Projet de Ma’

Bulle (s) est le Projet de Ma’ pour ce 4e samedi de 20-20
clic

Sans hésiter une seconde, je retrouve les photos de la Fête des Lumières 2007

En soirée, il y avait un tel vent que la bulle n’a pas résisté longtemps…

Bulle Louis XIV (2)

Défi du 20 avec

C’est reparti pour 11 (12) Défis ! La bande des Défieuses a perdu son Défieur. Je le regrette énormément…

Dame Uranie ouvre le Bal des Défis du 20 et nous propose clic :

On dit qu’il vaut mieux avoir plus d’espérance dans l’avenir que de souvenirs passés, mais la question sera : «Quel est votre plus vieux souvenir ? Bon ou mauvais, celui dont il vous reste des images, il vous a tellement marqué, racontez…»

Il me reste des images en tête et une trace indélébile, en effet, de cette aventure personnelle que je vais raconter, mais sans photo du moment. C’était à la fin des grandes vacances, en 1960, au siècle dernier…

Tous les étés, je passais mes deux mois de grandes vacances dans une ferme à Marcy-sur-Anse (Rhône). Mes parents travaillaient, et à l’âge de six ans, ils m’ont planquée là, sur les conseils des dames de la paroisse.

NE-Marcy-1958
moi à Marcy été 1958

J’en parle régulièrement car si au début, j’aimais bien y aller, plus les années passaient et plus je détestais ces deux mois d’été.

Bien sûr, j’ai des bons souvenirs, la balade sur le cochon dans la cour, le dimanche matin après la messe, mes jeux avec les chèvres qui écoutaient mes chagrins le soir en les trayant, mes siestes sur le dos des vaches ou du cheval ensemble dans la même étable, la course avec les petits cabris dans les escaliers qui montaient à la cuisine, la fête de la batteuse, etc.

Mais voilà, mi-août 1960, juste avant mon entrée en 6e, l’accident…

C’était un dimanche. J’avais mis ma robe du dimanche pour aller à la messe. En revenant à la ferme, j’avais mis mon tablier par dessus pour ne pas salir ma robe. Avant le repas, on m’avait priée d’aller à la cave pour tirer une bouteille de vin. Quelques marches menaient dans cette cave où tonneaux et saloir se tenaient compagnie, dans le noir et l’humidité.

J’ai donc rempli la bouteille, et en remontant les quelques marches j’ai glissé sur une feuille de betterave ou autre -là n’est pas la question-, suis tombée, la bouteille s’est cassée, ma robe pleine de vin rouge et… un débris de verre m’a ouvert -un peu- le genou gauche… En sang et en larmes, je suis revenue à la cuisine. La coupure s’avérant profonde, on m’a emmenée chez le médecin qui m »a posé 3 agrafes énormes

Et là, stupeur, en plus de la douleur, le verdict est tombé : jambe allongée le temps que la blessure cicatrise. Aïïïe ! Et mon entrée au Collège Morel -devenue Collège François Truffaut- prévue début septembre… Fichue ?… Impossible !

ex college truffaut
photo du Net

Alors j’ai lutté, je me suis obstinée, et je suis restée la jambe allongée jusqu’à ce qu’on m’enlève mes agrafes. Ouf ! tout s’est bien passé. La plaie s’était refermée quand je suis revenue à Lyon.

Bien sûr, j’en ai voulu à la terre entière, aux gens-bourreaux qui me gardaient à la ferme, à mes parents qui m’y avaient laissée, même blessée, et à moi-même car je me répétais que j’aurais dû faire plus attention… Après bien des années, j’ai réalisé qu’en fait la blessure morale était bien plus importante… Certains proches le savent, les relations avec mes parents ont toujours été plutôt conflictuelles…

Je vous épargnerai une photo de ma cicatrice qui est toujours bien large et bien visible, 60 ans après !

