Pauvres citrouilles

Google-Halloween2019.png

Comment parler du 31 octobre sans faire allusion à tous ces décors et objets orange et noir qui nous pourrissent un peu la vue…

Voyons, So’N, ne te sens pas obligée de faire le jeu des commerçants… Certes, mais c’est jeudi, le jour d’un billet soénien…

J’ai tout d’même acheté deux paquets de bonbons à 0,99 € chez Stock’ Omani pour les gamins braillards et déguisés de la résidence qui ne vont pas manquer de frapper à ma porte en réclamant des bonbons, sans même me dire bonjour et s’il vous plaît… Et je vais encore me fâcher après le « chef de bande » qui va vouloir rafler les deux paquets…

Halloween

Revenons à nos citrouilles.
Une seule à ma connaissance s’est transformée en carrosse.
Mais les autres qui vont envahir les maisons et espaces publics, creusées, découpées pour devenir des lanternes et autres objets grimaçants et maléfiques, brûlées par des petites flammes vacillantes, et enfin jetées dans la poubelle sans même être recyclées ou données aux poules du quartier…

Saviez-vous qu’il est possible de transformer tous ces déchets pour en faire de la bière ?En voilà une belle fin pour ces pauvres citrouilles martyrisées !
citrouille-bière.jpg

Pas taguée mais je joue !

Quand rien m’est imposé, ça me donne envie ! Mindounet a retrouvé un Tag d’il y a 4 ans clic et vient de re-répondre aux questions… Moi aussi, je joue !

A : âge mental ? ça dépend des moments, des fois 5 ans quand je joue avec Natty
B : plus grosse peur ? une peur bleue, hein !
C : heure ? 9 h 30 le 25/10/2019 (billet programmé !)
D : dernière chose bue ? mon bol de café, je ne fais rien avant d’avoir petit-déjeuné
E : personne avec laquelle il est le plus facile de discuter ? alors là, j’vois pas… 
F : chanson préférée ? l’Avé Maria chanté par un Choeur d’enfants
G : les fantômes existent-ils ? oui, on va en voir après demain
H : ville d’origine ? comment ça, y’en a encore qui ne le savent pas ?
I : en amour avec ? les grattons, le saucisson, Moi j’suis de Lyon, j’aime tout dans le cochon
J : jalouse de ? personne, à mon âge ça m’a passé
K : envie de tuer quelqu’un ? ça oui, alors, et même plusieurs beaucoup…
Et pourquoi ne pas tuer ceux qui tuent ? 

L : dernière fois où j’ai pleuré ? devant la télé, je pleure souvent
M : pas de M dans la liste des questions… M comme méditation depuis que j’ai croisé un Prof bouddhiste à la Pagode de Sainte-Foy-les- Lyon ; je vais y retourner !
N : nombre de frère et sœur : 0
O : vœux ? que l’on reste enfin à l’heure d’été
P : dernière personne appelée ? une de mes copines, mais laquelle ?
Q : question que tu te poses toujours ? quand je fais un Tag ? qui vais-je taguer ?
R : raison de sourire ? répondre aux questions de ce Tag, pardi !
S : dernière chanson chantée ? je fredonne seulement, je chante faux et je ne retiens pas les paroles des chansons
T : heure du réveil ? souvent avant que le coq chante… et avec l’heure d’hiver, j’vous dis pas…
U : couleur de tes sous-vêtements ? blanc, noir ou marine (je sais, j’suis trop classique !)
V : destination de vacances ? croisière fluviale programmée en octobre 2020, mais j’ai pris une assurance !
W : mauvaises habitudes ? trop respecter la Loi… trop à cheval sur les principes…
X : Xiaomi, la marque de mon smartphone actuel, après mon Huawey que je regrette un peu
Y : plat préféré ? une andouillette à la ficelle de chez Bobosse, par exemple, et tant d’autres…
z : signe ? Taureau ascendant Sagittaire et Buffle de Terre dans l’astrologie chinoise.

« 17 minutes chrono pour répondre à ces 26 questions », c’est Mindounet qui l’a dit !

