait toujours souffrir ? J’ai eu la chance d’avoir une belle enfance, pas de mauvais souvenir si ce n’est l’huile de foie de morue qu’on me forçait à avaler … CB débloque complètement encore … Belle semaine Soène !

    J'aime

    1. Coucou Catichou
      😆 j’ai échappé à l’huile de foie de morue car ma mère avait été traumatisée quand elle était petite… et chétive…
      Physiquement, c’est vrai, ma cicatrice « se réveille » de temps en temps.
      J’en ai d’autres, plus profondes et plus graves, mais Dame Uranie nous demandait notre plus vieux souvenir 😉
      Gros bisous

      J'aime

    1. 😆
      A la campagne, il doit toujours y avoir de superbes toiles d’araignées dans les petites fermes, Patricia 😆
      Dans certains coins, le monde agricole n’a pas beaucoup évolué 🙄
      Gros bisous

      J'aime

    1. 😆
      Si on a pu faire mieux avec nos enfants, c’est déjà ça 😉
      Gros bisous
      Tu n’as pas envie à te joindre à nous pour le nouveau Défi du 20 ?
      Va voir chez Antiblues, il a pondu une nouvelle règle 😆
      Bonne fin de semaine
      Gros bisous

      Aimé par 1 personne

  10. Je passe depuis les Caphys. J’ai lu l’histoire et les blessures d’enfance que tu as vécues, les souvenirs restent gravés toute la vie, on ne peut pas les effacer. Personnellement, née en 1952, je n’ai que de bons souvenirs d’enfance, ma mère était femme au foyer, nous étions 5 enfants. Mes premières vacances c’était en 1958, nous étions allés avec mes grands parents paternels du côté de Verdun, je suis née dans l’Avesnois et j’y ai vécu jusqu’en 1975… Mon grand père avait fait la guerre dans les tranchées et il voulait revoir les endroits où il était passé en 1914, du côté de Verdun. A partir de 1915 il était prisonnier en Allemagne. Ensuite, en 1959, j’ai passé de merveilleuses vacances, 8 jours, en famille, du côté de Chartres, près de Bonneval, dans la maison de campagne du frère de mon grand père paternel. Ensuite, jusqu’en 1975, les vacances se passaient dans le Morbihan, en famille, près de Auray. Bonne soirée.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.