Le Défi du 20 février sera mené par
qui propose :

Les photos du samedi

Un deux en un cette semaine, ça fera plaisir à Ma’ et à Patricia

Ma propose « motif » clic

Ce 3e Projet de 20-20 va encore nous réserver bien des surprises, cé ça ké rigolo !

J’ai eu le plaisir de voir deux fois l’Expo Yves Saint-Laurent au Musée des Tissus clic qui est en place jusqu’au 8 mars prochain. Et je conseille aux Lyonnaises d’aller la découvrir, on passe un bon moment et c’est l’occasion de découvrir ou redécouvrir ce Musée étonnant.

le motif du tissu de cette robe a retenu particulièrement mon attention

Musée Tissus-Expo YSL 12-2019 (14)

Musée Tissus-Expo YSL 12-2019 (10)

Musée Tissus-Expo YSL 12-2019 (13)

Musée Tissus-Expo YSL 12-2019 (11)

 

Pour les 24 Heures Photo de Patricia

24 heures Photo

clic

Depuis des années, j’en rêvais… BaBaYaYa nous la cuisinée ! Un régal. Tendre et goûteuse, farcie et accompagnée de légumes « pot au feu » et d’un risotto moelleux, cette poule au pot partagée entre amies nous a procuré un vrai grand petit bonheur

poule au pot Séréna (1)

Jeudi en dictée

J’ai eu envie d’ouvrir mon livre de dictées d’hier et d’aujourd’hui. Après les agapes des Fêtes, la brioche des Rois et en attendant la Chandeleur et les bugnes de Mardi Gras, je vous propose une dictée gourmande !

dictées

Car Littérature & Gourmandise vont très bien ensemble.  J’apprends ainsi que Alexandre Dumas Père était un gastronome prolifique. Il nous a laissé son Grand dictionnaire de cuisine dont l’édition originale de 1870 ne comporte pas moins de 3 000 recettes.

Picasso-Soller
Expo Picasso – Soller -Baléares- mai2017

« Les trois sortes de gourmandise
De même qu’il y a trois sortes d’appétits, il y a trois sortes de gourmandises.

Il y a la gourmandise que les théologiens ont placé au rang des sept péchés capitaux, celle que Montaigne appelle « la science de la gueule ». Elle a un superlatif, qui est la gloutonnerie. (…)

A côté de côté de cette gourmandise, qui est celle que nous pourrions nommer la gourmandise des esprits délicats : c’est celle que chante Horace et que pratique Lucullus ; c’est le besoin qu’éprouvent certains amphitryons de réunir chez eux quelques amis, jamais plus nombreux que les Muses, amis dont ils s’efforcent de satisfaire les goûts et de distraire les préoccupations. C’est, parmi les modernes, celle de Grimod de la Reynière et des Brillat-Savarin.

De même que l’autre gourmandise a un augmentatif, « gloutonnerie », celle-ci a un diminutif « friandise ».  Le gourmand exige la quantité, le friand, la qualité. (…)

La troisième gourmandise, pour laquelle je n’ai que des lamentations, est celle des malheureux atteints de boulimie, maladie qui attaqua Brutus après la mort de César, ceux-là ne sont ni des gourmands, ni des gourmets, ce sont des martyrs. Ce fut sans doute dans un accès de cette fatale maladie qu’Esaü vendit à Jacob son droit d’aînesse pour un plat de lentilles. »

Et vous, quelle « gourmandise » pratiquez-vous ?

Projet de Ma’

Ma’ a choisi Début pour son 2e Projet
clic

Le début de l’année est passé, celui de la reprise scolaire aussi, l’hiver est toujours bien installé et aucun signe du début du printemps… Alors, voilà, j’ai beau ruminer, je sèche.

J’ai bien pensé au début de mon aventure bloguesque, début juin 2008, avec mes Traboules de Plume, puis au début de mon 2e blog, Soène aux mots passant, et enfin à ma migration chez WP et le début de Ma vie soènienne… Rien d’original.