Et les Taguées-és sont : non, j’ose pas, c’est pas beau de dénoncer… alors s’y collera qui veut ! Merci !
Bac

Projet de Ma’

J’en raffole ! Et je peux vous dire que j’en ai brassé du papier, thème du Projet de Ma’ clic

Comme j’aurais aimé être vendeuse dans une Papeterie !
Et bien sûr, la chanson Laissez parler les petits papiers que j’adore va me trotter dans la tête, aujourd’hui ! A vous aussi ?

A la maison, j’ai une collection de cahiers, carnets, blogcs. Souvent d’ailleurs, je ne les utilise pas parce qu’ils sont trop beaux…
J’aime également offrir du papier à mes amies qui l’aiment aussi.

Il faut que je me décide ! Lequel choisir ?…

Lors d’une visite guidée à La Ferme du Vinatier, au printemps 2018, j’avais pu admirer, bluffée, à une exposition d’origami « En-Vol ».

Après Saint-Etienne, Nathalie Charmot présente son exposition d’origami à la Ferme du Vinatier. Et propose des ateliers pour s’initier à l’art du pliage.

Nathalie Charmot travaille le papier. Pour cette exposition, elle s’est inspirée d’une légende japonaise qui raconte que la grue, plus grand oiseau au monde, pourrait vivre 1 000 ans. Et que si une personne plie 1 000 grues en papier durant sa vie, elle verra tous ses rêves se réaliser. A la Ferme du Vinatier, elle va exposer de grands mobiles suspendus représentant ces fameuses grues.

dav

dav

quelle finesse, quel patience, quel talent
dav

L’épée laser de la nouvelle Immortelle

Moi, vous me connaissez, tandis que l’Aminaute Les Caphys passe son du temps à éplucher les tweets sur sa tablette, je traque  l’actualité sur mon écran plasma LG.

Et si aujourd’hui, un autre événement, qui va durer 4 mois, voit le jour au Louvre, je fais le choix de parler d’une épée laser plutôt que de l’Homme de Vitruve que j’irai voir en 2020.

Car, pensez donc, l’événement majeur pour une Bescherelosaurette -et fière de l’être- dont je vais parler me remplit de bonheur. J’aime ces Femmes françaises à l’incroyable destin !

Tout l’monde en parle ! Elue le 3 mai 2018, au premier tour de fauteuil de Philippe Beaussant, Madame Barbara Cassin a fait son entrée sous la Coupole jeudi dernier, le 17 octobre 2019, à la veille de ses 72 automnes.

Heureux Anniversaire Madame l’Académicienne et bravo pour vos nombreux talents.
Barbarin Cassin est née le 24 octobre 1947. Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années, dit-on.

Cette philosophe philologue, polyglotte, helléniste, Chevalier de la Légion d’Honneur et Officier de l’Ordre National du Mérite, est donc la 9e Femme à être élue depuis la création officielle de cette Institution par Richelieu en 1635.

Tout l’monde le sait, on reconnaît les Académiciens à leurs habits verts brodés de feuilles d’olivier ET à leur épée qui les symbolise.

La septuagénaire délurée et même un peu sexy paraît-il, était bien décidée à faire sa rentrée sous la Coupole en en faisant un peu qu’à sa tête. Et quelle surprise pour elle, lors de la confection de sa tenue par la Maison Patou, Barbara Cassin a appris un nouveau mot : « vestibilité », l’aisance, l’ampleur nécessaire pour que le vêtement soit portable.

Bref, là n’est pas l’objet de ce billet.

Après l’habit, l’épée qui peut être choisie OU inventée. La Dame s’en est donc donné à coeur joie !

Barbara Cassin-épée

L’auteur de l’Eloge de la traduction -qui défend le français et la diversité des langues- va désormais s’attaquer au Dictionnaire, après avoir dirigé le Dictionnaire des intraduisibles.
Elle sera la Jedi de sa Word Wars !

« Ni globish ni nationalisme »… « La magnifique diversité des langues sert d’antidote au pseudo-universel de la communication »… « Traduire c’est faire avec les différences »… a-t-elle déclaré.

