Les Plumes avec Emiliebird

plume2019

clic

Avertissement : il manque 3 mots… A vous de les trouver !

Décidément, certaines recettes pâtissières sont souvent le fruit du hasard. Après la « madeleine » de la petite servante M. Paulmier, voici l’histoire du « pet-de-nonne » de la petite novice Agnès.

J’ai donc créé une rubrique symphonie du goût dans cet espace virtuel, sans prétendre concurrencer le Blog de Miss Gleni, bien sûr !

Le petit beignet à pâte de chou dont il est question dans ce billet, plutôt consommé dans l’Est et par nos Amis belges et allemands, -PassiFlore nous le confirmera- est aussi appelé « Paix-de-nonne ».

Un jour, à l’Abbaye de Marmoutier, Soeur Agnès a eu un vent. Dans le silence de la grande cuisine, soudain un bruit, étrange et sonore, rythmé et prolongé, semblable à un gémissement d’orgue qui s’éteint, puis aux plaintes mourantes de la brise qui soupire, a frappé de stupeur les oreilles indignées des bonnes soeurs qui poussèrent des cris d’horreur.

Très gênée, Soeur Agnès en a laissé tomber sa cuillère de pâte dans une marmite de graisse chaude. Ô miracle, le pet-de-nonne, nommé aussi beignet de vent, a pris forme.  Une symphonie de goût et d’odeurs !

Une autre légende révèle qu’à la Renaissance, une autre religieuse avait donné sa recette en toute discrétion à un couvent voisin et ennemi pour assurer la paix.

Une autre légende encore donne la maternité de ce petit gâteau moelleux aux chanoinesses de l’Abbaye de Baume-les-Dames…

Bref, c’est toujours dans le calme d’un couvent, et au bout des doigts de ces femmes d’Eglise, que le culte de ces petites douceurs s’est développé !

pets-de-nonne-nuns-puffs-1-FP

Publicités

18 réflexions sur “Les Plumes avec Emiliebird

  1. Haha, j’adore ces petites anecdotes sur l’origine des noms. Celui-ci vaut son pesant de pets ! 🙂
    En tout cas dans le sud-ouest aussi on connait. Je me souviens que ma mère en faisait pour carnaval… avec les traditionnelles merveilles.
    Bises Soene

    J'aime

    1. Laurence, des « merveilles » se sont les bugnes lyonnaises, je crois ?
      Il était beaucoup question de nonnes cette semaine et ce petit beignet tout rond était idéal pour faire un clin d’oeil à la petite madeleine toute dodue 😆
      Gros bisous

      J'aime

  2. Eh ! Mais tu triches, tu élimines certains mots, ça ne va pas ça ! Ou est l’intérêt alors ?
    C’est encore Stéphane Berne qui raconte encore ces histoires de pets à dormir debout ?
    De toute façon, hein, tu sais ce que je pense de toutes les pâtisseries : aberration diététique ! Donc à consommer en dose homéopathique 😉

    J'aime

    1. Mais que tu es donc positif, Antiblues, ça fait plaisir à lire !
      L’intérêt c’est de jouer et d’écrire ce qui me plaît. Un point c’est tout.
      Non, ce n’est pas une histoire de Stéphane cette fois 😈
      Pour le reste, prive-toi, ça m’est égal, c’est ton choix, tu as le droit 🙄
      Mais la vie est tellement plus agréable en ne se privant pas de toutes ces bonnes choses 😆
      Tu devrais lâcher prise plus souvent 😉
      Gros bisous

      J'aime

  3. j’adore la première légende et surtout cette définition géniale : un bruit, étrange et sonore, rythmé et prolongé, semblable à un gémissement d’orgue qui s’éteint, puis aux plaintes mourantes de la brise qui soupire………
    je n’en ai jamais mangé tiens….
    gros bisous
    patricia

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.