Le début de ma retraite le 10 mai 2014, début d’une nouvelle vie ! L’arrivée de Natty et le début de notre aventure mère-chat, le 1er novembre 2014… Rien de nouveau.

Piégée par le Projet de Ma’ ? Google m’a sauverée !

François Augé a écrit Début de roman en 2017. A la fin du préambule de ce roman, je lis :

« Et si je revenais au début, au début de ma vie… Ma vie ou plus précisément celle d’un homme qui m’avait raconté des bribes de la sienne, et ainsi m’avait fait entrer dans la conscience d’exister en tant que mortel. L’idée n’était pas neuve, mais c’était le matériau premier de toute entreprise de ce genre. Après, il me serait « facile » de mélanger le vécu et l’inventé.  De faire passer l’un pour l’autre, de brouiller les traces. D’égarer chacun, à commencer par moi-même. Le seul risque était d’être crédible dans la fiction.
Il fallait bien un début de roman. Ce serait le début d’une vie, le début de ma conscience d’être là. Vivant sur la terre de mes ancêtres. De voir et d’entendre. Sans pour autant comprendre. Le tout était de commencer.
Il serait toujours temps après de regarder en arrière… Ou pas ! Il est des débuts qui n’en finissent plus. Comme si nous n’étions que des humains recyclés sous le boisseau des histoires de nos aïeux… »

Début de roman

Qui, d’entre vous, a lu ce roman ?

Regards en arrière

Un bilan de plus ? Non, ce serait trop long de résumer mon année 2019 qui a été remplie de « gros » petits bonheurs.

Moi, vous me connaissez, les petits riens de l’actualité retiennent toujours mon attention ! Je ne voulais pas céder à l’air du temps mais des événements majeurs futiles m’y poussent…

L’info n’aura échappé à personne bien que cette période de l’année ne soit pas propice à perdre son temps à regarder les informations !

bottin

C’est la fin du célèbre Bottin… clic Après deux siècles de bons et loyaux services, il s’en va… Et déjà, certains profiteurs collectionneurs revendent ceux qu’ils ont gardés, à prix d’or !

Pour ma part, j’ai jeté mon dernier « Pages jaunes » il n’y a pas si longtemps… Comme c’est dommage !

Autre mort sûre, celle de l’escurette. Quésaco ? Au Moyen Age, on nommait ainsi le cure-oreille, ce petit bâtonnet ouaté plus connu sous le nom de coton-tige !

coton-tige

Que je vous rassure, seuls ceux avec la tige en plastique sont désormais interdits à la vente, mais on pourra toujours se nettoyer les oreilles avec par exemple des bios ou des lavables. Ma foi, on n’arrête pas le progrès.
Je vais quand même utiliser ceux qui me restent, j’aime pas gâcher la marchandise !

bambou2

Pour l’Assemblée générale de 2AUTA -c’est dans moins de 20 jours, faudrait bien que je m’active…- pas question de servir le mâchon dans des assiettes en plastique ni de boire la Sangria de Georges dans des verres de la même matière… Et alors ?.. L’intendante a bien pensé à la vaisselle en bambou ou en canne à sucre mais question prix, ce serait une folie ! Le Président gère cette Association comme sa propre entreprise ! Reste le carton. Aïe, c’est pas « écolo » le carton, ma pauv’ Soène ! Et zut alors, au diable toutes ces idées à la c.. qui frisent le ridicule.

école2

Etc. etc. et puis, d’ailleurs, regarder en arrière est dangereux à notre âge, une chute est si vite arrivée !

Ah ! j’allais oublier. En faisant défiler mes billets de 2019, ce n’est que du Bonheur, avec des jeux, des rires, des compétitions, des photos, des nouveaux Aminautes et toujours l’envie de bloguer !

Merci pour votre fidélité à venir me lire et vos commentaires toujours appréciés !
Merci