La force soit avec Elle ! Barbara Cassin voulait une épée ultra-high-tech.
La sienne est légère (un kilo) et se porte facilement.

Sur sa lame en cuir souple percée de petits trous, on lit la devise de Jacques Derrida « Plus d’une langue » inscrite en lettres lumineuses bleues et blanches sur un tissu en fibre optique.

Sa garde est un petit écran souple façon montre connectée qui permet de lire, dixit Barbara Cassin, «virtuellement tous les textes du monde». En dessous, pour cacher la batterie, un galet bleu évoque Sisyphe, l’oiseau poussant son nuage, un dessin de Georges Braque qui accompagne un poème de René Char. Et le pommeau est une statuette hittite en argent mais dont les seins, les bottes, la coiffe, et les yeux sont en or, aujourd’hui au Musée des civilisations anatoliennes à Ankara. Est-elle vraie ? S’agit-il d’un don ? Pas du tout ! La statuette a été conçue en 3 D à partir d’une seule image trouvée sur Internet, sur laquelle la philosophe a flashé.

Ont contribué à son élaboration : les ingénieurs de Kickmaker, la start-up jeune pousse d’entreprise qui a matérialisé l’idée, des designers concepteurs de Vuitton qui ont transféré sur l’épée la technologie de leurs sacs à main où affleurent des images et l’artiste Pierre Giner.

Chère Madame Barbara Cassin, Bienvenue dans notre Histoire de France.

Barbara Cassin

L’Atelier 345 de Leiloona

Leiloona-2.2

Leiloona-345-Ingmar Hoogerhoud
photo de Ingmar Hoogerhoud

clic

Depuis quelques semaines, Leiloona et ses « Sages » ont ajouté une consigne « restrictive » pour corser l’affaire !
Et pour cette 345e, la consigne est : « interdiction de parler nature et voyage »

 

Maudit brouillard. 6 heures du matin. C’est dimanche. Il roule pour rentrer chez lui. Il a bu toute la nuit, enfin presque. Il était arrivé à cette soirée à minuit. Six heures d’alcool…

Maudit brouillard. Devant lui, au loin, il lui semble que la route est en feu. A moins que ce ne soit son feu de brouillard arrière qui se reflète dans le pare-brise ; tout est un peu confus. Il actionne ses essuie-glace. Les deux mains accrochées au volant, pas question de nettoyer ses lunettes ni de se frotter les yeux…

Maudit brouillard. Son pied droit s’alourdit sur la pédale. Il a bien fait de choisir cette voiture avec une boîte automatique. Son cerveau ne supporterait pas d’être contraint à passer les vitesses.

Tout est un peu flou. Tout devient de plus en plus flou. Flou… Fou ?…

Il sait qu’il devrait réduire sa vitesse ou plutôt s’arrêter… Et lorsqu’il comprend que ce maudit brouillard est un effet d’optique, une mauvaise farce que lui joue son cerveau, il est trop tard. La voiture ne lui obéit plus. Il n’a plus la force de lutter. Il renonce. Il lâche le volant… Le choc. Le Bruit. Plus de brouillard. Plus rien…

Demain, dans les faits divers, sur le journal local, un entrefilet. La voiture de Jean M. s’est encastrée dans un arbre. Il est mort sur le coup.

Le Défi du 20 avec PassiFlore

C’est déjà le Défi du 20 ! Pour octobre, PassiFlore prend la main et propose le sport :

Quel est ou a été votre sport préféré ? Lequel pratiquez-vous ou avez-vous pratiqué ? Lequel ne pratiquerez-vous jamais ? Lequel auriez-vous aimé pratiquer ? Etes-vous un sportif passif ou actif ? 

clic

On pourrait dire : je vous dis quels sports je pratique et vous saurez qui je suis !

Un, deux, trois, c’est parti !

Je ferais bien une pirouette pour m’esquiver… mais à mon âge c’est un sport dangereux, les cervicales, les épaules, les lombaires, les hanches, les genoux et les chevilles ne supportent pas les excentricités !!!

Et croyez moi, c’est du sport pour rédiger et lire ce billet !

Là encore, c’est une longue histoire et je vais essayer de faire l’inventaire de A à Z aussi loin que je me souvienne… Vous constaterez que je suis une adepte du sport individuel et que je je pratique aucun sport collectif !

vélo rose fille.JPG

Petite fille urbaine, j’adorais piquer le vélo de mes petites cousines dans la campagne ardéchoise et je me souviens encore d’une chute dans un buisson épineux. Mon cousin m’a aidée à cacher cet « accident » à ma mère qui m’aurait interdit de remonter sur le vélo…

Patin à roulettes : j’habitais encore rue Joséphin Soulary à la Croix Rousse. Un Noêl le Père du même nom m’a apporté une paires de patins à roulette. C’était pratique, je pouvais faire le tour de l’appartement en tournant en rond, cuisine, chambres et séjour avaient une porte qui permettaient de passer de pièce en pièce. Mais voilà, que de chutes… Mon père, ingénieux, avait en sorte de parer aux coups : il me ficelait un coussin sur le derrière et ainsi je pouvais sans mal tomber en arrière. Méthode efficace !

patin roulette

Puis il y a eu le hula hoop. Très fière, j’ai été acheter toute seule mon premier cercle. J’en ai usé ou brisé plusieurs. Je devrais bien en refaire, c’est bon pour la taille.

hula hoop

Dans le 47, j’ai eu mon premier vélo, bleu ciel, magnifique, qui me servait à aller à Sainte-Catherine. Première sensation de liberté ! Il m’a suivi longtemps, même dans mon retour dans le 69 et je l’ai vendu.

velo bleu

Quant à la natation, j’ai appris la brasse toute seule, au début avec une bouée que je dégonflais petit à petit, car impossible de prendre des cours, je suis incapable de plonger dans l’eau, je suffoque quand j’ai la tête dans l’eau. Donc, je nage, mais je ne sais pas si je serais capable de sauver la vie de quelqu’un.

natation

J’ai fait aussi du patin à glace mais vous vous en doutez, j’avais une peur bleue et pas question de faire des entre-chats. Des chutes, encore et encore… Le coussin de mon père aurait été utile…

patineuse

Bien plus tard, pour évacuer le stress, je m’étais inscrite à un stage intensif de tennis. Après deux séances, j’ai dû subir une ITT pendant une grosse semaine, quelques muscles n’ayant pas résisté.

tennis

J’ai affronté la trottinette, le VéloV’. Il n’y a pas si longtemps, j’ai même acheté un super vélo pliant pour suivre le groupe de cyclistes un peu fous à 2AUTA ! Après deux essais pas très concluants, j’ai revendu illico ce vélo bien trop lourd et bien trop peu maniable. Pour ma défense, il faut dire que pour descendre de ma colline et y remonter demandait déjà un effort presque insurmontable !
Par contre, je fuis ces nouveaux engins de déplacement comme l’hoverboard ou le gyropode, j’aime bien avoir les deux pieds sur terre.

Et les salles de sport ? J’en ai essayé plusieurs, j’ai dépensé pas mal d’argent et j’ai toujours été vite découragée…
Mais cette fois, à la septentaine, je me suis inscrite à la GV d’O. (gymnastique volontaire) et après avoir -déjà- abandonné le cours de stretching (16 h 20/17 h 20, le lundi) à cause de mon Atelier Tricot, je vais, vaille que vaille, suivre le cours de Margareta, toujours le lundi mais de 17 h 30 à 18 h 30, et je peux vous dire que mine de rien, c’est du SPORT !

a-2017-2AUTA-Semnoz-reco rando (10)

Sinon, je fais de la rando et le moment que je préfère c’est la pause picnic !
Même que 20 kilomètres pour entre bramer les cerfs ne me font presque pas peur.
En ville, pour sorties shopping, avec l’appli sur mon téléphone, je peux, chaque soir, faire le bilan de mes pas : 10 000 pas/jour, c’est bon pour ma santé.

 

Et les TCL (transports en commun de Lyon), c’est du sport aussi, figurez-vous. C’est comme dans une salle de sport : on est serré, ça pue, on ne peut pas se tenir debout parfois, on se cramponne aux poignées et aux barres, on reste debout, sur une jambe, puis l’autre, en serrant les fesses, etc. Et comme souvent ils ne sont pas à l’heure, et que je ne leur cours plus après, je fais une partie des voyages à pied !

Pour terminer ce billet sur une note positive, j’évoquerai le brainstorming soénien !  Faire travailler mes méninges pour faire vivre ce Blog, c’est pas rien…

Google-Anniv' 117e ladislao-jose-biros

 

Dimanche 20/10 6 h 50 : en relisant le sujet de PassiFlore, je m’aperçois que je n’ai pas répondu à toutes ses questions…

1/ quel sport je ne pratiquerai jamais ? plusieurs, tous les sports extrêmes, je ne suis pas courageuse du tout…

2/ quel sport aurais-je aimé pratiquer ? même en réfléchissant, je n’en trouve aucun !

 

Le Défi du 20 novembre sera mené par Vonnette ICI qui a choisi comme thème : « animaux de compagnie »
En avez-vous ? Lesquels ? Aimez-vous les NAC ? Lesquels ? Que pensez-vous de ces gens qui maltraitent ou abandonnent leurs animaux. Votre avis sur les sanctions.

Projet de Ma’

Dans l’assiette ! Ma’, sur ce thème, j’ai de la matière ! Je ne me priverai pas du plaisir de te prendre au mot, sans chercher à détourner ton Projet du jour, tellement ça me fait plaisir de jouer au premier degré.
Bon, enfin, j’ai lu ton billet qui parle de « contenant »… Tant pis !

clic

Que va donc mettre Antiblues dans « son » assiette ? Quel détournement va-t-il choisir ?…

Quant à moi qui adore les assiettes pleines, j’ai choisi de vous monter des contenants plutôt que des contenus ! Un petit plat mijoté servi dans une belle assiette en porcelaine de Limoges, c’est bien meilleur. C’est Patricia qui le dit !

assiette-décor.JPG

assiette1.JPG

Portrait

C’est jeudi ! Pas de dictée, pas de poésie, pas d’histoire insolite mais une devinette.
Le portrait d’un homme qui me fascine.

« D’instinct, Botticelli le reconnaît. Il ne peut se tromper. C’est lui. D’évidence. Ca ne peut être que lui.

Très beau. Vraiment très beau. Exceptionnel de prestance pour un si jeune homme. Une distinction naturelle, une aisance innée, et aussi une manière de se tenir, de se vêtir, de porter ses cheveux longs, alors que la mode Médicis est ultracourte. Droit comme un cyprès qui n’a jamais fléchi sous le vent, l’air frondeur et princier. Un prince d’ironie. L’oeil qui frise, sous de si belles manières qu’on croit avoir rêvé cette lueur amusée. On sent chez lui un enthousiasme généreux, un amour immodeste pour la vie en général, et le fait d’y respirer cette seconde-ci en particulier. Il respire le bonheur et l’intelligence. Intensément. Un air de génie au-dessus de la mêlée. Peut-être une noblesse native et secrète… qui sait ? Il a surgi un beau jour à Florence et la ville l’a reconnu. Pourtant fils adultérin d’un notaire. Il s’est contenté de paraître et chacun s’est senti parcouru d’un délicieux frisson d’admiration.

C’est le libraire voisin qui l’a convié à ce vernissage. En moins de trente ans, les libraires sont devenus des personnages considérables grâce à la diffusion de l’imprimerie. Leurs boutiques constituent des centres nerveux au cour des cités et alimentent toutes les fièvres de l’esprit. Lieux de réunions des lettrés et de ralliement des étrangers de passage.

L’inconnu a-t-il de lui même compris la nature essentiellement inhibée de son hôte ? Le bel étranger, après avoir longuement admiré le Saint Sébastien, l’avoir admiré en connaisseur, identifie des yeux l’artiste et se dirige vers lui avec un aplomb et un naturel stupéfiants…. »

Qui sera la première ou le premier à me donner le nom de ce Génie ?
Léonard de Vinci